Skip to main content

Full text of "L'Oiseau bleu, comédie lyrique, 4 acts"

See other formats


ûb OL&tcuv <JSli 



eJAs 



VtiM. erv Scène 




M 



Modéré 



.Nous l'avons cher, cbv Nous l'avons tro'j 







Aussitôt trou . V II s'est envo. lé. 



«3 «S <$ 



-;»• -c*?- 



à Monsieur Albert Carré 



en profonde reconnaissance et sincère admiration 



:5sîîfc^^:*^^: 



Et un peu aussi à mes cher.s /;• (il: i 
Stéphane, Alberte, Jacques et Pierre 
qui ont été ponr moi 
lus images ru anlcs 
des enfants Ti/L 



A.W. 



Ouverture 



PIAXO 




m£ 



wmm 




^flj bjjj 



ï*lus lent 




Copyright MCMXIX bf ESOCSk C'f 
Paris , ENOCH A Ci e , Editeurs . 



I.4CÏ836 



Tous droit* d'édition , d'exécution, de traduction, 
de reproduction et d'arrangements re'senés pour tous p'itfs. 




pftp 



$Ér 



i£^E 



*^-— : j^i- 



ù 




sm 



^* 




T 



f 5 * 



n»^» 



f»*^ 



s^P 



^ 




«f 



^ 



s ttr 



* 



^tEPlgË 



i i 




# 



a^j ^i â 




is£S i 



êPP 



^ 



•?, r"> 



".'/' 



£ 



3 _— il 



f 




£ 



FP 



:£èé 



5=Zt= 



^ 



^ 




Elargir 



$ 




3 - /"a 



J~g^^~J~^ 



#__ ^^ r: 





rn * 



^ 




4*= 



bl d 



tf 



^ 



r ** 



i 



E.S C7836 



Assez animé /^ ^ % âS f f Z. 




E.A C 783(1 




E.* 0.7830 





Elargir 



peu 



peu 





a§s 




s 



& ^JJfrj jfl 



Calme i -. <jfp Ji C { 

^ 1 ^ ,^l 1 




S 




s^ 



^ 



=£ 



i 



1.4 G. 78361 





Modéré 



1-=» loo 




E.A C 7836 



* 



Animez progressivement 



Sr£~k 



< 



■»/• 



^%# 



r 



r 



*=H§ 



*fc 



fssF PbbF f^f f*T 



- i-i 



n w 



r 



u 



gH^fr^ gM^ 



^^m 



& 







=3* 



fi 



Vif 



I*'- 



r u p-r 

fi 



o 

5 *= 



3eeê 



i r 



. (à un temps) £? S / ' b 



r- 



^ 



^=s 



: 



• 



W 



* 






i 




u 



QjsAd 



m 



i 



ffW 



J3 



«■ 






= 1 



M 



*n 



M 



-$ 



i 



«if 



^ 



^ 



i 



TZÏZ 





'Q- 



r 




E.* C.7836 



"3^ 






ma 






^a^ 



-çr 



M 



=ï 



èà 



*■-=■ 



4 4 À 



^n 



à 



u 



i 



à 




m 



i 



^ j il t^i 



i 



m 



m 



n 



m 



rt 



*=r 



F 



r 



^ 



-#• 



<*« i i 



i 



!S 



1 



# 



I 



^ 



f 




^ J3 ^ ^ d fi ^j^jjj^j^ j 



*=k 



4É 

/ 



*a 



#^ 



s 



t.; 



jO^ 



feigll 




ï 




E A C7836 



T* 



*M^j 



n 



tr- 




^ — P-T^ 



3* 1 



J *J *«!■ I '' 



E 



£ 



gELD^^Uj» 



^saE 



OT 



J^ 



S 



iÀ. 



^ 



a^ia 



^ 



-»/• 



r^fh 5 ^ 



#3>ÉÉ 



P 



JïirtJ / 3 



mm 



y* r 



Animez considérablement 



J ^==^=4 




fe ± àlà è èi èiJàtii 




> 



/ 



n? 



i *î 



n? 



^ 



ï 



¥ 



p 



#1 



La moitié moins vite (toujours à un temps) 



J -u \0 o 



fe^è 



ft 



5 



? 



?nr-fiT 



J=Q= 



f 



*=f 



îi 



r 



W 



1 



E£ 



? 



3EÉ 



S 



i 



^F 



! 



ÈE 



S 



éAU 



33Ë 



Î5 i-J> 



I 



3s 



I 



fEÉ 



E , & C.7&36 



10 



PM^P^Mà 



J 



r^jn 



h 



«êsë 



P 



VT~ 



& 




4% 






*É 




SE 



/ 



Animez 



P 



S 



ja^, L é-^-j^Sg^ -fr 



ï 



1 



1 



M 



i^SÉ: 



2S= 



31 



3Ï 



I 



>d — «■ 



ï 



ï 



"K^. 



I» 

La moitié moins vite 




Animez encore 




Elarpir beaucoup 




E . & C .7836 







h 



La^J 'L**— 









/o^/T^r:.^^^^/:^/^ ^ A ^/~ ^ 



f &«*, 



U*u^ Ji JL 4^^ f/ £ t^j^^ ^ ^&z/~. 






JrCu. 



■ 



*■<-<-<-« o-tco-e.t. 






r. 






7C- ■ H^a^J^. trUc-Le 

- -4 



,<-*<-c^ 












U . J o-VLsl ai cru. 



3j y~*L<lnJ: L pltJ Zc*zcci*L 









r LcC-CC^. 



11 



Acte 1 



PREMIER TABLEAU 

l< La maison du bûcheron" 

Le Théâtre représenta l'intérieur d'une cabane de bûcheron . 
A droite. deux petits lits d'enfant dans lesquels Tyltyl et Mytyl sont profondément endormis. 



Très calme- expressif 



fiA.yo 



*fe 



m& 



p 



l i-^i ii i 



g»» »■ 



e£j- Çn*-cL' ÇF 



ï 



•t* — » 



W^ 



S 



-»••# 



#»> 



i. «Li Al J 



=^ ZB> — 



Cédez 



Reprendre 




_ m °m' "pt fm t :S 



SJ^ 






É 



fcS 



Ralentir 



RIDEAU 



Π



Calme, mystérieux 




*= 



*JU J'J J' 



9 S> 



& 



gEL&OLa, 



ai 



«— 



8 



£ 



/>/> 



ÎEEÎ 



& 



r^ ê£ fe 



^£ 



T^ 



Cédez . 



M^ 



Reprendre 

a. -fi. 



Cédez _ - Un peu serré 



: — ._ o :z 



I 



£ 



9- 



w* , h T^E 



as 



o 



pp 



^^ 



-ÏIJ'LJ 



te 



*/* 



aL*L2p. 



S 



B 



Sg^E 



^ 



;fc2: 



Copyright MCMXIX by ENOCH * Ci> 
Paris, EMOCH & G 1 .", Éditeurs. 



E.4C.7836 



'fous droits d 'édition, d'exécution, d*. traduction, 
de reproduction et d'urniii>jemén(f 'rfarrréx fjuur tiwpag» 



12 



m 



Au mouvement 

( Les deux enfants semblent s éveiller 

et se mettent sur leur se'ant) /O TYLTYLj (très a l'aise) 



A* 



m 



ypr i i y F^ 5 ^ 



5P 



*s 



& 



Mytyl ? 
^ u ++ Mytyl » 



Tu dors ? 



Mais non,je dors pas 



'il 



sm 



zm 



3p 



u 



m 



Ralentir _ 

M 4L M. MM 



Tyltyl ? 
. Au mouvement 



Et toi?. 



*M 



<£ » 



« 



z 

5T_ 



se 



Us 



/>p 



tt ^f *r ff^ 



m m 



SE 



«se 



^É^ 



? 



:* 



* 



4* n^Mffi 



court 



Moins lent 



*S= 



"- »JJ^ Tr~ j l j^ u v. ^^ 



*l 



puisque je te par. le... 



Pas en . co.re ; c'est de. main. Mais le petit No. 



ïjwAJyi é 



^ 



yt. 



C'est No . 81, dis?. 



Suivre 




Cédez 



■■'■h j'T P r r | r ^,iin>hht n 



yt. 



I 



Un peu moins lent 

I 



ël n'apportera rien cette an . né.e. 



3=^= 




J'ai entendu Maman qui disait quelle n'avait pu al. 



W 



^m 




Pourquoi ? 
Un peu moins lent 

arft » * — 



ï ^'ÊPtTp 



#4 



»p 'r^LiH 



E.Jc C.78;»« 



-4- JL 



taML cLcyx 



Lu 




lu I' 



ruL 



1 COCU , VrrvirtjL 



i *JL^ 



^fj4 ■H^'^y-j -V ' ■lo-c+.ELl- ■ 



I y-gi-w., _V " -tsO-C4.£LB- . 






t^LJ-J-Ltl y% t-et <V h-- < 















A< 



,/J 



■ 






iCc /la 

-y y 




^ 



<£**./<> 






{eu* L Lcfrif ~/ZZ£ 



y- 



^5t^^t-0-tT2 



^&<^l. 



/f.cC«-< ce 



/£ 



./ 



' L i e^Ltf ■*. i*-c * < t . 



^c e^ * 



/lî-c-c.-, 



/it'/ 



-«»--/7-< 



: «-»-«2*-i-«i_ ^c t 



-£ 



> c rL -a 4^4.*- 






^e ~Le- 









if) . / 



^i 



13 



Tyl 



fï^^ijJ^ m 



■ 1er à la vil.lepourle préve_ nir 



* [i ii [i ,n ,h ,h ji ^p 



Mais il viendra l'année pro _ chai. ne ... 




Tyl. 



É 






Jl Jl J ^ 



Plus animé 



Mytyl 



Cen'est pas trop court.. <-w-u 






, j, *p ? JCTïJH^ 



se 



/- 



c'est long, l'année pro . chai.nel 



• 



I*lus anime 



| 



3 



"| ■* iJ^T 



".'/■ 



f #-^^ 



^ 



lyi- 



Jyt 



i 



/ 



Ralentir 



long 



* » < ■ 



*^ PCP PT ' t P EP ^ 



£': 



Mais il vient cet-te nuit chez les enfants riche».. 




De nouveau calme, mais pas trop 
9- 



Pyi. 



3 ^ 



=»» 



^ nJ'p- p JsJTJV J *VFTT-f 



Tiensl Ma.man a oubli, é la lam_pe! J'ai unei.dé. e?.. 

De nouveau calme, mais pas trop 




£.4 C.7836 






14 



Cédez 



£=±w 



h» r T £ £=* r r 



J' JM 11 ^=g=ffi 



s 



'Irfrjrf- 



■ï 



Nous aLlons nous le.ver... 
Mytyl 



Puisqu'il n'y a person _ ne 



Tu vois les vo. 



* 



*== " / J ^ ' ■» 



ÈÉ 



C'est dé_fendu. 



# 



Cédez _ 



M 



+J1 .iJl~iï 



M 



■?•"=• — ^ ^v: 



çte 1 



^ 



t 



m 



31 



r 



^ 



$ 



Reprendre 



ttff 7 - 



^FTTFrV F^^l^ 7 ^^^^ 



Tyi. 



Myt 



F 



C'est les lumières de la fè.te 



. lets? 



En fa _ ce, chez les petits. 



!=^p~^ 



Vn r, 1 J 1 ï ■> - ; 



PÉ 



oh! qu'ils sont clairs I 



Quel.le fê.te? 



*É 



? 



ÊÈ=* 



^ 



T 



Suivre 



p 



^-^tf^ 



&-'- 



& 



~T 



$ 



F*lus anime 



Retenir 



^xn^H^wc&rn tttt» '-^nm 



Tyl. 



Myt. 



riches. C'est l'arbre de No _ el... Nous allons les ouvrir... 



Bien sûr, puisqu'on est 



♦ 



.- m m m vm + 



4 




Est-ce qu'on peut ? 
Plu» animé 



Retenir 



»/' 



ÏE 



^^ 5. 



* 



ES 



Ejk C.7S30 



■■■■Bu ■ HM 







■£?-/*** 



• <c i_ 















A ^ 












V <f f<-^K>HjC 






t~u / 



- y 



l -y * _ 



^*t 



■^^ /■ ^-e-t-i^c. 



£ 



£. 



$ « 







{ZZj Lx^J ftjeuk. S«3l./9 U-ULM--J Cr L - 



'û^cJUJpUL-' c~L^ ' o ' y l*Cu~iMuuslJ 



a^Pt_^> 



J 



9 i^Ja^^h s/c^°Lc>./ -l ( <r>-£.c±U- cr>C<n-*^a -Ur< ail ca c /4 r^ <ï6l £*. jùu"^nc 



4ww. <& a Xw- *^£~~~/v *-— / ^" ^ 



^< 



'V. 



7 lMMf f 






/-A ^ L.-/-.A' " «Le /, 






A*-*/* o/i+j ^t^-^c </k. ^ cXou^.4- 



— ^c-t/ — -t£ -1 






/V-t-e a*/ r*—» 








/ 









./. 



* %.*£*- <9vw« 



15 



Calme 



Tyl. 



Tu entends la mu.si.que ?... 







Assez animé 



•»L 



fc~* m^ Ëi 



(Les deux enfants se lèvent, courent à l'une des fenêtres, 
montent sur l'escabeau et poussent les volets.) 






Retenir 



Levons-nous.... 
Assez animé 




(Une vive clarté' pénétre dans la pièce) 

Assez allant. 




E.A G. 7836 



16 



Tyl. 



Myt. 



I 



ta 



S 



s 



^^ 



r p p <p p p p m 



Il nei . gel.. voi . là deux voi _ tu _ res à six che. 




I 



te 



P^£ 



Tyl. 



Myt. 



±t 



vaux! .. 



T'es bê . te I . 



fft * "p p i f 



s 



f^£ 



ê 



Il en sort 



dou.ze petits gar . çonsl.. 




l ift v JJ'J'J^I ^^ 



« p'n e 



& 



Tyl. 



Myt. 



P ^Ff 



c'est des pe.ti -tes fil . les... 



Tu t'y cannais 







Tyl. 



Myt. 



4& 



^ i h *P F F P "g p 1 -|- > h- ^ 



r r , r . 



a y y y . 



pas. i V*** Ne me pousse pas ain _ sil 

A 



Tu prends toute la 



m 



ï 



pppp 



=: 



i 



Je t'ai pas tou . che' . 




£.<*c. Taaa 



HHHBB" 



■ ■ Wfss^pfWWWfc^ 



' 












Zny^i^ v- *■**■ 






. '-■et t l * .. £ «-<.. » c < 



■ 



/^U. 



V 



c/ . 







<^yt. 



/ y » 



s*?* * _ -ù: Ar.^d^ 



-r~ 









6?K- /y- 



^ 






-^ 



^ Z* ' 



/ / 



«^ 1s^-t-*c -"l*ôc^ 



: i~e? -I-H.«tv ^ 



y 



. — — — ^— — — — 7* T 







y^.A ^ //. 






^/^'^ • 

^ / /y ." ^. Z/v, 

/ 






//6 * ->4 ^^ 















/L*-*** 




7 

/f 



-it «7 



Lu. 



17 




é%!ïttT 



T T K g V l ' 



TJT'i i 



Tyl. 



Myt. 



l'ar-bre de No - ëll 



ik 



Tu re.gar . des le mur. 



m 



Q — 3TJ> 



Je re.gar - de le 




( Lui cédant une petite place Retenir 
avare sur l'escabeau) 




E.à C. 7ha«i 



18 



Tyl 




<S^g^ ^ çW_â_ 



miè - res ! il y en al 



«yt. :fc*J$ 



ÉÉ 



^r^=p=3t 



E3> 



Qu'est-ce qu'ils font donc ceux qui 




Tyl. 



ilyt. 



ta 



m 



— 



~i>- 



tHfr -p-p p J££j 



Jfcl 



II» font de la mu . si _ que. 



m 



wm 



font tant de bruit? 




f# 



j. — 



ËÈ 



• I » 



£^=# 



Tyl. 



My 



^F 1 ^) > ^ 



*& 



Non, mais c'est très fa _ ti gant. 



PH-p P »P P I P * > 



che's ? 



g g - f§ 'fgii 





Frf*rSH 



feSE 



*l 



Pleine mouvement 



Sjpi 



j I J-, < h_ 8 ^=fr- T - ]r =£jE£ É E& 



Myt. 



~» * # H ~* 



Même mouvement 

(léger) 



En 



core u _ ne voi _ ture at.te_lee de chevaux 




K.AC. 783G 









p 



./, 



r 



r 



/ 



/ 









..,~s 



<s0 £■ 



2^ 









1 L-«=X . 



/. 



fo MÂJ^U. X 






n^*, ^ *J^~t *v 






2£ 



«6» 



fc— t^p fc-CC-tt 



/ 



-i^ole <a. ** <SLe 











-7— - 



<-u^>* 



/ 



-<-<^ £*> <?*--«- ■ 






# y-«i 



9 • / - L 3 

- - • ^A / -* 



«f *~~f~~-6 /c<-J)^> 



7 



y ^ Z, , *, ^ ' «*-X«^ - * 



(j>u^ £-»-<^> <&*- " ***** " -• ' "/*-*" ,^_ vr - - - _. — — — — " ^~ 7 r~~ — " 



«^v .j^lJ^-Â, d** cc<.<-':. CyJ^L /'< 



/ / 



i Ct lS*^ . 






// /,/ Z,v/-^7^^ w ^ 



^ *^~ 



19 



TyJ. 



Myt. 




tt*^_&ZZ& i 



$ 



F=*fDfW-=3B f "F'^ B Bg 



•yi. 



>i'- 



Mais des jou_ets, pardi I 



Des sa -tores, 



ippp^ 






or, 



après les branches ? 




* 



fe^S 



-y w h p p p p-p n? y « 



w- 



y t. 



des fusils, 



des soldat3,des canons .... 



►*. 



~< y "P Tir p^#=^ m^p 



lu 



Etdeopou.pe.es, dis, est-cequ'onen a mis? 




E.AC. 7836 



*0 



.1 



yt- 




Despoupé .es?... c'est trop bê . te ; Cane les a . mu . se pas.... 



Et autour de la 



^jrrm 



h» a 



^ 



^ME 



Hi^ï# 



*4 — i*f 



^ 



^^ 






^ f^ 



it-P-Hf 




=*=ï 



h p r i p 











P ip M 1 g 



=f 



des tar _ tes a la 



i 



y^ f^fp m 



lÉb^ËËl 



>' * i 





R- P ? 



yi. 



iyt. 



cre . me, 



É 






I 



J * — ff- 



^-P-^P M ? 



f 



J'en ai man . gé 



u _ ne fois, 



lors 






S 



35 



3* 



_L 



*frrffft 



=— = 



■ » tfr"^ r- 



s 



* 



» 



êi 



sgr^g 



*EÈ3 



^4^ j J J i 



f^ 



£.4 C. 7S36 



■ 






Ci** ,,«.'/£ 

; 






s , it -£, 



-v: 



/. 



^•<^ ^i i-t-«^«. 



^ 




«-«-^ / £i/a./i 



*"t . <_tZ25 



iT^C -^ t 



/hcL^/j^^^^^j^: ■ ^^^ 










U^U*. «— /* -a 'V 



r/o-*^' p-k 



le*, ex ce &£ 



7< 



<r*- 



^7? 




y ) m. <. t te x*S} /* "" ___ __^ ___ 



/ 



«.«se /-«-c «-* fc . 



ai 



srt. 



$ 



^ T n r ~n ,1 1 ii ii ni i»i = — '-) 



Moi aussi 



É 



f^= 



h |r 



P^P^E 



que j'é . tais pe . ti . te .... 



C'est meilleur que le pain, 



mais 




^^cnp^— ]t j t 



Retenir 



on en a trop peu ... 



tttt-i* 



^^S 



,t. 



S 



p fr *4h+- y V 



Ils n'en ont pas 



trop peu,. 

llt'tenir _ 



il y en a plein la 







* »' 



^T=?Z^ 



i) 7 J 7 



$= 



^# 



Reprendre 



S ^f=i=^¥l ~^=^-tt^T $v^ ^Ê^m 



ta . ble... 



Pour . quoi qu'ils ne les mandent pas tout de sui.te?.. 
Reprendre 




£ A C. TH-.Ki 



22 



-yi- 



Myt. 




t 



É 



U<-nX» 



i f. n T 



^^ 



£ 



^^ 



p 'i' y 



man.gent quand ils veu _ lent 



on le dit. 



*v, ^ 



%m 



Tous les jours?... 



*l§s 



J é J J 



^=É 



èâ 



1 



tj 




^^f 



ï=ï 




É 



w% 



è* 



fe=EÉÈ 



Tyt. 



|j f I p fe fcj 



Myt. 



P F P P P P Ëfe 



Est- cequ'ilsman. ge. ront tout?.. Est - ce qu'ils nous en don.ne.ront? 




E. A G. 7b36 



- 



. -/ yC-- ' "?-* *■ &* «e /■"■> < te , / <xya,t./ 



/î «-ex «- • -r/j-à 



r 




s- 



?-<> • . /> 



o< <.*£ . 






/> / z / 
















>l / /L l< l ff 






WKSfcKKvilKfiiik rfk&Ota£>£? 



V3 




E.4C. 7H30 



24 



( Ils trépignent de Joie sur l'escabeau.) 



Tyl. 



Myt. 




É fefa^=3 



* 



&- SGP' 3 



T=£ 



Tyl. 



Myt. 



v ^D^g 



E^g 



don. ne des gâ - teaux! ils peuvent y tou. cher 1 



*s 



Que c'est 



se 



TgpgP P IT ^ 



Ils en ont deux, trois, qua.tre 



«* 



M*, d> 



5R 



m 



à 



è 



à 



^ 



^F=£ 



5EEJE 



^F^T 



S 



è 



$ 



T=T 



è 



i 



s^ 



i.4C, 7»36 



f 

m 



Tt^CX-t~l4^} & 



/ </<u.^ f^*^ 



'A-tt 






v / / 






^ "£» -u-*? «-< «^!é «.^yC dp ^ 



<-OC 



■ £r-x,0 . 






•J / 



* S*~t-*-< vrt C_ t t 



■y 



<ni iA ta <v ste^ 



/ 



&-/ 7*1 <n. </ tiru* /yL /v-i^ê^^/ 



CUW-tS~ 



a 

fû 



J 







fi 



au2~t> 









/ / 







£ £<: * 



/ 




/ 



At* /"ï£ 



ryi. 



ttyt. 



fêàmËÉ^m 



I 



y 



bon! que c'est boni 



(Comptant des gâteaux imaginaires) 



«36 



ê =S*tp r . | .r^ 



Et moi qua . tre f ■ 



Moi j'en ai re.çu dou _ ze I 





dou.zel mais je t'en don . ne . rai. 



( On frappe à la porte de la cabane ) 

g 1 - S fcV/TS sgJ 



p?es 



£ 



^ 



Elargrir 



.£*. 



|É 



Lent 



f^ 



y 



^E^ 



S 



-H .h > bj A t 



f 



T"T 



■J 7 



( subitement calme' et effrayé) 
mf * 



§ N= fWi E 



_ « , (La porte s'entrebâille pour livrer passage à une petite 
•■■"•** O-Gre vieille habillée de vert et coiffée d'un chaperon rouge.) 



a 



yi. 



Qu'estrce que c'est? m Y tyl 
— mi 



i=^M^ 



4r 



**••** * 



C'est Pa _ pa! 



ft=ft * t 



£ 



Modéré 




£.4 G. 7»aG 



pfi 



Calme, niais sans lenteur 




âm 



La F. 



bleu? 
Tyltyl 



Itè 



i VJ'A 



}j\h« , , JhJ'JOk n in 



(résolu) 



m 



m 



* ce e e ^^ 



SES ETE 



Nous avons de l'herbe, mais el.le ne chante pas... 



Liais je ne veux pas le don. 



Mytyl p ■ 



££É 



wm 



V dm 



Tyltyl a un oi _ seau. 



m 




■ V— —-4- 



^^ thi i 



s 

f 




c=c^ 



^ 



-^=p 



* 



Calme 



t * V' ' 



Au mouv ! 






Lj F. 



Tyl 



Pourquoi ? 



C'est u_ne raison, bien sûr. 



Où est-il, cet oi _ seau? 



j i 1 VMi^lJ 1 y i 




ner... Parce qu'il est à moi 
Calme 



dans la ca.ge. 



Au mouv! 




JS.A C. 7836 






. 






'J 



y ? 



t,u huL^ 



P 






', 4,1- v-v-ckir A U<* 



^Jx ±~- n. t ^ec £<a- 6^1. e^Lsx^ a.. 



4\ 







-i^/t-ti-jie 2" <: r « * * i*-tc. 



-Q tfl*-*fcK 



/y/ l^LmJ" b V* tré<,*u4.4*m/ 



Xi. G- i ix / "-e-t* 4. 



•«-A / <> -^~t^L< I 










' 



**=* 



( ' / 



<n^£ *<44? ■& 



r- 



C-C /t-f^-M 




lui; £-^. cS~ce 



„J~ £ 



L ^ 



— '(-<fh.L tÙ>C*«.v /£■<. Xu 



«- «ï^ *~x*-r 



/ #_ S't*.A-*.f<* f < ■t.-t-e-'O) 






-t. 










&t r*<t/ a u-r— ùa 



1 



ï a < <■ A a W- : r — te. c *-t te ' 



i oj eCi^c&tsJ? e ?A J ~ l -^cJ-t-^^-^r Ul.iL.tCt. tCLt 














87 



(mettant ses besicles pour examiner l'oiseau) 



iF. 



m 



^-T^JW^-+^ J J,J I I ,J I, I I III 



Il n'est pas as.sez bleu. 




F. 



p- g F g f'^JL ^S ^U — * 



Un peu moins lent 



dra que vous al - liez cher . cher ce -lui dont j'ai be . soin. 



TYLTYL 



rJ7 >^= f* 



R 



Mais je ne sais pas où il 
XJn peu moins lent 



^ 



*r 



£ 



?T 



En animant 



j-»— ^ ^p ^ I » '■p p I* y 



s 



p p p 



Moi non plus. 



t 



£ 



C'est pour _ quoi 



2 



il faut al _ 



t=E 



te 



est... 



* 



=P 



^ 



En animant 



• _JjJLJ 



3 



^JFwS 



^ 



§e£ 



^ 



".</ 



«/ 



3EÈ 



<£& 



P 



W^ 




E.A C. 7836 



2g 



Calme 



La F. 



*fri rr^fr?ntf> ^ ^ i tf^nr^-^ j^^ f^f;^ ^ 




puisa la rigueur me passer de L'herbe qui chan.te; 
Calme ^ 

te I? . â 



mais il me faut ab . so- lument l'oiseau 



0E 



i 



i 



m 



3| — rf 



i 



tr, 



î&i 



f ' r fr ' r 



^^ 



ï> 



T* 



>>p 



&E 



é 



1HHK 



^ 



"T2 






1S- 




h J> aiJ J> i i t W Ai' j> i ^^m— h - » > frMfrl 



La F. - 



cest pour mape_ti_te fil Je qui est très ma - la_de, 

TYLTYL 



On ne sait pas au 



r~i Tj^ Ti 



Qu'est-ce qu'elle a ? 



£E$ 



£E 



EE$ 



E 



Un peu vif 



4 ^1* ^ / JjJlû^iJ 1 1 ni' i 1 i î p p p fi p 11 ^ 



La F. 



Tyl. 



jus. te. ElJLe voudrait être beu _ reu.se 



* 



Savez-vous qui je suis? 






feÉÊÉ 






PP 



Ah? 



Vous ressemblez un 
Un peu vif 




£.4 G. 7830 



-,fe 



c. 






<*-c^ >■ 



£ 



éxz. 






fi / 






V 






./ '*-■<■< *fcéfcfc*^ , 



AA^U,^. n^*_ A^AJ* J~£& acj. * l+ /V*, 3U4. tt l* ^C 



LO" 



'4/<n t^/fl-l ■ •' <'' **0.f Aal«<^K 



< x 4~ ~~J&.* , ^A,r ^ ..,- .^^ ^ * 



i 






< 



-^ 






-'' 



* *- -/t*-t-^c- 









<£T 



A ■ / ■ 






^/^ 



A-4>-L44— 



-^L^_ £^t^(_ 



■«-WM. 



<-/ 



/■»-<-*_/ te 



****~*-£û t^ / 




& 






72^*^4 



-4L 



'""^2^=5' 



/» 



-u 







-*~<^y Ac^^^o- « Al 



C c<-<. 



V 



éC*~4^t__ 



- .*-* < < X«-t» t 




>C«-kj c-*?<^-/sn4_4^,^£ , tX. 




^t^-x,/^. r 



-^ <-±^L,^^l« .; /k<^ f / 



(Xl/j^/u, 



r 



LΠ






■&*-^i*-<4,A / -*£!#*<, ^«4. 



J5L. 






-x-<r-» 



■4L.. 



y^»-# *T «-ff^jL^Jkir- . 



v^— S ^ — ~£~£ 



^ 



7 




'/ 



-*» 



«9 



• 
(se fâchant subitement) Animez 



i 



F P IT P -ft 



En au . eu . ne fa 



ffjjJTîMJ v ? | J' J» p p | r > 



peu à no.trevoi . si _ ne, Ma - da _ me Ber . lin _ got. 



Animez 



I 



S 



^m 



M 



û 






^^ 



n=r 



P=r 



»# 



^ 






Ralentir 



J 1 1 JJ I Jj' ^ 5 



É 



* ' ■ J ' ■ • I -^ " d ^ 



fr * » 



çon. 



Il n'y a au _ cun rapport , 



m 



3" 



«è 



Je suis la 
Ralentir 



Fé 



e Bé.ry. 



5E3E 



f 



Xf 



^ 



PïS 



fi 



PPI 



HEE£ 



p 



êi 



"if 



f 



v«r 



o 



Reprendre le mouvî calme 
ott 



.<>' 



fc£* 



^ 



^ 



e 



jjJViTJMIM 



* 



lu . ne . . . 
Tyltyl .A 



Il faudra par. tir tout de 



O 



^ 



#*# 



É 



Ahl très bien... 

MYTYL O 



' J ^i'i 



^ 



Ahl très bien... 



Reprendre le mouvî calme 




t. a C. 7*30 



30 



( Montrant successivement le plafond, la cheminée et la fenêtre ) 

JL 



La F. 



F fl- f 1 f 1 l | I ^^^^^çz^r^p-^p^p^ 



sui . te. 



You.lez-vous sor . tir pari. ci, par là ou par 

h 



(^É^ 



^^ 



/ 



wyfr-*— * 




m 



^^ 



'f 



1 ST rT 




(Se fâchant encore subitement) 



/Indiquant! 
v la fenêtre I 



La F. 



& . . t w \ la ieneirer 



là? 



MYTYL (montrant timidement la porte ) 



C'est ab_solument impos . si _ Me ! 



nous 



*=T 



*i=*r 



j> i i' j JnJ 1 nJ > 



■ » 



J'aiJtuerais mieux sor . tir par là... 



/. 



S 



m 



P 



? . J'J* 



i 



»/ 



1F=E^f 



j i' Jl J> i' 



ÊÉ 



^ 



O 



-ff-ft- 



r r r r r =s 



La F. 



^ 



p * < E Tp 1 * '' 7 ^ ^-FTFinî 



sor.ti- rons par là... 



Eh. bien? Qu'attendez - vous?... Ha_bil_lez-vou9toutde 



3t 



fc 



mm 



Vif 

4 



=S= 2 



(Les enfants obéissent et s'habillent rapidement) 

a 



■ — ■ — fc v. 



f I T F p p 1^^ 



La F. 



sui. te... 



Je vais ai.der My _ tyl. 



TYLTYL 



^m 






^^ 



£E£ 



i 



Vif 

V 



Nous n'a.vona pas de sou 



} f ^ S 



^ 



i 



±=fc 



feÉ 



^ ^î ^ igg 



— WM: 



émâ 



^m 



f 



f^f 



r 



: g^=g= 



s 



*= 



E.* C. 7836 



fou Ujx, **W -^ ** 






T 



cz __ 



J 






£ 



et' 



T~ 



-«X. ? -7<^ * « . Z^ Se t- ■€ A c-l*-* uW *•**«-* 



z 



/' ' / / 







f V t «-/l #- /a 






* 
• 



£ 



,~.' 






^ 



W 



£ 



7 / 






"&J&. /%rt^V . 



/4-^uJ- cria /c 



/ 



«_t • je.4^~-f- o-t-<- 



Z*x 



Z^iscje^c-t- • ^u»<- 






■^«-e. \ji-c<-^ouJo~ pM V <M*5 



c^ œ ' 



J A 



~_ ^» < Vrt_ / /inn^ -fT h-^^k"-/a^«-«-c_ 




^T ^* 



/ L~Jl£c 






■*■ *-*sLe u o A. </c~ 



■■•'• ::- '. 



SI 




Cédez 



mi< ' i Jl Jl » — \+-h^r^ 




Ça n'a pas d'inspor - tan. ce. 



Je vais vous don . ner un pe _ tit cha . peau 




- liers .. 



m 



-j 



w 

y Suivre 



y~r~ i à 



(léger) 



"l Js > 




# 



f>~^ =^ 



^p^ 



Pi 



^i 



t J> JiT-XZT^ J liJ — i 



mer. veil . leux. 



Où sont donc vos pa _ rente ? 



•f — Ay é — Aj é 



pi 



MÊÈ: 



' 



m 



p 



«A 



$ » i I » j» j=j~h |i '' M » ^ 1 



A^r^t 



« 



& 



r 



Retenu 



♦ 



? a 



l y Ï MLf &^ JtfJ î r fll 



4 



TYLTYL (montrant la porte de droite ) 



Et votre Bon-Pa_ pa, et votre Bonne-Ma _ 



$ * » «N 



^E^ 



J 12éJ^- 



^ 



^ i es 



i 



Ils sont là ; 



* 



Ils dorment . 

Retenu 
3= 



W 



A 



^à=à 



§3 



£*-+ 



ma 



É^Éi 



m 



» " P LT ' ^ ! 



W 7 ^ 



E.*C. 7836 



82 



La F. 



fyi. 



ê 



p 



Reprendre 



Retenu 



Lent 



SE 



^~^ 



man? . 



Et vos petits 



i^S 



;j 



* 



Reprendre 



Retenu 



Ils sont morts... 
Lent 



cdl 



i*= 



^ 






^^E£?^p^ 



^ 



j_L 



^ 



.- 



S 



d^-> 



3E3E 



* 



TT 



La F. 



Tyi 



j,. 1 ' ^■T^^r^cr^r 



F* lus mouvementé 
3F 



Retenu 



-r-*- 



frê.res et vospe.ti.te» soeurs.... vous en a . vez ? 



2 



* ^ p ^ Wp 



V.h 



Oui, oui; troispetits frê_res, 



I 



Mytyl 



j *x ro^ 



•*- 



4 



Plus mouvementé 



i 



¥ f~-f 



Et quatre pcti.tes 
Retenu 

' 1, 



a 



S* 



m 



s 



».'/ 



m 



* 



mm 



* 



É 



^ 



Très lent 



O 9 



Moins lent 



La F. 



Tyl. 



Myt. 



* 



» yjijlj^^ 



Oii sont-ils?. 



soeurs... 

fer 

jEÉE 



t^F*^ 



P 



Youlez-vous les re . voir? 






Jp^ È^^'> i H-^ i'T J /pp^ pf P É 



Ils sont morts 



aus . si. 
P 



Oui, oui I tout de suite ! montrezrles ! 



;|-| , J t -Jyf^^r iM ^ Ji ; - r - i ^^ j^ ^ p ^^i 



Ils sont morts... 

Très lent 



3EÏE 



t> 



^ 



r r-f 



Oui,ouil toutdebuitel montrez-lesl 
Moins lent ^ 

o 



JE. AC. 7836 






, c& .•*-•- 



cc+LLt. <T.<-<A 



<ùt 6.-//^l* J' 









,t ^««-tt «•"*-<. 







Ce* c 






» *3^# 







yu • * t ^*j — 









-•Cx t.ee'->-< 7 *•*"* ^** 



L' 



^t «- 







4^jL. 



u 



r 



(r> \j? L-O- C »»I-^_ 






z Z/ AC 



*ll v - r~ — ; — ^ ~ 






^<Jtk- 



t* A^A.' -Cl^/-^ CxTiXtoU 

-_. — _-_ ■» > — ^ • •' * T ■ ■ ' 



«X t t ' / ^-< -t ?* «■ 



83 



Modère 



X..1K. 




s 



j rô*-/. J ^TT^Fjrtxnn 



00 m 



m ? * -M- 



' * ' v v p y 



p m- 



V P P — V V t> 

Mais ça tombe à merveil. le,- Vous les reverrez en passant parle pa. 



Je ne les al pas dans ma po _ che 
Modéré 




Ralentir 



* 



. ,*:, 






£393> 



h hj ui 



Très calme 



Ldt'. 



ffW 



* * \ï 



M 



ys du souvenir. C'est sur la 



0) 0- 



rou.te de l'oi.seau bleu, 

Ralentir . 



Très calme 







4 ^~TT~P Tftrf .% 



é=ëè 



En 



Qu'est-ce que je ti.re démon sac? 

Tyltyl 



' 



wmrw^^ 



Oh! 



le jo.h pe.tit chapeau vertl 




La F. 



Tyl 




34 



La F. 



Tyl. 



*ii 




r~J J i J» iU^ é* 



voir 



FP^e 



OUI: 



quand on a le chapeau but la 



3£ 



1 



Ahl 



lESS^ — i ■■■ i i , i — < ~^ ^— ™B — _ 




^ 



m ; s ■ i_ £^ 



g p ^-^q^ pj^ 



La F. 



* 



tê . te, on tourne un peu le di . amant 



« 



de gauche a droi.te, par ex . em_ple, 




SE 



! ' 



i 



■ 



^^-,^^^,^;"Rj^;-j r^yyp pp 



Il appuie alors sur u. ne bos.se de la tè.tequeper. sonne ne connaît 



et qui ou.vre les 




m 



Calme 



ï 



T~I~T 



:t» 



S=3=£ 



rfnj^ i ji j . ^-jnor^ 



^^2 



yeux 



* 



i= 



Tyltyl 



Au con 



trai.re, 



il est fé - e 



On voit à l'instant 



Hi? : lg: 



IÉËI 



i 



Ça ne fait pas de mal ? 




I ' / V>— ^ <=*>~ ~^A+y 



L~c_ *■ «~£ -£■*- 






A. 



CnA-« 









-' 



,1 i t» t / 









>^di c • -*-/ ^e. 



~tf" 



/uo, w!< ^> / «< . 




O^Ù^i-Le^.U L càc 



c Ué 



v£ t-v«- OUZ •> 



/ 



*.<.<. /é de Ticyi^^wa/u^^A /i*^ /**-*• ^ 






/ 






':. ^.A_ 



85 



Moins lent 



g=g=Ê-Mi F f—Ç P TZ^l-^— v "^ --^^^ ^ 



-a F. 



Yoi_ là, je vous 




I.t'nt 



fà-h^-f-^ ' : "W77~Ê -toM^^ i^^- £ 



al'. 



doa-nc ce que j'ai pour vous ai . derdans la recher.che de l'oiseau bleu. 



^uand ou le tient a in _ 
Lent 




-a F. 



I Ji J-fr J^ ^ tJ* "J J .M J^^-^n^F^ ! I 



_ bl, tu VOIS... 

A 



ua petit tour de plus, on re.voit le pas . aé. 



!5g%£= 



™ 



<. 



w,. 



^m 



a 






... K. 



i v ji-^=j3i=rjrjn n ,j ;* j'iT- j J 1 i , ~i=g 



i 



En - core un pe.tit tour, 

. — . A 



et l'on voit Ta _ ve _ nir. 



Q^JfJ aÊtïl 



S 



• 



i f f 



m 



m 



E.à C. 7836 



36 



La F 




\ tT^~T~T~T~T~ï g ? ^ 



La F. 



? ty V 




(Elle coiffe Tyltyl du petit chapeau vert) 



La F. 




La F 



É w K „ t " k | »«/ > Animez subitemcn 



/O 



w</' . Animez subitement /* ^ 



ï 



tour.ne le di. a . mant... Un tour et puis a . près 

Animez subitement 

i i 




E.AC.7S36 



iw &éœâiz£ .'c 









* ~ '^ 7 



.' C- « 



/>. C 















--»-»-t-o- 



l/ c^'-c^-afy 









JL A^ 






abc bJUùA 



L. M 






r 



CC «i A._# <.- € <. * . 



/***. '^r p 



S 






( '<c.y 



u 



JL 



fy~ 



A ^ 



;<r* /£**< 



6>V îA/t 






C&-t*,l 






/ 



't «-£.•***' 






( A peine Tyltyl a-t-!l tourné le diamant que la féerie commença 



y 






" 





TLYTYL'montrar.t les hf-ures qui s'échappent de l'horloge) /?/ iju ..... ..Qp / BOnt les heu . res de ta j 

t. ,„/• - . '- 1. r— ' ■" . l^T^P^ 1 ^ <"<*■ <>«*« ■<' 



Qu'est-ce que c'est que tou.tes ceB bel . les da.mes? 




ÊRR^T? y— rrtrii 



La F. 



«>' é 



vi - e 



qui sont hou . rcu . ses dê.tre 11 „bres 



un ins 




t 



, 



La F. 



-tant 



A TYLTYL 



Et pour, quoique les murs sont si clairs? 



Est-ce qu'ils sont en pierres pré.cl 



à 1 , ^Tf^En— ^Tir-Jr 




E.» C.7&36 






La F. 



Tyl. 




zfte 



5^0 u. h * ?"pM* > «TJrrTTTT ^ 



Tou-tes les pier _ res sont parell.les, 



tou.tes les pier _ res sont pro.ci , 




ÉM 



#^ 



£ 



¥ 



:h-Hr 



PP 



4&* 



La F 



3ËÉ 



eu - ses: mais l'hom 



me n'en voit 



que quelques - u . nés 







rôî 



f 



a Moins anime muis sans lenteur et très rythmé. /^ ^ * / 



* 



J^î 



La F. 



F=? 



% 



*£ 



8E5 



Tyltyl 



Ce sont les 



' 



S 



^ 



fe« 



v 



Qu'est-ce que c'est que ces vilains bons- nom. mes? 
Moins animé mais sans lenteur et très rythmé. 




q, ■■ ïTTTg 






ffr ^J li J,J J Up C 1»î ~ E §ff— (K lniH^^ 



La r 



â _ mes des pains de qua-tre li - vres qui pro 



fi . tent du rè . g-ne 




e a c 783fi 



i* 






"*- &u£ê *-<i^L<J de. œLouxÀz. ÙAA-èJ /uùriJ J*<. '<*+<-<- Z*\ 



v 



idji^ -Le\ uk 



• 



Ci- <ri CL^A^c4su£_ _ -l/o^ 





- 



\jL ec 0-^c^e-i.^U. i 



1 tW <:^>£ -* . 






/ 



.v i*»^<m «■*-»•• Af>i_«.< ^->Vi. .-^c^ jtutr/e^/r X.-*-c<. 







<^<-«-<- « << -e. 



^v 






(Sc-c 









yi/uLsvLaj^ 






j6 



^À^* 







■„iJ~ Ce r 

/ / 











X. ^* < ?r ^" 



> 



(este -S*- A* 3 -//.^ ~ja^»^C* vi-t^^ LïycAft / _^£ ^*«i-<^/^/ //< J<tu^/i. 

û / * 






cLe-w-**J- J^-T^^G^ -eÂ^L^^i*) 0*- ù* -^ct^t &c ûïy'iéiryt .«^L** 



fr^ ^ jlc^ya-yt-r- mJ~ ^^ Xt-*-/^*- #£_ •jC-t.^Ic^i ^^ -*&* 



^ic«V xdLSl^ 



89 



La F. 






i 



*£ 



s 



de la vé_ri.té pour aor. tir de la huche où el.le9 se trouvaient à le . troit 

Tyltyl 



• TYL Uf* i Lnh f^ 



^^m 



Et le grand diable 



m^ ^j ^f m-^t të 



m 




m 



if I J-L 



&^ 



/* 









frrrrTvri^ 




La F 



Tyl- 





rou _ ge qui 3ent mau-vaifl? 



Retenir 




La F 



l.tgg^. i^l J ^"^' 



Encore un peu moin*> anime, mais toujours sans lenteur. 




^FFF^S 




.te . re . 
LE CHIEN ' sautant, bousculant tout ' 



g fcis i Ef 



-t^-~!T? y= 



M p f -^ 



Mon pe.titDieul Bon. jour, bonjour! En . fin, on peut par 

Encore un peu moins an imé, mais toujours sans lenteur. 

V 




E.A C.7836 



iO 



C*y'- \&aÀjl 



LeCh. 



¥$ F^ 



±± 



^fP P P g g F C I p ^^ 



ler l j'a - vais tant de cho.ses a te di - re I 

(Le rouet s'est mis à tourner vertigineusement) 



£ÉS» 



m 



^= 



"P — ¥ — — — W 



5*^ 




^ — F 





f 



leCh 




mm 



* * 



r 



V 1 \t \ï . 



LeCh. 



BE 



p r J P 



pas!.. 



ai ^'.4 



Mats maintenant! Bon _ jour 1 bon-Jourl Je 




TYLTYLÇj la Fécj 



r~f? ir l'ff it «p (f 



l - ■ ^y : H 



Qu'est - ce que c'est que ce mon 

- "î'T"ff~l ^ ^ ^ * E 



f == F = F =I ? = ^ 



tai.mel Je t'ai. me! Je t'ai. me!... 




E.A£.7836 



/, - ^ — 



' icZt été. 







lu d*v^j^^^**~*4 { ■ ^^^ ~* 



/ 



0^*-C' 



Q^ 'ù> 



*^a 



l-Ct 



oU- ^eSL*iJfc(jJ 



■*y* 



£rz. 



€s~4r- 







u. 




t-i. <c*-ci 



-^H-*y. 



xi ^*^^"^-^ , ^^* : 






^ 






<-~^*- û. ^LJ ■**/« 



^jLdLu 



t 



La Fee 



w^^rn^^rrj—riR 



>i 



P 



CeBt l'â-me de Ty . lo que tu as d>- . li 



-sieur a tê . te de chien? 

m 







i *T 



l \?'¥ î%Ê L* M 





UâM 



ZZZ 



%r~^ 



» 




i F 




~)VJUAA** 



JU 



«Ch. 




E.âtC.7836 



42 



S 



LA FÉE 



W^F 



^ ^rr=t= } j ; j 



fr^*£ 



C'est l'âLœe de Ty . let _ te qui te tend la main... 



Embras.6f 



Myt. 



^^^m 



est - ce? 



La F 




LE CHIEN 'bousculant la chatte) 



m 



r: rr r , g I tmOT * p i p p s f 



£=£ 



p ^ ï 



Moi aus.Bil Jem . bras.se le petitDieul j'em _bras.se tout le mon.del 



/ 




LcCh. 



£ 44=1 



* e 




E.& C.7836 



s : 



fin 6^*%M*. -yo- i • m r(-y£*2- /C», A-«— W- cx^* ■£**- 







A é v le/A.. 



* , ^ 







oub- 






/ / f "7^ 7 TX 



~^ ^cu? <7,< L *-*- -e-Lie- &-<?-lJ-4- 









/ 



- 



-^U «^ie* 



t<^« //c<? 










■yo-iJ. p-e*~cXX*.4J- t£ t^lccte. tz*. 4C **~#-clL » 



<7 



r. 



c <^ 



*^ -Xc 



<^,/ 



, — - 



(C4L 




02JL^ u l^ j/'. 



tty+yt -u^sï,+J- 4^JJX~UL ;-L-l/*_ 







~f 



rc-t-c 



V*U éU. _ 



LdJ>> , U 



(<UL 



4a 



LA FEE 



£, 



*=-- P 1 ? F g g F F 



I 



La Chatte 



Toi, 



tiens-toi tranquil _ lel 



È3E 



£ 



M H l< ^ 



£ 



Monsieur, Je ne vous connais pas 



Wj P v m 



Le Ch. 



houl 



(La fontaine chante d'une yoIx auraiguë) 



àfeJife 







ix^ ' i^^ ' ^ ^' 



.*• ' ■ 



ÉÉ 



'"frj J JlJtff Ç I g t * 



P* 



La F. 



TYLTYL 



C'est l'Eau qui sort du ro . bi . net , 



f '« * P M j ^ i j jm * 



? F F p iH 



Et la da _ me mouil - lé _ e? 



Et la dame en che 




ty L i ! 



* 



A ?_ J 



» — -Jr^mr 






C'est le Lait qui a cas . se son pot... 



Tyi 



*" 3 F g F J» r 



mi.se qui a peur? (L(J Sucre) B0UP i an t béatement, approche de Mytyl- 

f f f f 




^J7S7 



^ 



jf r r r_ 



?w dehors 

E.AC 7836 



4* 



La F. 




y -Jaaaaa^ 



m « 



MYTYL 



r^tW 



P ^ P ^ P E f ^ f 



Mais c'est l'a - me du Su _ cre I 




._ r^-^_hJ j> J» j t^ 



La F 



Myt 



Mais cha . cun de «es doigts en est 



$Ê^E3 



iï^^-ir 



P P " 



a des su . cres d'or . ge? 



I La lampe tombe 




La F. 



É 



hA 



o 



Larg-e 



E 



un... 



O 



TYLTYL ,/* 



T T^ 



F m 



ËE3 



C'est la 



de la table et, aussitôt tombée, la lumière apparaît) 

jQT^ Largre 




I 1 1 1 1 f 

w — • » |» » » 



■ m 



e==bT 



t=s 



r 



E.tC.TbSH 



A.<2- 



sCU 



>-> i^UzMjl- 



r a^nyy TL&-tSiJ2— 



l r r t-— *-- — ' — 






t'W^ -^/^ 






rpcci 



_{ ( a^h~ .mt-^^-^- *&^?L±f f i<^sUl*- i^^J^. . **+ 



> 



a 



jtyiJuLo^i c^ l ' e^AMM-s Jjz~ JLe*~ <qii.c^W(>y^ 




d'^ 



V^ 



t l 



y 



H 




v- 



p 



•$ 



v 



o>\ 



A 



w 



. V* 



<K 






■> 



f 



œ 



<» 



/, /•"' ( 7 W ^ jLeti 



[^ 



Trrrnr 



i=£ 



If 



45 



La F. 



ryi. 



Myt. 



a * P 



g^ 



=r=F 



Non, mes en _fant9, 



cest la Lu - mie _ rel 



i 



y-Mi-r 



Rei - ne! 






C'est la Sainte Vierge I 




Tyl 



Myt. 



# 



f 



■■- - 



rj.Trtn 



Plus lent Retcncx encore 



y i * n 



?=£# 



if r ^-r 



La Lu . mu- - re! 



ffr^— - ~T-4Pf^ r : 




C'est la Lu . mie . r< 9 

;>/>r =~ PPP o 



i 



La Lu . miè . rel 
LA CHATTE L'BAC j£- = 



ÉES 



j -j^MH 



C'est la Lu - miè - re! 
J>/> = ppp 



La Lu . mie - rel 
LE LAIT /--= , =~^1— r 



=£4 



3^ 



C'est la Lu - mie _ re! 

_JB£=^-- r -£et'- - >? , , b | tt 

f ji j, d i— k-W-P T 



La Lu . mie - rel 



C'est la Lu . miè _ rei 



LE FEC. LE SlCRE /' 



^ 









La Lu - miè - re l 
LE CHIEN. LE PAIS /' 



C'est la Lu - miè . rel 
ppp_ 



LE CHIEN. LE PAIN f L ' If T^ S L/-^- " , ii.'" ^ T — irtnr- 



C'est la Lu - miè - rel 

Plus lent Retenez encore 

PPP 




E gEilr -*-*-^ 



E.* C 7t»tf6 



y^^fï 



Tyl. 




La F. 



m 



* *?T g" 



( Tyltyl tourne vivement le diamant) Subitement animé, 

fc-fr^ — t^ h h 1 m m b / S 



^=5= 



W*F9 



* 



rF p r 

Il est trop tard 



.mant!. 



De g-auche à droite 1 



Pas si vi.tel mon Dieu! 

Subitement animé. 



m 



m 



h ■> 1~~1 



**=* 



--1 







* 



*B 



M* 



/ 



^^£ 



lêft 



(La fée redevient vieille femme, les mure étrl 



La F. 



La F. 




temps de repren.dre leur place et nous au _ rons bien des en . nuis -ifM&l ( , Qd'y a 

Retenir ... Revendre J ' ftijù. ~, ' 




F.. 4 C78.W 













tu* Lu 1 à &L ùVLOLlL 



^e^- £u -Lia, j^cz 



f/ 



<_i*etK£+4. 







P> 



ff 









L 4» ^»*W le -' 



^4o 



tvt-c>**-ce 



, ^A ' 



, 






*>-C-<-W-« u. 




* ' 









■■;■ ; ■>^, 



• 









■ 



■H 



ir* 



> 









^ 




p 









(c^^ /i*uV ^Vct^t^rvoJ 



^iftJt^ jCe,)- 












o-c-cJ\je. — 






^i^C? tx? 



fLA I4^l*4*~ 



4 '-? tzrz t ti&r^fà 






jt Lu^ i^s~^^/f*~ 



u. 









iy*Jt- a. 



--JinS 1 ^ <fr* 



^J ^ettzU^*^ 



47 



La F. 



■t'il? 

(Un pain de quatre livres hurlant d'épouvante) 
LE PA1 



tr^ T ~ T 



^ 



r^ 



Mais si 



Sir i '« » ir b =fEJ 





* 



P P fi pTJjT » * 



f 



La F. 



Le P. 



5> V 



Yoy.ons, vi te, ran.gez - vous. 



i »n n iî*p p i *r t p ut 



s 




m 



LE CHIEN (gambadant autour de Tyltyl) 



lîPffy Tl "i*e =ff^M 



i : 



Mon petit Dieul 



Je suis en _ core i * ci ! 



Le P. 



^a«p g ig r p ? i f ~ j * 



me man-ge - ra le pre - mier 1 



Retenir 




fe^Hfvn - 



*ïS 



<^-r4 



^ Kl 



^ — y^^ 



-jjj j* . i 



r p- 



r=p 



K.4 C.7S36 



48 



LeCta 




4 



î 



La F. 



Lf Ch. 



là? 



/ 



gg 



m 



r r r f 



ï r p e v; v 1=^=^ 



: 



£=* 



P 



p > iryiL^ f 



Je n'ai pas pu rentrer dans le si . len _ ce; 



la trap - pe sest refermée trop 



\$ 



B 




m 



^=i- 



-3=A 



* •' " ^ 



> 



: 



. • 



mm 



<î f- 



É 



ê 



î 

c 



i 



j 




Plus animé et en pressant 



r^v^W 




LA CHATTE 






1 



m m 



t 



o 



^fe 



^ 



^_ S L_ ^ 



La mienne aussi . 



m 



8- 



ê=fe 



- 



^ 



Que va-t-il ar-ri - ver? 



Est - ce que 



LeCh 



vi.te.. 
Plus animé et en pressant 

dk 




/ 



^^^^ 



i iffTf r 



ip 



» BC 



4-4^ 




E.&C.7836 







l 



4*> 



" 



aC*a\ ■&>- 



r 



£fc. 




<\. ea-u 



tta.cJL.àr' 







/ 



/, 



^ J • 



^V^c -^Ccc u£.i.<-^e- ■ 



(p Ot^CJ -■£* > J*-' 



r yLt-«» *» 



1sJ*L*U eC^C^. I / cr < cA J*., i^t^L 



7/.~ 



I 






~Ti£: A 



^.^y— A— ■ & — ; 






t — 7 



^ É .*£<- 



r 






-<?/-+ ff-« 



A 



La Ch 



v 



$ 



LA FÉE f 



S 




49 



j Hj> fi S g ^ 



Mon Dieu. 



^ 7 'TWi- ^r 1 ^ 



Ë=5 



J- dois vous fii . ro la vé.ri té: 



tous 



cest dan.gereux?.. 



m 



Assez vif 



^r ry p ^ =£ 



dB 



La F. 




j=4iy=^ 



^j:~rriJj-3^ ri7 j-j^tj- ^ ^^ 



ceux qui accom.pa.gne . ront les deux on . fants, 



mour.ront à la fin du voy . 



La F. 




.* 



qui ne les ac . com.pa.gnMont pas? 
Retenir . 



=» 



£ " 



ezè 



7 



'cU^^TjL 



i^S p p 



Plus lent 



Subitement anime 



. êAAi 



$4 



£ 



P=£ 



La F. 



La Ch. 



Ils sur .vl . vront quel . ques mi _ nu . tes., 



* 



"(au Chien) 



i p | •> Jl j^ 



. Plus lent 



Viens, rentrons dans la 

Subitement animé 



60 



LaCh. 



| p p ~i T 



trap.pe . 
LE CHIEN 



.U"**' 



^ fi i-^-fl b p f » p rrrrrrf ¥^- TÎT^~^ 



Non, non! 



Je ne veux pas! je veux accompagner le pe.tit Dieul 



Je 



Lafh 



L-Ch. 




veux lui par. 1er tout le temps! 



,Lr\ f 'LÇ PAINfpleurant à chaui 



m 



chaudes larmes ) 



■ := •' -|fY L T-f^^ 



Le P 




E.l C78»6 



x£ &t***\ £+^<s£* 



£t^ /VC~4-4CK~4~<^ £ 






{*&>» Ja-t-^/s T-t \.jU*ï 



P 














/ 



*£• 



^£J-* 






/cJb-cr*-" upcjB^>-»-^l -^ 'c<^LÂ^0^J-t 



^1— / 



^ ^ ^*/v^ 



/ 









A t*?K-^ " * e-4 r i C 



?*£. 






£ 4L ' - v • <» €,«,<«> * 



^ 



r. 



.* 






(■**■ 



y/- 









oI^k. CA^fui 






< '*,*. 



£.<Zi-t. fiJ- J. Ù* 






61 



i 



L'eau -f 



P=d 



$ 



LE FEU f ( ^ 



Je 



*P 



^r-P f— * f ~f | F -I 



Je ne trou-ve plus ma che _ mi . né . e ! 





dans le ro - bi - netl 



lf Sucre f 



'f-ï-ï-f-JÇ. 



vé mon pa . pler d'em.bal 



ÉÉ 



LA FÉE f 



^R 



V 



r--m; 



^ r-p-ir 



fcl 



* * * V £ 



i 



-V • 



Mon Dleul sont-Ils bê-tes et pol - 



FF^f 



œ 



e S. 



la . g-e I 
LE Lait 



ffi--^^pfr-^rjr-^ 



£i^=T 



^ 



On a cas. se mon petit pot I 




E.4C.7836 



52 



4? 



I t 




V — ^ 

XJn peu moins anime 



II 



La.F. 



, f ,i '' ■' J J Ji l ' p 1 



t 



Vi 



p m P p p » p -/p p ''- ^ 

P D P E E p p P * 1* r J p 



trons! Vous ai . me .riez donc mieux con.ti.nu.er de vi . vre dans vos vi - lai. nés 

Un peu moins animé 



^^4 



-9*- 



=53 



5 



7T 



y 



S 



i 



# 



Ralentir 



È=È 



J J J J hJ ^«^ 



»n r r. 



3 



La F. -A-?» 



F P P Fi g g 



boî . tes, 



^ ^ K P P fc< 
dans vos trap.pes et dans vos ro - bi 



>*S 



nets que d'ac-com.pa.gner les en 

Ralentir 




i 



* 



s 






** 



=»?; 



^~ijJ7 ^jTjT^ jy [ pj j 



£ 



sa 



La F. 



fants qui vont chercher l'oi . seau ? 
A LA CHATTE, LEAU, LE LAIT .f 



)\l*WXMAHd ! viUlfW 



^S 



Et toi, la Lu. 



$ 



Oui , oui 1 tout de Buite I oui , oui r oui , tout de sui . te 1 



LE FE U, LE SUCRE f k k k , 



^j>tdV'pg^g^epti i ' l 'pB 



§E 



LE PAIH 



Oui, oui! tout de suite I oui, oui I oui.toutde sui. tel 



n J y^c 'C Fïpg^ P PC I F P * 



Oui , oui 1 tout de suite I oui , oui 1 oui, tout de sui .tel 




E.àC 783fi 




. ^ . ^. -r ; ( /. ^ /<_*<_ v f •' * *-<■■• 






£_*"*-£ C*-«—*». 




fÇ m OA+4*. -V *-«-*-/£ c-tw— /*-- £««-€-« - 



,#££&* 



^ Z*~i 




7/ 






Retenir. 



$ 



Calme 

la Lumière P 



J'J'JiJij J1J1 I ,1 ^ 



J'accompagnerai les en . fants 



fe. 



La F. 



| <TJ| i * 



3S5 



^^ 



^^ 



mlè.re, Qu'en dis - tu? 



m 



LE Chien 






Voilà qui est des 



Retenir 




La P 




& 



Plu* animé 



Retenir . .Lent 



»r~T~ 



I.a F. 



— 1 ( Xi 



noua 



i 



TVLTYL 




fefâ 



^;;j 1 .^ l 



15 * N fe 



rf, , ^,1 r ) 



^=^ 



h h h h 



;# 



on frapp>- 



C'est en_co.re Pa.pa!.. 



Cetlefolsil sele.ve, 



■*£; 



* * 



Je 1 entends mar- 



-V S S , 

— L. ^-i r» 



1 



«• i '*- !'«, 



Plus anime 



m 



^ 



iu i j 






f 



.M"> i i i5 



Retenir . .Lent 



W 



V il v\ 



5B 



l=dfe 



* a j ■ 



■?* 



2ï 



■m 



t T f y i 



^ 



f 



I 



f p » t < i. » 



se 



f^E^ 



r 



7 



ir 



E.4C.7836 



54 



Plus animé 



vtt 



La F. 



Tyl. 




, Modéré „ 

s. 1 



^ ^^^^lîTTnrT ^ ^^ =ë£j^êj 



Nous sortirons par la fe . nê.tre 



!) > t 



*A 



Toi, le Pain, prends la 



S 



ober... — 



Plus animé 



Modéré 



fxS 



ËÉ 




SÉ3E 



1 



PP 



r * 



3=É 



g! 



TF 



ê* 



* J> J> J> J> J> 




La F 



loi -seau bleu... Tu en au _ ras la 



La F 



La F. 



$fc E=P=Fjryj* I J 1 jr-jr-jr^fe^ i 



.rez comme à mol-même... Et je lui con . fi . e ma ba _ guet.te... 

3, ■ ^' 




«.* G. 7836 



T*? 






/ 



./ 



/Wt 



£*.X^ 






/ 



£«*_ y- l .ci.ayCt ^--- /p «■ t-t- ■ 



Vl< ^feU-c ^.twttV 



4>4-<-Jc 



■«/ < 






/ 



-^yu^./<< >Ve_ /*- 










oCl-v-o-a^Z- -^l -++-&<*_ -c*^a*_ %*. ùstt-Ay <^y ^<~^. 









z 



cU i*^- 



fi &■ 

- n 






(%& cr-L-'-t^J- 



L 






\J*~ 







y 



4 



&. &-U.<-<. 



,4-art^ & 



56 



[.a F. 



rf*t 



I 



!i Ji Ji JiJ' l thM > rVI" , 1 ^ 



fants 



¥? 



vl - si . te.ront ce soir leurs grands Pa _ rents qui sont morts ... 



fe 



fcfa=T 



W 



a 



<"jj "J^V 



H — I- 



atr=4 



■Sist 



>>*.' 



f3*I 



■*F 



p 



^p^^ 



^=-t-t1r=tz^ 



La F. 



voua ne les ac _ com_pa.gne.rez pas 



par dis - cré - ti - on. 



Le 



jÛ I 



M 



ê 



ÊÊ==1 



m 



y.** 



H 



O - 




fc=3E^ 



La F. 



Un peu plus animé 

J 1- K K K ,- 



i é=j=^*j^- < nr"-[7-^- » ^ rrr P ? "^ 



Pain remettra la cage à Tyl 
Un pou plus animé 



tyl... 



11 est pos . si . blo que loi. seau 



M.r_r 



\ c .*« ï J 



âa . i itf-m 




m '^ h"* t %=f= l 



^E^ 



^£=^ 



Retenez 



La F. 



*f-^-jjYji^ T\ ! ■ I 1 i 1 N É^^^^^ ^ji^ 



bleu se cache dans ie pas . se, chez les grands Pa .rents... Vite., en route... ne perdons pas de 




E.ft c.7S:io 



56 



uuuJ f^ 



La F. 



f 



ï 



Alodêre ( La f en £t re «'allonge brusquement comme une port». Ils sbrtent tous ) 



m 



temps. 
^Modéré 
8 



■ lu l\ 



JV 



•^' ' 



^r 



WV,, V u 



£ 



^^ 



^m 




u*J û li iSiivû 



.&? 



„ i ; l w^ i * m 



=** 



S 



ii iJ zj ii ii "û ij zi \i zi \i û 




■m- — ■»■ — -9- — ■ 



( Quand Ils sont sortis, la fenêtre se referme Innocemment ) 

if - -A 







zJ i^ iX W V ' tS iJU vu 




Ralentir - 



^JlH 



■ > J W i> 



^^ 






s 



ï 



E.è C 783B 







SKJL 



-"U*_ &*-<=»-+*./& Z JL 



'•*■*- oLt-iacuT . fç ,y v _ 



/ 



/D 



vc «£^lc 



-jL, 



^^^tiifxîèf^ 



u^ 













o-t^t__ 

















^a^ 







* Z _ 






T^ 



/.o 



^Cc-jU- A/ue^> 0/L4_q_ C^o-}^^/^^ & 




oL 



£,>l£^; ^^ L 



- 7 

I U/huuu^ 



~U™r-.£a.L'M oh. cUoJi 



' 



IHjUoa 



lictn *-e A-*- 



flUfu 



Lie &>/ t~~/ <&*^* ^ n 

\ r^tuu* & — ^^ *~A 



Au< ' 



/^ t**«4 



/f ( * «•/£-<> 



— * £é ' ■ i J 






/ 






4L****- ^#~-£ <* «^ <■ 




Très (La chambre est redevenue obscure. La porte à droite s'entrouvre • t 



57 



calme 'Sans l'entrebâillement paraissent les têtes du Père et de la Mère TylJ ^ K PERE TYL 



Très calme 






Ce n'était rien../* 



^^m 



« 



♦«►• 



IF^^ 



= R; — ^ 



éê 



r 7 ^ 



=« 



m 



JB 
M 



uit 






rt*.'. ■ 



Le 

P. T, 



EÉ! 



LA MERE TYL P 



g§* 



> "FFF P F 



» » 



Tu les vois? 



^ a^^ 



5 



C'est le grillonqui chan . te 




Le 
P.T. 



>>■■& 



g=s? 



*jyl- f 



jg=^ 



a 



Î5 



Bien sur. 



psing 



/u/ 



Ils 



s 



2EÉ 



^S 



I 



^^ 



POT 



3^^E-f 




f 



r r-rjrj r r-r.ra 



E.A C.7836 



58 



Interlude 



En route pour la recherche de l'Oiseau bleu 



PIASO 



Modéré ' - i U 

m.JT- 



m.d. 



m. g-. 



± 



î 



PP 



9^f=^f 



( t^-i - 



w I « ra 






i-J> 



f 



m.£-. 



-N=f 



^ 



m.d. 



Ralentir 




m >MTèJSD ftnajgj *-h» t±r-$ 



^ 



3* 



* 



«;» 



-<^r 



-Wr 



m.i 



»</* 



<fl /"pJWfi 



au Molivî 








E.& C.7836 



59 




^ 



ifc* 




S 



4£ 



t m&vtm-î 



m 




■^m£ 



h 



w-.wcr.mzzB P 



pi 



y 



g 



^a 



r^ 



F 



■ ' ^«: 



¥ 




E .4 G. 7836 




4 C.7836 



6* 



m?Êl -irsiJ7 ÎÎ2iTZ2 j~— j> 







l ^ ï^^ 



S : 



H 



ï3=j$ 






J» 



pii 



• 



¥ 



■g : ** 



w 



*-'* ■ 



^ ^ ftp Çg 




** 



Ralentir 



au Mouvt 





E.ft C.7838 



62 




m 



ë 



jS 



y i 



M 



4 

'a 



*mm 



à 



u 



p 



m 



a m 



f 



f 



^j 



r 



^m 



i 



f 



ûyë 




m 




i"jj]i'i 




w 



■ • .J-- 



s 







&J?3 



t^'dtpp pp 



— * _i * _i * 




ÎH Jn 



?^=g 



P^ 



1 



6e 



5E£ 



^RRÊ 



ft=r=£ 



p 



3EEÉ 



Jtr 



f 



eè 



E. A C.7836 



3 * 



a 



(%^ 



- hLV 






.4 — ■/ 



y 



& 



"S 



c 






A 



< , Y 



r 



/ 



£ 



J i 



t—* * s * / 






ŒH 



» Tfr * *- 



7 



- 









' c<^J^ctM^y~ 









JL. 



^J2 ~^T<=^JcJ<r^ d' *Lb<Uc4^ ^COn^Â^J ÙL4JUL. ' fj 



uL. 



£?i-t-OU* 



. /g r *tCex-j-*sf 4*4sc<jaJu^ 






i 



-t? •<** 



<fK£ .-Cx. " ^Ujlcu.' 



JJ 









I^OOl^. 



re -€ i <ZA-iÂo_ 



/ k^o-n £7 . 



ri *r 



s-cLà 



u 



A s+^a^-yt- 









v4iJL- 






CtXJ-vttÀ) (?*-« 4^JlA> ^/ OCH4 t/e-e-Lf--- 



e^O-tUA^X clun^Ov*- 1*1-0- U<--LJ^ . 



63 






Calme 




DEUXIEME TABLEAU 

«Le pays du souvenir >» 



Retenir Reprendre 



PIANO 



r r r r-^-r? 



ï> : *c 



s 



T 



r r r r- 



■â 



& 



Reprendre 
Retenir +■• -0- m. m 



\ 



/O 



5 



/ 



pp(loùittiiu) 



t 



*-P^r—P L l 



r 



Retenir ^ Calme 



«i* 



1 



a 



Retenir o Reprendre 



PPPl^ 



y 



/' 



<•>:* 



■«L 



J: 



tfi-i- 



Jv 



« « 



fe £££± 



3E 



T 



m 



5 



Retenir 



Reprendre 



tm 



s 




4*» 



f 



i 



rW 



i=¥ 



*s 



** $ $ 



2* 



5": 



*^r 



tt« 



fiy 



« 



* 



T — f- P 




(Un épais brouillard d'où émerge,* droite, 
RIDEAU ^ e tponc d'un 9 TOB c h«° e muni d'un écriteau) 




E.4 C.7836 



«4 



=**- 



t 



(Tyltyl*tiMytyU(H.j>i«4-du cttfn^ 
TYLTYL ffl^' :< 



^ 



J 



^ 



"^^ 



Yoici l'arbre! 
MYTYL mf 3 3 

.*■ % ■ J a , ( r- 



Je ne peux pas 



m 



Il y a l'écri _teau! 



i 



^s 



gS^S 



^ * » n 



««- 



g a 



if \ r u 



$"^=»=»=*: 



Ï^^E 



3^ 



-j. j. > ' v j i J J» «M ^i m^l-p i ^ ' 



Tyl 



li - re. 



At.tends, je vais monter sur cet .te ra _ ci .ne. 



$ 



! 



i 



a ■ 



W 



§tt 



J 



« t» * 



* ''j 



I 






T^ 



-*£ 



^=3^-^^^ 




Tyl. 



^^ 



P===£ 



B- 



* 



c'est bien çal... c'est é . crit: ■■ - Pa - ys du sou _ve . nir...» 

MYTYL 



3=£ 



Eh 



t. 



m 



= ^=£ 



m 



— g- 



m 



y ) i r 



P 



ï 






£ 



Tyl, 



Myt 




Un peu moins lent 



Y ii 



|Jm j^d 't — p Hj.j.j.j.,1. m 



■ 



1 » -Ji I J^ AJ^TTJ^'Jn 



Der . - riè_re le brouillard... nous al.lons 



P! 



bienl où qu'ils sont Bon-Pa _ pa et Bonne-Maman? 
Un peu moins lent 



! 



^ 



*p 



o ■ 



g» », 



s 



1 



¥ 



H i v 



E.4 C.7886 






'* •' ' ^: 






C4X-t-fW <3_< 






~ — ^_- . 



0LA **■ • 



~e^c- .1 



.i t^t ■ 






<_ dt 



r 



\.^a*~ a>- 4' 



â Û / / 

- / ' / J<:/ -&*-« ù^**. &<-*J- 



CL*-*. *~~^ 



-J , 



*«-_ 




f. ^ 






s. 



£ , A*?i-«-^ i^-^c J </l*L+4 Jï- ZJ^r 



ILS tf-0~ 



<j> <C~~ - / / / 



Jl^l 






'iï 



7^ P f JÏ // rf 













X^~ d f£j* ** £ 






65 



Tyl. 



Myt 






en accélérant 

Sf 7 * ■ " = 



voir.... 



(pleurnichant) 




Je ne vois plus rien du tout! J'ai froid! je ne veux plus voya _ger... je veux rentrer à la mai . 



en accélérant 




Assez animé 



Tyl. 



*yt 



+jdi H-jir^tT JJ^i y -^~"v ^ Ji ùt\py-r f ^ 






Yoyons.... ne pleure pas tout le temps... T'es pas hon . teu.se?... 



u . ne 

•y 



è 



9^F=T 



_ sont 
Assez animé 



Sf 



bazz 



L^ 



U U 



^ 



ÉÉ=5 



r 



/ 



£ 



S 



^ li^J .- S 



^ 



*« =£ 



& 



I 



» t>2 



. 






Retenir . - X _ _ . _ . « Modère 



Tyl. 



gran _ de pe.ti-te fil _ le!.. Re .gar.de, 



Retenir 






k^-I 



U . J-fff^b 



le brouil _ lard se le _ ve dé . 



Modéré 



^m 



w 



M 



" Vf f f- y 



* iJ. ^j =p 



r^ 



SE 



E.i C.7836 



66 



T A v» + 



Ralentir 




*£ 



Lent 



(La brume s'est mise 



^Silsï^i 



ja 



nous al. Ions voir ce qu'il y a dedans 

Ralentir - 



Lent 

(le thème en dehors) 




en raouveme 



% 






T 



(Bientôt dans une lumière de plus en plus 




transparente, on découvre un, riante maisonnette de paysan. Près de la porte, sur un banc, 
Animez légèrement et augmentez peu a «eu 




Bont assis profondément endormis, un vieu x pay 



TYLTYL (les reconnaissant) 
san et sa femme) f 



C'est Bon-Pa.pa et Bonne-Ma . 




E. A C. 7S36 



% 



T-e~4f A-^-czLc i-«^ A-i-^.^t^J-1 U&-1.t-4-a^L-'J~ 



■lAB-t-? 



/L ct-t.<* . 



~— — -^±2: 



& «6 if (2c*si^*^ 



4jl. oc *^*~ e>-*-c< 



: w 



£<_tv 



L ,2 «yLwC ^/^ 



^^4//, .^A 



S ? 



-J 












■ % 



^c 







4-J L{re^uc-£Mi 



/. 




_ '6 



C4. 















r /f , ^fc/C A/l ? *^ ùtyoU^l 











X. 



J 



<£c< 






b7 



Tyi. 



^» r , —\H^r'^rrrT-frjp-fr-nji^ ^^ 



-manl At.ten.ti . on!.. on ne sait pas en . co . re s'ils re.mu.ent. 

MYTIL (battant des mains) ~ . - 




l^g^4 



^C_ ^ L^b - 



7 



fg=l 




fe!HH^ 



En retenant 



(Grand-Maman Tyl ouvre les 

i 



res.tons der.riè ,re l'ar.bre... 
En retenant 



PÊFÊ 



ri; r . fl r : - • 



U 



fE^r^f-ffi^ 







veux, s' étire) Lent 
G d MA MAI* TYL 



(Grand-Papa Tyl sort 
lentement de son sommeil) 




^^ 



J'ai i . de . e que nos petits enii.nts qui sont encore en vi . e nous vont venir voir aujour. 
Lent 



^ 



M. T. 



I 



Cedex 



SS3E 



-h. 



d'hui. 

G 1 ? Papa tyl P 



**"- > **p lt ^ p> P P 'T' p pp p * p i Hrj-p P y J ^ 



Bien ûr... ils pen.sent à nous; car je me sens tout chose et j'ai des fourmis dans les 

Cédez 




E.4 C. 7836 



68 



Un peu moins lent 



m 



o 



r >p p 7"~T1 l»r p* * P " F^ J ^V h ^Jl J> A.h j* 



g4 

M ..T. 



0i 

P:T. 



Je crois qu'il9 sont tout proches, car des larmes de Joi.e dan. sent devant mes 



=F=?^^ 



<C\ 



jambe9.... 



^ Un peu moins lent 



] - J)> l 



w 



^ 



W- 



^ 



T^f 



m 



& 



i 



o 



53E 



à=ê 



I 



te 



* 



^ 



I ty-p t^ 



*S 



£*i 



Retenir 



Lent 



6 ri 
M. T. 



G? 
P. T. 



33 



•>_ _^_ 



yeux. 



-> : - * *p ir ,p p p u > j^ 



f=s 



m^ 



tt* 



5t±: 



f jf 



Non, non; ils Boni fort loin... je me sens en.co.re fai . ble.... 



S 



' 



^ 




A 



3E£ 



^^TT 



Z^ççr~ — s._: 



g 



r- — f 



Animez progressivement 



Assez vif 

TYLTYL et MYTYL ( " P r » el P ltant de 
I YLTYL et MYTYL a^^e le chSne) 



t Jlp PP^i-g^ 



M. T. 



Ncus voilà! nouB voi. 



* p p r p p i r * - i > ~ p p p p p p i "r^^ 



Je te dis qu'ils sont là;.. 
^Animez progressivement 



j'ai dé-jà tou.te ma for - ce... 
Assez vif 




E.A C. 7836 



r 







/ 






<-yï-*2^»_ 



aU -é^-ct 



^4 -tt^^Xq^X *^ t^c'&jS? . 



s^-e+j^Ls^ 







/l&U./ 




A. ' 



\tVt* 









'<?A^-' - 




^/: 



:Zii^r~?iïâte rz; 



/• 



Ciy-u^A-V 




1ol^J> ^/<^A^> 




y6*_-t-c-* /fc«--» 



C>/ 9 . 



-^C-c*-*? 






69 



Tyl. c 
et 
Myt. 



2: 



l* 



ïp T~p p_p_ p p PI I ,f 



,1a! Bon-Pa.pa, Bonne-Ma . man 
G"? PAPA TYL 



'f jvn^ r t 



JMN^ 



Là)... qu'est-ce que je di . sais? 



J'é.tais bien 




G"? MAMAN TYL (s'efforçant de courir au devant d'eux) 

f Retenir 



v > t tcmi'nt animé, mais 
!Kui8 exagération 



j-^r î-^- ^W ^ l l > P |* H r Tj^ fe^ 



* 



Tyltyl! My . tyll.. 



c'est toi! c'est el.lel c'est 



G<? 
P. T. 



# i 



* *■ 



i 



#-|-r* 



H 



ÏE3> 



sûr qu'ils viendraient aujourd'hui. 



Retenir 



Nettement animé, mais 
sans exagération 




ffi'f ^ P f P ''P F I T Pp ï J^^S 



M. T. 



G<» 
P T. 



eux!.. Je ne peux plus coujir, j'ai toujours mes rhuma .tis . mes!. 



/ 



(accourant en clopinant) 



m 



m 



y-p 



^m 



Moi non plus. 



rap. 




e.a c. 7836 



Cédez - - Reprendre 



G<* 
P. T 



m^_j p ,- P ? | f ? P J-^gp r - p B p p g^— P^-f—J^ 



.port à majam.be de bois qui rempla . ce toujours cel.le que j'ai cas-sée en tombant du gros 




M 



(Les grands-parents ei les enfant 3 s embrassent follement) 
G4MAMAX TYL 



*= 



'-fr-FFfW 



fc^ 



kà 



^=i 



Que tu es gran . di, mon Tyl.tyl! 



c d 

P. T. 



g ^iUiiA-i 



i— P P I T ~T HF E W 



che_ne. 



Et My - tyl!. 



re_ garde 




G4 
M. T. 



G4 
P. T. 



(^ *f*^ ^L (JhjXy*. D^txJi &w- 



I * P 'P P P P 1 fl p > (1 b p p fr J 1 I J 3 



Embrassons-nous en . co . re! ve - nez sur mes ge _ noux. 



à 



J— y P P ï P l^j 



S 



donc? 



Et moi, je n'aurai 




E. A C. 7836 









'2t><--<JL <-*-^^ 



\d ■ 



y*~_ 



i 



A 



A&tcCi, ^ujt -w^*^ ^ettoiy; 



~ /* " ' 



"-V 



*^ A* /-'< 



A7« 



-2«e^ 3 



-ai d#-1-ç. 



/tùv—. A- H*^r^ 



■T ël&J^nJ 






^^ ^^j^u± ~ry*- jr^ <*™~ç ~^r; y 



-^<s 





71 




* s 



* £~i&^& 



Hnlrtitir 



vi 

T. 



.. — — — — —_____ = ___ najemir 



\ 



-lis et bien dé.barbouil .lés 



C'est Ma . man qui t'a débarbouil _ lé? 



It'i li-nt i r 




O "it\ 



Modérément anime 



A '^ " w" — ii - s — 

^ \ ^#r ^ 77JV -jrj^THip- p t rr^ 



^ 



Pour . quoi ne venez-vous pas nous voir plus souvent?.. 
Modérément animé 

zril 



Voi-là des mois et des 




E. A C.7836 



72 



Tyl. 



G<? 
M.T 



&k 



p-p p p ir ph=M 



Nous ne pouvions pas, Bonne-Maman; 



grjr; , ; , j> > j, u k i .h^ 



mois que nous ne , voy _ ons plus per - son. ne. 



é 



* f f tîrff i € U£ 



fN fP ff 



* * 



i 



ÉÈ 



»'/" 

P^^ 



y 



i 



*s 



ffi 



p p p ppPP p p i r ? 



i 



Tyl. 



Gd 
M T. 



et c est grâce à la fé _e qu 1 aujour _ d'hui.. 



* 



É 



?=vft-jrirfrjï | J ^ j. ife 



pglÉ 



ÉHÉ 



El 



Nous sommes toujours là à at -tendre une vi 

:- c- £■_ 



£ïES|ï 



?= r *==y 



asi 



1—s— f 



o 



n8: 



S* 

M.T. 



fcl 



g 



S> i t y î 



^jrj jf | 



^^ 



- si . te de ceux qui vi . vent... 



Ils vien . nent 



si ra _ re 



$ 



m 



iA--'-%^^? 



fi ,fi i >ï| N^fi 



g^ 



é 



»//' 



= ?=f 



^ 



i 



s 



«ct 



r 



$ ? Hp 



T 



^rjrft 



La derniè.re fois, c'était quand donc? A la Tous. 




E. A C. 7836 



/V /u 






78 



M. T. 



r 44A 



g=g- P P p p 



- /' Cédez un peu 



^ 



^ 



.saint quand la clo.che de 1' E - glise a tin _ te... 

Cédez un peu 



.^ ^tiH vH 




m 



Tvi 



u 




-là... 

G d MAMAN TYL 



Oui.. 



* 



Ê^ 



-j >- 



« • 



Non, mais vous a . vez pen . se 



.t .< 



*= * 




mj j j i-i£um_ 



it; m :aaL^ 



a nous. 



Eh 



* 



âyte»' 



fp^ 



r 



Ha 



04 
M. T. 




g» P 



^ 



SEEE5EE5E5 



i ^-i^ ttt h 



» — » 



bienl 



cha.que fois que vous pensez à nous, 



nous nous réveil 



ffi^ffi 




B.4 C. 7t»36 



74 




G* 

M-T, 




ià 



Tyltyl 



g& 



,/i Ralentir peu à peu ,. 



3=£ 



g r- ^^nrrVhi^ 



Gommentl 



P 



corn- 



ions 



et nous vous re.voy . ons. 



Ralentir peu a peu 




t b J ' 1 ^ 



=ÊË 



:! 



Tyl. 



G4 

M. T. 



ment!.. 



il suf _ fit?. 



-2£ 



l y *j 



i^m 



Yoy . ons, 



tu sais 



"if 



# 



Si 



^ 



«^ — é- 






^^ 




».'/■ 



■ i i> g a » » ( > . g"~ ^-# 



E£ 



1 



?3=3 



tp 



' — a_ 



Tyl. 



G<* 
M. T. 



Modéré 



ï > N 



^ES 



^^E 



-w 



■.: » 



Mais non, 



je ne sais pas. 



(• G* Papa Tyl) mf 



± 



p pp 



bienl... 



Modéré 



C'est é . ton _ 



m 




^=^F5 



^Ff=f 



tat= 



M 1 



;e w' y t 



Ppi* 






'«/' 



TK 



Ç 



Q 




nant, là-haut... 



Ils ne savent pas en . co . re... 

En ralentissant 




E. A C. 7836 









. 



■s^.4 2 l'%***f -ù.lcoj.<^L^A )aU CkJM LjLoi^.^ ' C 



Ci,'^ 



ti' ^ 









. <- *-<- 




3 hzL 



\ 



(a^^y^^»'— 




v 



75 



* 



Ass,'/. lent 



Retenir encore 



Ils n apprea . nent donc rien? 



il 



*> ; 



G^PAPA TVL (simplement) 



mmm 



C'est 



El 



Ass./ lent 



Retenir encore 



^ 



M v , ,K 




t t 



.i 



-»T- 



m. 



±à 



*r MtLzrfr^ 



I 



lM=riÊi=^ 



^ 



O 



Ê 



^ ^ 



Calme, nmis hhus lenteur 



! T . WTrfTTqs=FFi;pr T"^ 



^r p P i r ^ 



comme dans notre temps... 
Calme, main Hang lenteur 



Les vivants sont si bêtes quand ils par. lent des au 



très. 




TYLTYL 



L k » iï 



m 



Cédez 



» * p p J g 



? 



* i 



Vous dormez tout le temps?.... 



ai 



P g^ 



ZTfc 



M^ 



Oui, nous dormons pas ma 



en at.ten 



Cédez 




Reprendre 



-*: 



K m m m 



i» * * i ii g 



EE2 



Cédez __ . 

- u Reprendre 

«4= = ' * 



S^Ê 



^^ 



. dant qu u.ne pen.sé.e des vi . vants 
Reprendre 



nous ré _ veil . - le... 
Cédez Reprendre 




E.4 c. 78:»6 



76 



Ralentir 



i ^^JJ*U*xf~J!&-*c 



Assez animé 



G4 

P. T. 



m 






^ ^P f=f= p-f4f " p p r p pff^^ir^ Tii^WfH 



Ahl c'est bien bon de dor.mir quand la vie est fi . ni 

Ralentir ... 



1 



3* 



ft > F < 



e.... Mais il est a. gré . 

Assez animé 
s s 



gfHTî 



Ste 



35Ë 



E 3 ^ 



"■5# w # 



§g 



ÉgS 



I 



LLJ 'CJU 



-is 



J> 



»;/' 






> * A 



*# 



=F=£ 



P" 



TYLTYL 



à l'aise 



t=^ 



S 



sS 



£=3 



g<? 

P. T. 



»Mg— g- 



m 



A . lors, vous 



P P I p 4_ p_^ 



able aus . si 

3 3 



de s'é . veil . 1er de temps en temps. 



ffin i»Q"^fîp 



a » 



nn~jm 



m 



^e 



PU 



I 



ipi 



t> : 



ryi. 



G? 
P. T 



j'HiJ J 1 J' l >J J' J' i»J 



Moins anime 



n'e _ tes pas morts pour de vrai? 



m 



*£=£ 



f "r V t» 



m 



x 



PPP§ 



Que dis - tu? Quest-ce qu'il 

Moins animé £, {+. 
^37" 




G<? 
P. T. 



* 



dit? 



3 * 



r 




très à l'aise 



T=3 



p ru « r p p p p i r t J p p p p i 




Voi là qu'il emploie des motB que nous ne comprenons 



r r r-T f 



\s n~y - r m . 



'if. 



t' _i ! - 



V 



tu n U - 



? 



E. A C. 7836 



— -^— -- — ^T~~~T~^ — ' — ' — ' 



^CA SyL-U? *-•*»<-£_ 



~? 



<Z4*U± 



■*A*/*-/ 



.iL./JLtj /£<^t* .£>e /<-<-<>< <^ . 



A/ 






2r« 



/ 



d BC-L^X_ 



l 






I^J- 



ï 



U* (g, /u~L to-icrix* 1^\i t 



ia.** d', t /C_ . cx^JZI^l^ ;: û 






>1^t-«C>C<^-t-«C4, , 



—7^' ' 



i^ 




< e J. P ^/ vy^ l**"^ 






^^^W-^V^****'***" ^ 



«. / ^ <CVV * —//- J --6 



-^syc^£*-£û-L^-: /~ V -tfl- 



77 



* 



Tyltyl 



64 



3E 



J*J J j-w 



Assez lent et expressif 



çMjL, ^ g Ç g p^-4_^ff=^ 



Le mot:«mort?» 



P r p-' 



5- 



i 1 



plus... est-ce que c'est un mot nou.veau? 



Oui; c'e . tait ce mot 

Assez lent et expressif 



* 



—. 



'pn 



s 



o 



&> V 



J »*î i-J 



»1. 



i 



r 



p 



•> i 



« j» j» j^ p p-g 



*-^x« 



*. ? 



Mais ça veut di . re qu'on ne vit 'plus.... 



g^-E-g-g P f |fr g^3 



' p p r p ^ 



la. 



Qu'est-ce que ça veut di.re? 



Sont- ils bê . tes là 




q 



m 






r- ! r^ 



jJj-jTj-^ = 






QHS-S?-? 



: 



r- -p 



yi. 



t - js js . sg 



fr^fr 



3eeei 



Est - ce qu'on est bien i . ci? 



^7"T^ 



^3 



fr PlT & 






gJLJL-B-^-^ 



haut! 



I 



^ 



Mais oui, pas mal, pas mal; et mê _ me si l'on pri.ait en. 



N . 



m 



tel 



'■.j 



»^*;i~f~o- 



pTîj 



•"<WF 



r 






? 



#— #■ 



*=<* 



Wtt 



fr 



TT 



a? 

: 5L 






E. A C. 7S30 



78 



Tyl. 



G<? 
P. T. 




W> J 1 P" FTP 



M P ? 



Papa m'a dit qu'il ne faut plus pri.ert 



Retenir 



wmm 



^-= w " jic ^-H^p i r p^ eeê? 



.corel... 



Mais si, mais si... Pri.er c'est se souve _ nir. 



et se 80U.ve. 
Hetenir 




G? MAMAN TYL Sans lenteur 
_ »i_ 



ppp J»JW i' ^T X"T^ 



64 
P T. 



r> 



4*: » 



êF : ; 






Oui, tout irait bien, si seulement vous veniez nous voir plus sou. 



Ë2EÈ 



1 



nir 



-c est pri _ er... 







1.1 



G<? 
M. T. 



f - 

~ === ^ Assez allant 



Suivre 



^anO ^r-J-'i J Wpi j jyi j j ^T 7p"f! r f 



-vent... Te rappelles-tu, Tyl. tyl? La dernière fois, j'avaisfait une belle tarte aux pommes. 



Assez allant 




E. A C. 7836 






y^r: 



C»-cSr^-«».XcX <*++. -t., <^_A*.U~ r -S 



£-<-*-<- c-<^ e 






f 






J l^ei^c^ U*r~LA<> 1>-t>X4_ 



lu* 







JL 



*£<-*£> CJLt . 



vJL. ^J-^J- ^y^> J'J£ ; ^^ 









s. 



£l 




V 



it -Ê^ B <y 



t <-L* 







OyÙyC, e/r* 



<.<.<-*. 



fanxi-n.4 



* 



TYLTYL 



/ > 



79 



i T P pp P pl ^ 



Mais le n'ai pas man.g* de tarte aux 



jhnrrirrTpT^H^Tiw 



Tu en as mangé tant et tant que tu t'es fait du mal. 




f~r n p p p p PÏ[Tp i > ïm&fT-ttv p~ i p m 



pom . mes depuis l'année derniè-re. 



Il n'y a pas eu de pommes cette an.né.e. 



p ■ ■ 



?p 



Ne dis pas de bê. 



Ak 



n—r- 



S 



tSEF 






r 



m 



wm 



s * 




Éê£ 



: i 



P 



C>J 



f^Rî pppp^ 



*k 



Ce n'est pas la même chose. 



> ^pirairt 




E.A C. 7836 



80 



(regardant tour à tour son Q d Père et sa G^Mère) 




Tyl. 



» 



Mais vous ê.tes plus beaux... 
G<? papa Tyl "$ 



f — frf-fr*Fpf=7 



* m 



1 



Ehl ça ne va pas mal... Nous ne vieil. lis. sons 




04 
P. T. 



g gr'r , » n ma r , r frif-Hr^-E-fr-fr 



plus... 



?=^F 



Mais vous, grandissez-vous? ah! oui, vous pous.sez fer.mel.. Te. 




E.& C. 7836 






• <-» Cfr*. Vt-*_^£"A J'en*- Zuc^Jj-Lr^— 



[+sU*. djt^^cJ- Q^X^- *-~~~>"* y- iUtvU - 









nî£# fa^l/- ■ 







*—"*■ 

^ ' 







/, Y..; 



il. 




y^,^-^ 



f^firr±£i^ 'irf. l u r L L 



& M £ J f , </ c e/ A 



f-W*~iu++^Lo -£*+ 



Q ~V*r-*i*Sh CL. Â-<*-i ^ 










■ {ft.-LIA- 



- , . - / 



ib 



>£ ^. fLeJJU ps*-i*u,l*i ut -f L^^J* û^e>u^L ù. y-bc. ^ * 



jl^jt 



/ 



CfrvcJ'h'-h- ^ri^4^> ^e±<J-<. ~t-K u^* 






~1 






jc**u| *^ ^*y 



<-<_ A-«_ <L-£j 






£ 



,6c** 



A_* *-/- <S^C 



<-«_<.«. ^ 



*-fLêÙ. A^-^Jt- *? 4 



jL. lyC , -C^ ^/«^tu^cc^^ i^*^* <£ -O^O 



,^c^i ^^/ 




l^-#J/ 





81 



*ϣ 



fi > # — m- 



£ 



T 



zmzz :>m m z 



S 






E 



nez. 



la, sur la por.te on voit en.co.re la mar . que de la der.nie.re 



* 



\.\ \\ m il 



ï 



3EE 



I 



£ÏE 



« 



îjiSi 



3 > ,.- 



gp 



^ 



W- 



"//' 



fflf^^^ 



£ 



3=E^ 



3^ 



\-rn- r_j 



■ * *pt tî 



S ( Tyltyl se dresb* contre la porte) 



a mm 



WtZSM 



fois... C'é.tait à la Tous. saint ... 



Voyons, tiens-toi bien droit... 




(Mytyl se dresse 



a son tour) 



Elargir pou a peu 



O 



z mti - t 



feÊ=E 



fr i f . i ,fi 



i 



^ 



M 



Quatre doigts! C'est e . nor.mel 



• $%-++- 



Et My . tyl, 
Elargir peu a peu 



quatre et de 




".'/' i C\ 



150 



^ 



s? 



$ 



&. 



tyltyl, (regardant autour de 

sol avec ravissement) tnf 



ssg 



m 



Gomme 



■mm 



r'-r' 



P 



êm 



351 



m 



.mil. 




te 



Ah! la mauvaise grai.ne! Ce que ça pous.se, ce que ça pous 



St;l 



i 



ÏEÎE 



IsSs 



■m*- 



fro 



; 



"if 



m^ 



^ 



E. 4 C. 7836 



82 



Calme 



Tyl. 



pWft p ^^^^ 



jfàrfrfrftçY^ 



tout est bien de me . me, 
Calme g 



comme tout est à sa pla - cel... 




Mais comme tout est plus beaul 



Yoi _ la l'hor . loge avec sa grande ai. 





guil . le dont j'ai cas. se la poin.te... 
G 1 ? Papa Tyl :< 



LJV>- 



1 p p p p p pp p g P I 



Et voi -là la sou.pière que tu as é.cor. 



E.ft C 7b-i6 



dLv-àe. 



^gcc^J^**<^ J - t ^i / >*^^cA 4e aJo- £V~ *£* 






JL^d^Â* ^J*JfJ*A^ ^ £ 



^J's^.c^U^^^uJ- d± -£«. 









Ji 






w/- 



6 







Ut^. ^ 



/y^e Z^t^-OT-o 



Aét^-cX. Mxa-tu^ ~£a- A^-w-*-* - 







i «^3 1*^ à A- 



jJ-Cfco 







Ja 



y h l^t>-t^-< h 



t£ 






4 tx^ï i-e *-« A~*> L*v-e- £ *■ oSi-ca. £Li.<i CjXC t 












Se 



. spfito - ■ -1 



.quin. 



Reprendre 






Si 



^%=^ 




Ah! oui. 



tu en as fait des dé-gats!. 



Reprendre 

C 








&e= 



TYLTYL 



ï C F p r ' ~ £i 



2jfc 



ê 



Mais el. les sont bien plus 



fr^ rfH H -H- p-Tf-f 



la... 



Il a toujours ses belles prunes rou . ges. 




£.4 C7886 



84 



Tyl. 



V\> P P^ 



bel - lesl 
MYTYL inf 3 






\J 



animez un peu 






Èf 



fâ 



m x i m ".y «» , i. 



=F=* 



s= — '£ 



t^m 



s 



ï 



Et voi.ci le vieux mer . le, Est - ce qu' il chante en _ 

m animez un peu 

m Ll 




I 



( remarquant que le merle est parfaitement bleu) 



f*P P P ft 11 ' 



Tyi- v££ 



aâ 



PM 



1_ 



Mais il est 



Myl 



. co.re? 



G? MAMAN TYL (à l'aise) 



£ 



H O J r s 



■ — ■ — 0- 



» —a 



(Le merle se réveille et se met à chanter) 



Tu vois bien, dès qu'on pense à lui. 



tU3U3 



ii^t 



Ê 



SE 



jer 



f^^ 



^=r 



^ 



* r.f s 



suivre 



y !>' p * J 



Calme 



Tyl. 




fhp g yi'j' p{w ^jHjhjt j y Ji jg^ 



bleui Mais c'est lui ( l'Oiseau bleu que Je dois rapporter à la fé.e! Et vous ne me disiez pas que vous l'aviez i- 



8 



m 

pp 






ï 







^ 



g 



M- 



~c 



I 



i 



3çqa 



r^ 



E.A C. 7836 






JC- qil^uJL. d*. sC*- co-*C C<a. aU],cd>~*- U* -&*■ -n^o^ ■ <-^ 







'V^ fH&L4JL OJ^VtjL^L^ 



&C<aui/JjJ '**£ WCJLù^i 



■ 



i 






CCI «7. 




t-czLcucj^A <L 



:t.(/_a*t-ijc 









w_ • —/• ' ' 






^Z~ \Jrv- iscx^L^, 



C-O-*'*— *■*•*. 



^y^AuZ*. *■* ' f*^-* 




t*eH-a 



JL 



.A. 



^ ' ' 



■L*^-*- 



^*- 



t^AZ&fJ- Ut- />-**-, •-*' ^*«^^ x£^éi-*?-±+-<-i-£ *+/ 



y 






~*~*~^ ■*-*£■? *<-<-*»«- ■'■~-^"_ 



f) 'kuJ~-^*s*> ff/— 1 £ f— 1 lu ■• «JIl'ïIizù' 



f «*^-n*-e ■<*- ^-*^ v gt^-A^ 






/ 



>- 



$ 



> ; s sr- . 



a^**- À.***- v***- 



^T** 



_cil. 



bl qu'il est bleu,bleu, bleu.... 



Oblq 






îebiLle de verre bleui.. Bon-Pa _ 






S 



"e 



â 




4 



4 



£ 



:h 



# 



JihJ j'AJ^J ^ p i l r=^^ ^ 



— z s — ^ 

pa, Bonne-Maman, voulez -vous me le don.ner? 

G4 MAMAN TYL. W/' 



1 



T 



r^g u j > ij j x h jg 



p 



Bien sur.... 



f r r— i *>* 



A quoiqu'il sert 1 



e 



=e= 



s= 



«M, 



1 



ifc 



IeeÊ 



S! 



i=* 




Moins lent 



.... 



ip p P p ? ?-p +iEQ ^^g 



Je vais le mettre dans ma cage.... Tiens ouest elle, ma 



* ï hh-fajvjfc| 1 > ■ 



.=• 



4: 



II ne faitque dor.mir ... 



Moins lent 



r\ 



r p=r 



= ?j5^E 



o 



/.- 



T^ 



Assez animé 



(Il court à l'arbre, rapporte la 
cage et y enferme le merle) 

.Cl 



;,jiî iJ'gi'r H-^ft-f-fo+F- [7 P | g E ^ EEg^EÉ] 



ca. ge ? 



Ah I c'est vrai , 



Je l'ai oubli . é - e der . riè_re le gros arbre... 

G? Papa Tyl. /C\ 




86 



Q d | (. ); fa 



P. T. 



.y. ïf 



^m 



C p i ffir i . ff^M \ VM±4M 



^m 



sais, Je n'en réponds pas de l'oiseau. 



Je crains bien qu'il ne puisse plus s'habl . tu 







îr^r 




Un peu plus calme 



g? Π



i£ ^ r I» »t ji I Hp F ' fr-HE^ 'p F P W 




P.T. 



S 



ft ft f ff g zg: 



l' y V V V V 

er à la vie a.gi . te'e de là-haut, 



et qu'il ne re_ vienne i , ci par le premier bon 

tJn peu plus calme 




vent 



En . fin, on verra bien 



Laisse-le là, pour l'ins -tant , etvlens donc voir la 




TYLTYL (remarquant les ruches) 



^ ^n ^hri n w ~ ' 



(S'approchant 
des ruches) 



r. ^\P jî'H- 



£ïE 



a ot 



Et les a - bellles.dis comment vont-elles ? 



Ohl 



g^gHto^^Myte^d 



G 

P.T 



va . che ... 




Elles ne vivent pluB;mais elles travaillent ferme... 



— 



O 



m 



•r p 



E.& C.7836 









L 









i> 



< 2l Q _ i*x-*f& t?U-Ji~+lÀe- Ls>^C^iJ- 4* -UL-cUt-Cl^ jt/. Aa^i^^^^cL*. 



-< 



— w-yi . — -. — -^_ 



i t- * f~ 



£L, 



a.<u^rd 



tfo^ 4fr*J S& r . 






(zLt-*- r t?-i^y 







*7 



Sans lenteur 



yi 



I Ça sentie miel !.. Les ruches doivent ê.tre lourdes 



oui! 



Sans lenteur 




Toutes les fleurs sont si belles 1. 





i 1 1 J iJU jnjj 



^g 



^ 



«*^ 



^ * ■' 



a£« 



Et mes pe.tutes sœurs qui sont mortes , 



«ont elles i -ci 



aus . 






* 



o 



(A ces mois sept enfants 
sortent de la maison) 

Assez mouvementé 



<r 



M- 



-SI ? 




. MYTYL o 



^ JQ|J > J>.LLI-JJ^J > jp&Hft^ 



Et mestroi6 petits frères qu'on avait en_ter . rés ,.. oùsont-ils? 

/^ G*? Maman Tyl. rqf 



f-i *[ ! f? r IT ff : 



4 






2 



^ 

^ 



Les vol- cl, les vol. 
Assez mouvementé 









»?/• 



£ 



J!.* C.7836 



88. 



JTyltyl et Mytyl courent au devant des enfants) Retenir un peu 

TYLTYL — f-—- 

J Q - 




1&- 



-i * -* ? 



iV 



i 



Tien&. 



Pier . rotl 



M 



m 



"***£ J / ^^*\ /*±^\ Retenir un peu 



f 






S 



ge 



P 



Tyi. ff**HT 



Anime 

i. *-»- 



ius al_ Ions nous battre en . co . re comme dans le temps. .S^ ^^^^mllvo.- 



Ahl nous al_ Ions nous battre en . co . re comme dans le temps. ..^ Et Ro 

\ . m / ' ■% \ 






Jjê ,^ 



4=t= Mf=^é^ 



m 



£ 



?-» — v J =ï=¥ 






P^ 



*'> 



#Vr > r— ' i ' p i 

- bert ! Jean ! Tu n'ai 



T^ 



V M ? 



Tyl. 



^ 



£ 



Tu n'as plus ta tou . pi . e ? 



Ma.de 




Tyl. 



aF P^N8>J'J>»s B ^ T r, ? f n fe 



* 



«^ 



leine et Pierrette, 



m 



Pauline et puis Ri _ quette 

KYTYL ,/' 



hiç \ i' J't i'^^F 



AhJ Ri _ quette I ELJe marche en. 

._ _ 

- . •- il" -P- 




E.A C.7&36 



^J'{ fUi*. 4*1^ 



l£ c*~ ri 



■ ZaCa-^i- 



j4 



,^ ^tt^U*.-^. 



fUL. *,a.t<ï *& -cyu ■ 



«7 Tu «- 1 



LA^ei^ Vt~>~rS 






ygyt/i- ■ I ' «»V ici — < < 



V -> 



. /4 ( : / te -% ex r' v/ a 



) ne ~*» ■ 



//- ttC c 



/* i—t^-4 -* #-t- <3tA_^ ft^ (_ -'£_<- X^Ct_ 



-£*«_ o£<P(~4*c4 **^-^s- A*~e<- ■e.-LJ-* 



-^ ^/«-«v/iu^ >t JLtf 












C^XX^ 










£ 



<C*-OL 



/ 



yitX^Zu^<.&t-t- 



t^-e^.^} 






,4 ^4' 






i¥ 






rt^-, 



'*-u,U 



-4&T-vhy ~d4cS~£z 



LÙyC 




"C-CtC* 



22L ^J. 







'-U d*. /L^L^ «/ Qct^^^U 



/^ 



**t-«- 



f 



rt 



Je (h^U 






/ 




89 




Et Pau. Une a tou 



r*- 



»â. « r^ k^ = 




s^ 



HTr~ff~T 



. core à quatre pat . tes!... 





a=#=#=5=<3 E ^i 



£ 



^~~ 



t>^ 



rt 



P 



Jours son bou . ton sur le nez 1 



m 



^ 



tn ir wTHm 



H4-^ 



T. 



(" 



fe^ft - ^U 




Oui, il ne s'en va pas. 11 n'y a plus rien à 

h J> J) i 

1 2' 



m 



îf 



S^ 



^i^Uil'M 



■■ 



• * 



'-• 



* 



#i 



a 



ii 



in n "r *fr-g 



i r t f+p-e 'ppt T-g 



"•^S 



Oh I qu'ils ont bon. ne mi . ne, qu'ils sont gr as et lui 



PPP 



fal . re . 



s fln 




ippiip i ptfSfyÈjjfi 



K. 4 G. 7836 



90 



Tyl. 



G? 

M. T. 



6Éfe=i 



sants I 



-ta 



J J. j> } } jiKM } 



B-Mf F4 



^ 



Ils se por - tent bien mieux depuis qu'ils ne. vl.vent plus 



Il n'y 




M. T. 



*h 



te^diMM 



f.=: 



1 



if r_ 



^ — g j g-E 3 fp?p 



^^ 



s 



a plus rien à 



% hV ^yJ 



craindre; on n'est ja_maisma . lade, 
L>4 



on n'a 



S: !.. 



L — Irp» r- 



i» 



« 



m 



fc* 



*?/' 



¥%*^ f-^f^^ 






^ 



r 






3 ^ "~3. 




ms 



s 



G? 
M T. 



La, moitié moins vite 



(Stupéfaite) 



rffriM jn» j 



r 



g— v— 



-r' 



plus d'in _ qui _ é _ tu des... 



t> 



Qu'est-ce que c'est? 
G d Papa Tyltyl p 



=>=*=$ 



? 



% 



(Dans la maison, l'horloge sonne huit heures) 



Ma 



La moitié moins vite 




m CrniCf LcrwaHtfea'g * * 



E.& C.7836 



J -4 






61 '"- &-IÂ- 



V» 



. I ~ — . -, __ _ 



<Z&*-b<*-+- ,**■***-*■«> -**^% y * ***»«. jUAJe- C+T-t/tL- &~t^BL- /, 

&Sl*t-£y-e-t ,, ' (Ui </tLa,'n K A <<»-»-» c*^<X- <>-t-v___ 



•^L«»_ ^ , .'< * W/ <> y <. ^ 



S 



/ * 









tcccLi 



Li. L<-*.*- A — ♦ •-*- 



'~ A-Ct*.* 



A£* <■ 



? 



f 



ai ' dC^£ t^-c/c f<- O &û^£&.<^<-i 



"V 



<?~Je 



^ /*/**■ 6 



f* 






t 



Calme 






IH... 



m$$£ ^^ ffl3 ^ * I 



Ce n'est rcs possible... Elle ne sonnejamais, 



y r > wp 



^fflTM 



foi ... Je ne sais pas ... 



Cal me 



Ce doit ê.tre l'hor.lo.ge 



. S 



H> 



v<> 



'=éte=s: 



'-Z 



^WH 



555 5 



S 



Si 



• 



fin 



'-*■- 



Parce 



# 



Lent 



TYLTYL 



I^P^^É* 



Oui. c'est moi! Qu'elle heure eflt-il ? 



I» 



'.>* 



^r jî p p p-f^fPmft T f jî(i Pr'p^ 



jv 



que nous ne pensons plus à l'heure. 



Quelqu'un a-t'll pensé à l'heure ?. 
Lent 



w 



Ka 



3te 



3E 



3 






* H-~t~P 



*2 



É 8 



* rr r r 



■* 



kty 



^^^te^ , ojVijV,| j^v^ g ? lî^ P f E ? £ j 



■^ T 



fol, Je ne sais plus ... 



j'ai perdu l'habi . tu _ de... Elle a sonné huit coups, ce doit être ce que là - 




E* G 7836 



92 



i 



TYLTYL ï* 1 " 8 Vi4e 3 




La Lumière m'attend à neuf heures moins le 



P.T. 



g £— fffrr *is rH ^^- 



haut, ils appel.lent huit heu . res 

~ë 




ft*f^ p p C P P P l tf ' ^ P yfe ^S 



Assez animé 



Tyl. 



I 



quart, C'est à cause de la fé.e ... Je me sauve ... 

G? Maman tyl. Jl 



h 



P 



3Ë3 



^ 






* 



You6 n'ai. lez pas nous quit.ter aln _ 
Assez animé 



m 



Qy£3 




S 



33= 



r=rff=T^ 






M.T. 



ifrr f'r r r-*r 1 "i 



#r-f— mm 



g 



* p • m m . 



_ si au moment du sou _ perl. 



* 



m 



la p H^r-*- 



y 



B^B^ 



yi . te , dres . sons la ta _ ble devant la 



É^^ 



• 



E.A C.7836 



<«. >yU- 



J^uu^e^ 












2* . A * *h-y 

7" 






<-*- 



UJe. 



\J- A^CtSLX-CJ 



/ 



C "*** 













C' 



' j^*~*Li 






M- v ^-*-C<i 



/ -' 









&#l 



< < 




93 



H. T. 



rf-if^f - 1 hJF= mà-titl-H 



& 



3H 



^d^=k 



w^ 



J'ai jua.te . ment une ex cel - len . te soure aux choux et u . ne 



por-te^ J'ai Jus. te . ment une ex cel . l'en . te soi 

* 4i ■ U i" "■Wii fe us 



< ¥#A-=» &tgto .. 



ï 



ie 



tWffc ï Sf^ 



: 



Elargir . 



TYLTYL 



Or sort la table, on la dresae devant la porte, on 
apporte loa ylat6,lcs assiettes etc....' Tous y aident) 



As§ez allant 




E.4 C7886 



94 



J « 



M. T. 



^^ 



SI vous é.tes près- ses 



r ) J i ,j j =^3 fe^^ 



n 







*S3f? 



^ 



^ 



P 



ne per _ dons pas de 

TA 



T*>5 



EU 



iv L \a L â*~p- 



^m 



o~ 



temps , 



i^^g 



s=t? 



W 



»</' 



m* 



m 




œ 



TYLTYL (mangeant gloutonnement) 




feS 



m 



u 



a 






#*& 



s 



Tyl. 



Ê 



bon . _ ne ( mon Dieul Qu'elle est bon - ne I 



J'en veux en. 




Tyl. 



mm 



--f= 3 F^ 



zkzm. 



V ' P l>- 



S^ 



^^ 



co-re 



en . co.re, 



en . co _ re 1 



3È& 



G? Papa tyl «/*. 



îe^e 



£ 



Yoy. 




^LiJ-ii^^B 



^^ 



ipPiP^ 



2! 




PU! 



pTT 



EA C.7836 



>lj£ / iç-uc&>-'-<-g A-a^» ^é f^t^^^a 







;i**u*4. 



«<-« 



Ue**^. ~tc±t 



i i L 



-#"K t-fx^t. 



V>C M, 



le ^ 






' ecuM^u^ A <LM . / 



r 



i 



'&1* j4-uj ~en-/ rut f t< .^««*" 



'£££. 






' 12„.~JL e~MJ^> ^J-fJ* <u ^ y^ 



J alU <r>L 




■Jl UeJL- 



95 



jj^x-, >??■> > | i rrr i rf . i > ? 



k 



p= Hp I » |» | Jf ' ' [ffi : 



ons, voyons 



un peu de calme, 



Tu es tou . Jours aussi mal e.le 




# 



Retenir beaucoup 



TYLTYL (Il renvtrse la soupière) 



W' J 1 J'lH£ pE^ È£a^Ej 



£ 



**-; 



e=£ 



? 



j'en veux en _core, enco.re, en 
(G? Papa Tyl donnant à Tyltyl une glltle 



? 



rvmr^mry 



ve; 
Retenir beaucoup 



et tu vas casser ton as . slet . te! 




(Déconcerté d'abord, puis avec ravissement^ 
Lent p 



// Lent p ^ — ^ ^-— 




_ co.re ! 

retentissante ) 



Ohl oui c'était comme ça, les claques que tu don - nais quand tu é-taisvl _ 



^-r-P^ =^ 



giffle 



H _~ Lent 



.tr 



^&^ 



i 



: 




E.4C.7836 



96 



Tyl. 



m 



■> N H V* $ 



m 



w 



-vant... Bon-Pa-pa, qu'elle est bonne et qu'elJe fait du bien!. 



rxi'J^Tf >^jdm^ 



Il faut que je te m. 



^ i j' 






w 



m 



if 



P 



.m 



eeî 



vfe*$P 



f 



rr 



•r 'R 



* 



(S un autant) 



éf "f 




Tyl. 



^ 



. brafeue I 
a? Papa tyl. 

jIl 



3i 



9-t - Pi?g4i^ - ^ J P M t 



Huit heures et demi-e 1 



_^_ 



3=T 



Il y en a enco.re si ça te fait plai - air ... 



(La demie de huit heure* sonne) 



t t ^r 



$ 



^3 



O 



f^P 



O* 



f 



m 




iJr— -J^ 



/O 



3EÎ 



y=r 



2 S" 



'; 



^ 



AtiHcz animé 



».. i{ J'JJiJ'pnr 



ç g g p P I (ULP-EJ M 



r 



P 



tyl, nous n'avons que le temps 1. 
G? MAMAN TYL. 



Non, ce n'est pas pos .sible, la Lumière est trop 



t — Tp j f -> pg p p ? p| mi * 



^ 



Yoy.ons , encore quelques mi _ nutes 1 



Assez animé 




E.AC.7836 







XLOL oL 



■Je 



Jh 



i 



"V»«»VT. tuit . Ce 



I 



/ 




9^ 












Vo**<-A-' 



<s 



1 










LA/. 



/ / ..* 



, /<, <Mvi- /t. ». / « f fc. 






^i- 







Qi 



Assez allant 



ryi 



iA «r r , r 



./' 



r r 



x 



^^ 



S33e 



bon . ne et Je lui ai pro . mis ... 
Assez allant 



y- 



&<£ '■ 



Al - 



I 



e 



:=S= 



^ 



^ » I ri 



T^ 



j^^ligz^^j ^ 



^ 



•-*. 



s=fc 



i^ 






F* 



•90, i _ » 



JWrrrr :'> > 



^ 




y / 



M 



fcj 



Même mouv* 









^1=^^^=^=^=^^^ 



le 



Elurpir peu à peu, 



lona. 



My-tyl, 



=2= 



al . Ions I 
G? Papa Tyl. 



./; 



y=£=£ 



£ ? tb- + 



r_.AH 



m? 



s 



Même mouv* 



Que le9 vi - vants sont donc contra, ri 
Elar gir peu à peu. 




*'é 



Reprendre le motrv* allant 

fEmbr»ssant tout le monde en hâte) 



. '" 



ï=£ 



Smith: 



fc -ff-fd 



dieu, Bon-Pa . pa, Bonne-Ma . 



grffff^^^TO 



ants avec toutes leurs af-faires et leurs a_gitatl -ons!... — 



I 



n 



I g i ^ p 



^^ 



r^D 



* 



3aa 



s*- 1 - 



FLeprendre le mouvî allant 



i 



S3 



r#r^ 



Ȉ 



•«r 



s 



*n - 



5 e 



nn 



E.A C.7836 






98 & 




^ 



Tyl. 




fc £r* -H¥= ^ i 



pg#f 



man, 



Pier.rot. Robert, Psu . li . ne, Jla. de . leine et Ri . quet.tel 

a* 



Je sens 




v n s 



i 



f f^r 



#f 



, C<i * ■ 



Tyl. 



r- 



• 



^ 



bien que 

v; 



f>* 



:»££: 



nous ne pou -vous pas res.ter i 

f 



ci... 



Ne pltu . re 



H & 



£3Efe 



âu=î 



s 



» 



il 



y=F 



Ld b=d 



£= 



A 



-t-^ 



^8= 



FÔ— f- 



i 



ro 



£ Vil 



T~* 



TOEt 



V 



Kir 




feg^ r r ri: ls-=8=± 






f^ 



Tyl. 



-pas, Bonne -Ma _ man, 



-i f- 




nous reviendrons sou . vent. 

G<? MAMAN TYL. 



/Vf** " (f H'vî) 



r 



^Pl 



;■ 



- 



M 



5 



SE 



te 




fr L . » 



Re - ve - nez 



tous les 



U 



m 



&& 



lii ■. 



j=i^ 



, 



s 



*e 









fr~i r~J 



^^^ 



«><? 



nrzr 



TT- 



I 



ï^ 



Tyl. 



G" 
M.T. 



t r fX* | ^ ^ 4t 



t*r=* 



e 



• . 



# 



Oui, 



nous re-vien - drons le plus souvent pos . si -ble, 



r rn Ji>j^ _ 



-?■ 



Jours. 



C'est no -tre beu.le 



fc^ 



mm* 



^^^^ 



1— 






î^^ 



r 



.■«-■<•- 



Ï2*hè± 



■*& 



cr 



-«■ 



3^5 

«•** 



r 



r 



i* 



^r*Pf 



E.A C.7S36 



/U 



CI^L*. 



! c?/ ^1^/ t/ÛX* ù^J-t^ . 






-*< ^ 



^•^ £* ( 






f 






"Ô 






Z^/éU 



<$**ce+J) 



Z^Ci^ 



/ 



Y 



s^UC & t l -U4C4.+ A fl^Ct,^. 












'XJI.S ÙUcÀ< 



Bc, cj^c^<u<./ &/ 



4~4u~CsO a_ 



A" 



«Lr^xlAj, cù U 



SI **-£_{ 



'•"V 






(r, . 









éi-Lt-o-tL A <-<-? 



/- 









Ly,Af L U-ttiLJ. 



/£*-**--< 






Oî 



^ 






Ct-V-lT. o tft 



>£«- • i^e-<^,/ni <_ <_ys 



/ 






a ntcu.», 









Pyl. 



m^m 



/K * <r 



fa f 



ii 



99 



PPP§Èilpp| 



Vite, ma cage... mon oi . seau! 



yS Bz^zJ 



Joi.e! 
G<? papa tyl . 







n 



ri. 



k , . h4 



î3J~ ^ , - ^-^ g 



&S 



A . dieu! Adieu 7 
Les mtREs et Soeurs Tyl. 



-■ #■ 



?nfc 



l^g 



A. 



9*F^ rfe -«-f-c-E 

, 1 « 1 , I 



r i fr r rk 



^S 



?* 



sais, je ne garan.tis rien, et s'il n'est pas bon teintl. 



&J 






^^^^"^1' * 



*!& 



ï?» 



Jj 



-Q. 



(O- 



fej k. 



3ÎE 



E 



f 



T^r^f 



^~rr 



Retenir progressivement 

'Le brouillard du début se reforme graduellement) 



f=3n te = *4r =^ i =T y# == g = E 



h 



^=q» 



i- 



^ 



dieu,Tyltyl 1 



É 



^ 



a_dieu,2ïy_ tyl, re.ve . nez 1 re.ve . nez !.. 

Retenir progressivement 



fe 



=J- 



TT~r " ' * r r" 



^r^r 



TrT^ 



^T 



E* C.7836 



100 



Retenir 



m 



y "s" 






E5l 



louer 



ï^ 



Calme 
fi 



^^ 



j j[g- l - S 



* 



* 



S va bassa. 



0m 



(Tyltyl et Mytyl se retrouvant seuls 
TYLTYL visibles sous le gros chêne) 



^ 



£ï 



t r r 



f 



— t— 



3Sf 



Islbles bous le gro 



(fit gardant l'oiseau 
dans sa cage) 



H-n t >j . '^±ta 



* 



C'est par 1. ci, Mytyl >«« MTIYL 



W^^ 



Je ne sais pas 



§£Jrr^ 



°U 



Ou est la Lu. mière ? 



^ 



I S i — IT 



o_ 



*^H= 



'tirr* 



S»4ii. 



s 



b ? f j£ J L 



l 



Aï- 

(h — ^- 



P 



g^P^ 



Tiens 1 l'oiseau n'est plus bleui 



-r^~ï^s 



•" 



H4=^= 



Il est de.ve.nu noirl 



S* 



SE 



Myt. 



ft r r? 



FW 




'* 



i< 



j£i 



^J 



Don_ne-moi la 



^ 



*** 



^ 



)t-W — 



flf 



J J J J 



S^ 



ÎE±E 



iEEÏ 



Myt. 




E.4 C.7836 









^^ '. ÇLU/: u Ày^L-^^/—^ — / ^ o/ 






<_«Ul-i **£<- /4ca*>Cc 






^££^*^~ T- 0-t-<**-Â^ 



^.1. 



Â. 



V^ 



—^4 






<^y /T >-/ / - —* ~*~- > 






4a*<* *t ri * 






^v^ta^^A^t^ ^v Ce^*?^ <?<-* ' t-<- /4-c^,' 






é^<r 






j, 






I 




a^i 



A 



^-t-C-C-t* 









>^ 6<*^~*~.~c. A^ 






.y 



^lvjU<*J- *-«-<-<-<-<-«>- «^fr* 




Z' t-t-M r^e-t^Âf 







* -, JA 



* h fiJlcLZJ &L*~ *&**- kiJ-<- l 



Ow€- 










/A/-*-* 



h~. 



t-e^c <s> L^As-c-t. A Cc^c^t-i *.<-* - **• J-*--*- ' 



//. ZJk ell X l^U &"* ^r? ***«^ U^ue^ Kl ^y£}/L<~-A^~£ 
i£, alfa ù+**+~l£. a~~<^A ^ -* *.. . J^^^A, 



ru*, â 1 
















4 






/hrl U . 






.■> y • : . 



4 



Acte 2 

TROISIÈME TABLEAU 

« Le Palais de la nuit » 

lue vaste et prodigieuse sa.le d'une magnificence austère, rigide, métallique et sépulcrale 



101 



Assez large 



Vif 



PIANO 



i f 1 '"^ a 



b 



ïp 



mf Iietenir 

g: ' ==— p 



^MU~ 



M 






% 



r- 



r 




, /^P •^C ^^L ''^ ^T~ Assea 



\s§ez largue 



l=É 







Modéré 



m 



ipMi 



RIDEAU 
?JE '%.'' Retenir 

— . 1 1 ^4 



1 






■ =E 






a 



W^ 






(Entre la Chatte) LA CHATTE '«/' 



Un; 



=ffifr 



4 



^ ' 



I » . m _ -»■» .1 . » ' _ _ • _ 



M 



(La Nuit sous la fiçure d'une vieille femme, C ' est moi mere laNuit.. je n'en puis 
couverte de lonps vêtements noirs. est assise T tvt,,,™ ,,.f ^* a " *»««,"«.**. «» ».">... jv^v ^ 
sur de» marches.entru deu x e nfant s_)_ LiA 1MU1T »< / 



fcEES 



*S§e? 



Modéré 



Qui va là? 



jtea 



i 



S 



=£ 



S: 



w zr 



» "ZT 






♦ lt* _ 



..** 



g?J^- 



feÉ 



h 



fe^£ 



g=É 



Éï 



i 



r 



r 



ff TT 



r 



E.4 C. 7836 






102 



LaCb. 



La H. 



w 



I 

g u m^^^ MU >rrfrfrt s l jv A J3 p ^ ^^ 



1 

plus... 



Qu'as-tu donc,mon en - Tant?... Tu es pâle, amai _ grie et te voLlà crottée jusqu'aux mous. 







ff=g 



M* 



s 



SE 



bl 



i&- 



» !12=* 



7 






" S(J T 1 t i" 



ww~W"f ~r 



f 



Ê 



tZbhtrM -ii>-U^V~^ 



m 



* Pi? p -Frp 



LaCh. 



La ii. 



Il est bien question de gout. 



^Q-j^'p-ffH ^P+F. g fr P EP P gp p iffFS^ 



_ taches... Tut'esenco. re bat _ tue dans lesgouttières,souslaneigeetsou3 la plui-e?., 



|ly Jfl 



P 



i 



^^ 



Si 



Ht J J ' ^ 



É£ 



^ 






? 



r r 



F-P" 



LaCh. 



La X. 



àdk 



"HF J 1 v ""JTftT^ 1 J 1 J' JV * » 



tiè.resl.. C'est de no-tre se . cret qu'il s'a_git I .. 



i "i f t t i i .^TOU'J x 



m 



Quoi? 



Qu'eat-il donc ar_ ri . vé ?. 



i 



^ 



"if 



«SF35 



sn,v 



*É 



f T 



n— ^ " J 1 



f r 



r 



r 



K* C.7836 






. 



£, H *•*■ 4.<*~f 



<s£<** 



■y — 



/• / 






Cil,*»? .£ //»~U~ t 



-d+^-1~'-^*-* ' 



!*» x. A<rd &% 



*.«--*-«. x. 



~ 



A eÀ^/fc ■ 






" ^^ / 






_J 



y*- 



V*r ->VÊ*j t^ l>te t^/ / l 



é 



A 



.LrtA Ô;*U-L£~ < ^UyCu- 



4 

&, 




^t-c-t^c.» • <» 






£f~6 Û 

S -£-c-c r rue. 



U-Cj^, 







: d^^X--^^?^^^ 



108 



p r-t — y 



^^^^^ 




Je vous ai dé_jà par . lé du pe_titTyltyl,_ le fils du bûcheron, et du di a 







gh=fm^ EE ^ ^^^&= m^^^^^ ^ 



mant merveilleux... 



Eh bieal 



il vient i . ci pour vous réclamer l'oiseau 




* *r f T r 



■■' = 




r r r *r f T^f 



h. 








bleu.. 



^yjj^gg^ 



=F 



La Nuit 



11 le tien-dra bien _ tôt si noua ne faisons paB quelque mi, 



Il ne le tient pas en . co_re. 




. ra . cle! 




^£- 



=^ 



Yoi-ci ce qui se pas.se: La Lu _ mierequileguLde vient d'ap_ 



3 



falp 



/rs 



«r 



Pf 



Pa PÊp 



^ 



^^ 



pr 



r 



JJ.4 C. 7836 



104 



La Ch. 



tffrf p r n r/rr^p ? r h ji > ;i7ri?CTuniito^ 



^É 



pren - dre que l'Oiseau bleu, le vrai, le seul qui puisse vivre à la clarté du jour, 

fa ?■ fa t- -p- fa' 



se cache i 



■I 



I 



*-y— 



m& 



r» 



^ffm 



*= 



P 



e= 



te 



€^ 



s 



* 



»-ï 



r r 



-t 



r 



«r- 



'? 



* 



£êé 



Ji J^.hM 



p p P P ' P M P P P ^T 



La Ch. 



- J' J • * ' m 

ci, par.mi les oiseaux bleus des son _ ges qui se nour . ris-sent des rayons de lune et 



= 



wm 



IL A 



1 



te 



"if 



m 



z*~ 




s 



m 



W^m- 



wm 



i— Jr 



w* 



r 



r r 



r 



tà^-ïï ji ji j^J^lJ» v * — fr-j* -ff-fi* r *P 'p I 



La Ch. 



meurent dès qu'ils voient le so. le il , 



El . le sait qu'il lui est in . ter 



m 



"> 



3E 



E 



jûr - r— m 



* - 



7 



WhJ 3 «^^ 



e 



* 



r 



r—-? 



$'■'> 'r p p ''3 p r ;;,;,jVi | j » «, j^j^ i j. j^tï^t^^ 



La Ch. 




E.à C.7836 



105 



:h. 



j*J> J 1 JJ^rt u ] ■ s ii|, j. ; ffig ^ 



h 



com.me vous ne pouvez pas em. pêcher l'homme d'ouvrir les por.tes de vosse.crets. 



3ÉpP 



Je ne sais 




:t. 



'j*Y *f HiyJ. e i j _ ^>» r p i p p r f'fp ^^^ 



trop comment tout ce.ci fi. ni . ra... 



En tout cas^'ils avaient le malheur de meure la 
Un peu plus animé 




Elargir . 



ffi j WJ'J iJ 1 ^ ! [' ^ f^ 



A 



P=P=P=F F g 



:h. 



main sur le ve.ri. table Oiseau bleu, 



nous n aurions plus 
Elargir _ 

ht 



qu'à dis. pa 




É 



Modéré 



Un peu plus 
animé 



* 



&E£ 



:h. 



raî . tre.. 



4* 



La Nuit mf 



i 



fj i :^* i y>j> j» j>7 



S eigneurl Seigneur! En quels temps vivons-nous I Un peu plus 



Modéré 



animé 




r r 



K.i T. 7836 



106 



La H. 



^s^^ ^i^j j. j. £$ jtji^ ji - u'ppr p* 



Je ne comprendsplus l'hom. me, depuis quelques an - ne'. es..., 

Ml 



Oùveutril en ve 




É 



La Chatte 



* ' P g F P P P sTO ^ J' J^S 



^^ 



g^ 



Mais je les entends qui s'ap_prochent... Je ne vois qu'un moy. 



La S. 



*« 



■ * 



nir' 



Il faut donc qu'il sa.che tout?. 




*p_x^ r 



Sans lenteur 



^ 



t >.i»J J lyJ J J i"f F F F ' T F r '* Cl n 



i_u Cb. 



. en: 



comme ce sont des en _ fants, il faut leur faire u.ne tel. le 

Sans lenteur 




ff-'r, ff Hff m 



J ' J « T g # # # # • • » 



La Ch. 



n~*p p'p i"F F f 



peur 



qu'ils n'o. seront pas in_ais_ter 



ni ou _ vrir ht gran.de por. te du 




£.4 C.7830 



y 



4.-C+ *^c 






——7^ -TV — i- 



jLl^/, £*. &Ala-/tl slavt-h^. 



L - c^yE-*.^ 









/ 



'Ùt-S 0-isCt ***-*-* 






o^ u^u -^ -^ ^~* /~~ ^ 



»-j^« 



^AU 



£ .X/*. ^ ~—~ «. *w ^- - -**^i/-- ^ v~ 



ac*&~ 



1 



,^/_ f_M. /7/^-t. l ' '.***/<e-«-««'P 



X- 



iWrt. 






oW^iffc - 2*-» A^K^f 









*/ 



Z~u* 



>y- 






? 



aCh. 






10* 



Elargir 




Y" P p P 



» ff 



£e£ 



E 



fond der . riè. re la _ quel . . le se ca _ chenUes oi . seaux 

r-~-^ Elargir 



Hr ~r n 



Assez large 



Cn. 



lu . ae. 

Assez largue 



:? 



jf 



^W= 



ï^: N«# éHttjrf 




de la 







/i'« 






Les se. crets des autres caver. nés suf.fi _ 




M 



4r^ p çm-t- 



> > J » 



Cn. 



t?^ 



ront à les terri. fi.er... 



É 



LA NUIT (prêtant l'oreille à un bruit du dehors) •' 



/ ia/J- 



* *iJ'JfeW J - ^vj ^ ^ -^J 



GeneBt 



Qu'est-ce que j'en _ tends? Ils sont donc plusieurs? 



3 



Cî^s: 



ï 



^z=: 



yg= 



m 



M 



'à 



/O 



S * 



2: 



^ 



^ 



^T 



iVïodéré 




ï 



: * «|fr— F 



*— i > ji y i 1 i yj J' y , h = R^ 



Ch. 



£e 



rien; 
Modéré 



Ce sont nos a . mis: le Pain et le Su.cre, l'Eau est indis.po. 




ï.iO. 783U 



108 



La Ch. 



f=$=ï-ç-l-£in* \ p. * b * i\ )) P=-JmJlJ! — :\ 



sée et le Feu n'a pu ve - nir par- ce qu'il est p.-. _ rent de la Lu 



LaCh 




La Ch. 



I^^ptitT^^^^^ — "F* 



( Entrent timidement, Tyltyl, fflyt yl, le Pain, le Suore et le Chien) 



mais il n'y a jamais moy . en de l'é _ car_ ter... 



Par i 





Tyltyl 



P 






t vt 



P 



trtttmtr^-^ïmï^^M n p p p py f 



Bon- 



■ » * ■ » «i i. if : 



L* Cû. 



- 



ci, mon petit maître . 



J'ai prévenu la Nuit qui est enchan.té.e de vous recevoir. 



É 



*=5 



E 



1 



=5 



*•■ 



SS* 



rc ►>: 



~-r~ 




— s 



r 




*^== 



:*!, 






er 



r 




E.4 C. 7836 






s< 



*~ 7/**^ - - ^""ft'v-t 







r j 




^»-^V 







f £***J- d* /tx 



/**- 







^ 




/ 




cM^U^- *&■ ™^r^± 



y^^ 




/tw./- £>Lt->-«^-<--r~ £\^ 



élJ^ 



wa_ luÀ*J- 



<■ 



t-*^M*> 




eLe_ v~0-*^i 



fi 



£<p 



"7 


















-^-w~, ;. EÎ/-X - A 6 






-* 



?* 



y2Zi& l &x~ïL,e~A~ ■£■>-? n- 



; 



/ 



/LjLÙ 



JLt£~^ 



r. 



*-e 



'P. 



I 



£ / 



<x-c cr . 



>£«-*< 



* 

^ 




'jr* 









/ UlL^C^^L <^J*******t *■ **- 



£~U 



A^t^JM^ 




5* 



30 ^ 



1QU 



Tyl. 






Retenir peu a peu 



. Jwr.mrtame !»Huit. LA KUIT („,„„,„„„ 



m 



-]- 



Bonjour?... je ne connais pas ça 

Preasea snbitemeai Assez vif 



fl p> M | £j^ 



5: 



Tupourrais bien nie dire: bonne 
Retenir peu u peu 



r y i. 



.a M. 





Pardon,Ma . da . me, je ne savais pas. 



nuit,_ ou tout au moins: bon. soir.... 













S 



H 



p 

& 



: ---^~>/ * 












^^ 



■M; 



- 



il» 



-...- E3 



dhfc 



Tranquille 



( montrant du doigt les deux enfants ) 



Pyl. 



«J r 



Tranquille '" Ce 80nt V08deux P ctits ff ar Ç° n9? 



'Tp 1 ^ 



Ils sont bien gen.tils. 




fjrl. 



,aN. 



i ai 



m 



sœ3 



! v \ 



fey^ 



¥=? 



Pourquoi qu'il est si gros? 



Et l'autre qui se 



Wï-l+r 



^ ££± 3 



hTl I 



G 'est parce qu'il dort bien 



I 



Oui, voi.ci le Som.meil.... 



7. 



^'^5 



^^ 



^^ 



i 



m 



ss 



s 



a: 



s: 



£.& C.7836 



no 



^jU^pP ^ WJ'J^lp p - 






L€ 






/ 



-*J*+.^L v> 



— 



**+iu4 



l f^ui^> 






m 



Tyl. 



La S. 



cache?Pourquoi qu'il se voile la fi _ gu,re? 



> ' P P P p^ih'j > jijij jiji^J 



T» «T 

C'est la 8œur du Som _ meil.... Ilvautmieux ne pas la nom. 




1 



^s 



T~T 



émm 



Oéd< 



Reprendre 



H 



ï 



1 



Tyl. 



LaN. 



Pourquoi ? 



J > J» J J^ jyTTj! Ji Ji Ji j J) J' l i.,J J' i ->JJJ U' jW 



o 



inrKïfrM 



I 



mer... Par. ce que c'est un nom qu'on n'aime pas à re _ di . re... Mais parlons d'autre 

Cédez — ~ /^ Reprendre 



^^ 



aa: 



^ 



îC^'i: 



-^ 



4; 



<ft t | j r "r 7 ^ 



att 



! 



m 



î 



f*=* 



H" 



£S 



r— r 



sa/ 



Modère 



fy\ï J' JM ï p I P P P P p J> i'^^-J^OJ i 1 i 1 



La X. 



cho. se... 
M odéré 



La Chat _ te vient de me di . re que vous veniez i - ci pour cher 




r t t r 

tut |l*ï K k RÙU- -i^t U & **. *a0, 
Tyltyl 



r 



I 






fr" P l >p p PPP'PP Fg l fr 



«E 



Oui, Ma. da. me, voulez-vous me dire où il est? 



TTOiçri 



PE? 



^9pr 



±ee£ 



LaN. 



P 



P±âî 



cher l'Oiseau bleu?. 



Je n'en sais rien,mon petit a_mi. 



S^^ 



& 



p: 



M^, ^ lfl= = ^jttfc-= 



S/ 



^ 



9 



£ 



¥ 



r 



r 



E. & C.7S36 



C_ iXAA^i^ cf^Z£ ^It- l^JL-tc- f^ 






cL-t>(- 













ty 



£&f 



*- /f»-*qt r .<-^r^ /*-<-* 



t Jir 














^S 




y^jjj. a £*• 



/? 






X^^/i^Ji. y 



^ v-, //JL~**.. -J? f—^+ °^p ^ 



<.i~cK 



A A ^ 



s 

•-*->^, 



C'U 



JLA. 






■n &■}*■ j^a-4 le* 












<£./ t?t* *iJ &+,/- ce*, f 







/ / ^/ j k *_LsL_ ff t*—Z ^ . <-<■ t. -ccLt-ca. *^£. et a~Aj^£r0-u^C%4-. 



111 



yi- 



k3. 



m 



i^rit ^ 



Un peu plus vite - "-&**■* 

Si, si, la Lumière m'a 



P^^n=^^^^^^ ^=^^f^ 



Tout ce que je puis af.firmer c'est qu il n'est pas i_ci... 



Je ne l'ai jamais vu... 

Un peu plus vite 
h- 




,'1. 



N. 



^^ 



.„.- j .-/— A_. 



* 



FFF 



dit qu'il est i.ci. 



ippS 



Youlez-vousme remettre vos clefs. 



Be 



j»x 



lm 



7T-~^ 



: fc£ 



^J>|j.^> 



l, 



JS 



— v 9~r 

Mais, monpetit a . mi, 



tu comprends 



J J I =1 



h 



tj ^ciJj 



m* 



^ 



n r > i. 






r 



rryçr 



^^ 



# 



i 



* 









•?v 



1 y p p p p ^ffj 



Vous n'a.vez pas le 



t 



b f . i' Jrtd* 



ft 



g 



p p p F g p ;■ J'jy I f -p p ^ 



bien que je ne puis remettre ainsi mes clefs au premier ve _ nu. 






S 



^^rt 



r z 



^^ 




E.4C76ati 



112 



Ty). 



La 3. 



$ 




M 



rt: 



m^ 



z &^0 



y q> p H i;~= g 



^^3 



W=^ 



3ÈE 



droit de les re. fu.ser à l'hom-me quilesdeman.de... 



Je le sais... 



La Lu . 



HZ ^ If-^g-F^ 



Qui te l'a dit? 



r ^ir^h 




Sémé 



i ^m 




m * 



#p) ~ #5 B 



Tyl. 



LaU. 



,£*li— ' 






L S- 



P 



ï 



e 



i 



_ mie _ re.. 






* »• "P H E EgJgÊfefea^ 



G fi " s p: 



p-rp g g r - 



En_co.re la Lu . miè.rel De quoi se mè _ le - t'elle à la fin ? 




% 



Retenir ». 



Wpyj'i ri^TTT^ 



^ 



Tyl. 



La S. 



Voyons, madame, donnez-moi vos clefs,b'il vous plait . . . 




''Fffi ffirf fta 



As-tule signe, aumoins? 



Retenir 



fej^feï 



33 



f 






S 



J> 



Suivez 



fWfiïf 



EÈ 



m 



t. a C. 7836 



<&A 



+&OCOL. 



fa ^ JLuU, - A*^, ** - 



5~ ^< 



fZ<j* ■as JVcu^^bl***-* 

<M*;LUA i 



%&£& ù^^^^^/— 













/ 1*4A~3 



JLu~u 



**- <f^^- 



^Â -V' aJÏ( IU- UU^. ■ fa -L**cJ-* <****■ . 






2, X-c^ US&JyJÏ4e. n^tM^A^/b^jJ&r-ft* ^L/ 







&CP-7 



' <X /*/ 



<titi/ 



ri. 



v 



Calme - 



il.) 



v . * h * «r I j-} — dE 



z=r: 



1 



Voyez le Di-a . mant... 



* > i i y » 



(6e résignant à l'inévitable) 



".''-' 



*v Tr^iro 



Calme 

3 1 



#É 



ja 



En-fin.... 



:* 



S- 



Yoi.ci ceLlequi 



^ 



Si Sz 

:+^£i J. 



ê 



* p 



g 



pp 

=À 



a 



PP 



w 



w 



3E 



Modéré 



fV P pfyji p p P I ^ M v "P P P I TjJ^J'J'J" > 



ou.vre toutes les por.tes de la sal.le... Tantpispour toi s'il t'ar.ri.ve malheur I... 

Modéré 




m£à 



f -_& a? 



-»->» 



F^r-#=3RR 



& 



Je ne réponds de rien ... 
LE PAIN 



m 



H p r "p" 



Dangereux?.. Il y a 



£ 



i 



Ii£' 



? 



■■ ■ - " 






Est-ce que c'est dan.ge _ reux? 



* 



/?N 



= JPF=£ 



* 



I 



S 



w 



ijjU- ||J J^i-^— ^ 



o 



: — . .. Z^k ff //w l 



M. 



fa J_JO^^ OTT 'J'J'U' 



A l O "/ 




la toutautourde la sal.le, danscha . eu. ne de ces cavernes de ba . sal_te, 



tous les 







T 



3E£ 






r^ 



\ v 



ee£ 



feà 



T— "P 



TT 



E A C. 7836 



114 



La K. 



^^^ ^^=^^^^=^f^^^^^ 



maux, tous les fie _ aux, tou.teslesniala - di_ es, toutes les é - pou . vantes, tous les mys. 




* 



(prenant la clef) 
TYLTYL 1*_ - 3 



f * fr P fJW 



H a "if 3 * * 



AlW&vtHr'ci'j Commençons par i - 



La H. 



.te - resqui en.tourent la vi - e depuis le commencement du mon.de.. 



i 







i 



#= 



^ 



ci 



I 



y»\ 



L!i>t 



£&u 



d^ J^J^ I j J> j^ ê 



T ^ 



; - 



3=^ 



Tyl. 



.al 



» 



ei 



Cl... 



Qu'y a t'il 






T 



der.rièje cet-te por _ te de bronze ? 



r^r rrr-rr^m 



Je crois que ce sont les fan. 



ï 



e 



& 



3È£e 



E 



ï 



I f 



r~r 



fe ^ ^^aCTjr^nJgJ 1 ^- i r 7 r 7 r J ^ p^i 



LaS. 



tomes, 



Il y a bien longtemps que je ne l'ai ou - verte et qu'ils ne sont faor . tis.. 



i 



T* 



^^ 



è^ 



P 






=ÉEEE 



p 

P 



w * - 



£.& C. 7836 




■U cou* 



Ce u<< 



L Â.*^n-<j k: 






u 



<*-*» 






_*, VU+^JlJ*^*^ c^^l^^ 



__yi_-^___ — , — - ■ /- ■ — ■ — — 



La***- 






CL*. 



eie. v/» 







<z. ^z^ 




•cx^ 






'i^Jyt^- 



.ILJ- a. 











y^^a 



inu a^ 






1 















, « * 

















j4 /i«^ 




^ 



^ w 



te-* ' 






A- . 





i-£.' 



! 



TYLTYL ...^•^ P ie ^ t * p ^ laclef dans la serrure) 

et 



ÉTYLTYL m f g°"y" 



Klarg-ir Lent et las 



nr, 



(11 tourne la clef*"eT*^4 




\X En accélérant . ^ ._!_ ,> /V /■ 



'*■ 



r r ; r 

\JL En accélérant "__ ^ /V /■ 

entr'ouvre prudemment la porte . Aussitôt cinq ou six spectres s'échappent. .^ 6 / L 



m 



LA NUIT (pourchassant 



^ 



e Pain épouvanté 



^P-<L L U^~^ . En accélérant^^i-^-r-^JÎ Y1 " te ' Ferme la 



'-TJ7 



^S 



^^ 



#* * 




Assez mouvementé 
jette la cage et va se cacher au fond de la salle) 



TYLTYL ,/*_ _ 



e 



^m 



g g i c F EVp-t-^ -h^ j^^tj^ ^^ 



Ai _ de 



por_ te ! 



•* 



Ils s e. chap.peraient tous et nous ne pourrions plus les rat.trapper! 

Assez mouvementé 



i=ï 



w 



*W 






( 



*i r 



i 



i^ifj 



i. 



T 



<j^^ 



^ 



■ ■ 



p^g m r. 



-la, Tylol 

L£ Chien 



9LJ 



«?'^g , 'pL^ 



Et le, Pain, où est - il? 



i 



Oui, oui I .. 



LE PAIN (du fond de la salle) i 

: -, V-a* 



C g g | f ^ j #fe 



g 



T- ' M » »=&- 



=?= 



Je suis près de la por.te pourle& em.pê 



>*É% 



* 



Ws 



=*=ïfc 



i«i H- 



é* 



Uf: 



^ 



l 



ssà 



-$* 



?r^ 



? 



t 






-** 






r *r 



s=^ 



fi.* C. 783(5 



116 



LA NUIT (a trois spectres qu'elle a pris au collet) (à Tyltyl ) 




i^E 



fcg-gf 1 ]fi $-#—?- 



1>* m m ;,., :£=£ 



zzrrr 



r — w~ 



Par i . ci, vous autres!. 



rouvre un peu la por . te 



LeP 






i 



3Ë 



ÀJj 






«/• 



w 



1-JU 



= l£ = 



fH 



T 



r 



i 



£ 



fck 



S «P W 1 ^ ^ 



£ 



Retenir 

( Elle pousse les spectres dans la caverne) 



"^ "g g "P p i 7 yn^ s 



E3S 



La S. 



la, çavabien. 



mt 



I 



voyons,vi . te ... Rangez-vous . . . 
Retenir 

m= J> i/.j S i _jè 



Vous sa.vez 



p fe £ 



W ï 



éhé 



9ë 



* 



é 



33Ê 



WFv 



3 



9 .= g ^ WrVf f M ^ ■ '4±j 



if w 



A 



f*^ 



^ Assez large TYLTYL (allant a "une autre porte) 



TGMi y >> : 1j^M 



= 



-*: a a — 



(Elle referme la porte) — ^ 



j J. JJ J J J l û^-J' H p | » r -i-| 






Qu'y a- 



-Wf-= 



LaS, 



r^: 



rr: ' : 



bien que vous ne sortez plusqu'a la Tous, saint , 



Assez large 



frrfrr-t- 



■j^j- 



m 



A^± 



le '-Vn 7 > 



ci 



O- 



w 



f^m 



if 



^ 



ja/L 



mÈ 



c. 



?s 



^ 



>Iodéré mais bans lenteur 



t'il der. riè.re cel.le . ci?... 



Tyl. 



La N. 



$ 



*<jj 



il- i 



-tv\ a 1 



r^ps^ 



^^ 



'*iM '1 



g=fe^ 



^-h-é 



Il y a un peu de tout. 

Modéré mais sans lenteur 

^ ^-ï— 



J'y 



m 



W 



&± 



^Wr 



ppt' 



# 



h 



t 



% 



» 



^ 



Il 4 I 



Ut 



E.& C. 7».J0 



i/i,. 



J0l*a- t-c*. rà 




<7 /L^J. 0-l-t-fl-B- 



-t£<_ y <-#-i^£_ 



■y 



-f 



>*£ LsiruL4 









<4_ 






y 



Aw Ax. / 



.77 




ff(W**4 ; /e 






<-«3"-S « 












^ 





I 

^ 



*Aw 



£*-d_ 



^■y 



^^Z; 



7 






u^-ù^L^j^^r '**■ ^_ ^ , -, - 



ïM tift-*^-* 



117 



mets mes é _ toi. les sans em . ploi, 



■g-- T J'jJ » J 



ÉÊl 



P 






I 



r J' J> J^ J' Jf 



* 



#^ 



mes parfums per.son _ nels, quelques lu _ 



tur^-^riri 



^ 



M 



S 



s-jr^—^rr - : 



ê 







1^ J 1 J^ I J' J^ft^JuJ 1 zz^zz^ 



i 



S 



ZT3 



i 



?- 



j~ i-itrz. 



eurs qui m'ap. par . tiennent, tels que feux fol - lets, vers 

J_ -.-. ' - . 



P P g 



i 





TYLTYL /,/ 



^ ffij^RR^ l J ^ l i'i^ j 



Juste_ment, le chant des rossi. gnols... Ce doit ê.trecel.le 



$ J 1 ïiïFF&ff-\ 1 



se _ e, léchant des rossi _ gnols 




E. 4 G. 7S3»> 



.118 



Retenir 



US. 




^t 



; / *</• 



* 



JU m * 

( Tyltyl ouvre la porte toute grande) ( Aussitôt les étoiles, sous la for me de belles 

Modéré 



fij^ i J_jJ i 7 T \ ài ~ 



UN. 



^^ 



'H' '-' 



la n'est pas bien mé - chant.... 



* 






w 



* 



Mf T " 



I 



Π



- fr 



S 



-«-*- 



jeunes filles voilées de lueurs verslcolores, se répandent dans la salle) 










Kl 



*• 



s 



s 



Uf>w/ ..vv 



f 
t 






£.* G. 7836 



<P 



% 






Cbu^l. 






'>K«l./ , U*. 



i — ■ » 

//CCrtlesce. 




("li-C^oJ „-t«C-C-/'^«- , 



JÎ-fL^ 







Av -fct*. /ùt^ 



o4_ c^pi*~*, . 



•*<£ 



7 









<-tV3 



7 



s 



/ — f r 






/) 



^S&yUrLzJL. de. Itfï.icnU 



i 



£ 



TYLTYL 



Cédez 



U9 




£. & C. Ib.iii 



lao 



% 



cependant que le chant des rossignols inonde le Palais noc+urne) 
TYLTYL mf 



^ 



H M ' f 



Et qu'el.les chan_tent bien! 



tf'Sop. 



?»S<.p 



M-Sop 



E"S«» 



2fSop 



ïii|i 




E. 4 C. 7S36 




fruLï-Lô 



.Il 1 --" *-L-~ 









i.'dûu*- 



^Ccl p<nJj^ -L 



ouJ Zcr^teJ du ^ftruJv -d dé* 



i 




* 



■DCIA^ 



-UX- 




\L 







^ 



Tyltyl 



îeesz 



i 



^^ 



^^^ 



g^ 



Et le9 au _ très, 



là 



Uv <p p p r r "^ ' *p f ~* 



# 



Pi 



sont, les parfums de mon om - bre 



•.*' 



Ë 



i 



* 



Ë 



g=£ 



t 



^ 



? 



f^feg 



y 



%B 



• 



^^^ 



« 



«.-•? 



, N - -:: 



T 



:£ 



? 



w 



EE^ 



? 



ita 



^^ 



^^ 



«s* 



#-- 



22" M£ 






SUl 



-5 



-S- 



.1* 



fT^ T 



ê& 



à£" 



te 



m 



m 



7—nr 



5Efe,',-"J~IZ =3E 



%^^t -^4 



■r -TT-^— -^ 






«=, 



& 



'ËÉÉ! 



e..* :. . T «.i« 



122 



La Si 



f. S'.p 




VI Sop 



tjljf^p 






La N. 




E. & C. 7»3U 



128 




-)■ 



Wfcébê 






m 



l> rm i 



d= 



Elarg-ir 




ffpc— ■ 



Éi 



« 

l* 7 ^ 



Elargir 



r'rfrffi^rfVrT 




^e ^ h 



^s 



^,p 



E À c. 7nau 






184 



Reprendre 



La N 




p i n 



> 'F P i c g ^P^ 



La N. 



* F Fif 



- sez. 



Ils n en 



fi . niront pas. 



Allons, vi.te, rentrez tous, 



"■•»-l 4 9 1; 




2".' S 



M. Sep 



Ceitr. 



E 4 C.7bat> 



A^ 



1 C \ '~ULïJ , liAAsU ' yirLj ^i<=taJ t clivU - 




. <— ^ jif 

P 2^ 








V 



y 



<^6 




^ 






^ < X«^>* 4 .' ta y^ ^ -^ 



I 



J^ JiulJ. *^.U*~J U*. £*' 



û 



iâ* 



ÎC )L&USULl£L 



It-Clf 



 



te lo 



4 f . ^<jL a t~/J ~~ ~At.ua 



^>gL 2 -ïl*^* ~-£t^<~&^' '&*■ 




Sd^-^h-^h 1 -^ 



i N. 




*fe£ 



'-, 






12; 



Bi non J'i.rai chercher un ray.on de so . leil. 



fe^ 



jTX3 




/^, 



Elargir 




ffFT 



f^=f 



Elargir 




E. A C.7b36 



126 



l r .-s 







le chant des rossignols) 

Retenir beaucoup 



TYLTYL(rtlM>t à la porte du fond) 



a".- s. 




E. A C.7836 



/ 



y*^ L*> ^A^Lt 4+J- -<* i*****^, 4* j^-^y 9/**- y 










/ 



/"T^"" 



Vu /^Lc i_t- . CÙ<T3 tx^n, /*^d~Ct. t. CL*.- 

/ 



'Z/e.i-v 




^Lc^. 




I 



u, 






&,c4^jy -ut k-^ a* ^*^ <:** "&<«■ 

K L'iJ At^ -cL: p^^e /U^^. Sïru^ 



P 



■ yisi-e 



J<~ >U 



(%*< 



&c6~id*- 'h^o-t* ; Zx *-*27JÎ^ 



*,±+s/L- <A* ^^v^**-^- 










s 



ci la grande por . te du mi . lieu.. 

LA NUIT ( gravement) m f 



Pourquoi? 



4 



£ 



f* * M^ •> =n^4f t np ^ E^ r j 



N'ouvre pas celle-ci.. 



Large 



Parce que... c'est dé_fen_ 

"if 




P 






r^r^^ 



i ^ p. 



i£Êê 



F^lF H^-^ ^VVh^ 



tfuL~i-%><>£- 



^^& 



t 



mm 



a 



É 



C'est donc là que se cache l'Oiseau bleu ; la Lumière me l'a dit. 

(maternelle) 



n -rr- t 



5HH5 







du. 



«f 



^M 



E.cou.te-moi, mon en.fant... 



ss 



v, •-; 



Modéré 



■ gg^BJi J U>UJ>- 



♦JsJ'M J'J<.N ^g 



Jai é.té bonne et comptai .san.te. 
Modéré 



-&r 



f^lP 



,=S#^ 



J'ai fait pour toi ce que je n' a.vais 



m 



i 



55 






ses t^sa 



s^ 



r 



I 



P 



^^r=7 



s^^ 



K 



r 



* 



«; 



r? ^ yi3^J ^ JX h J^ J» 3 ^ 



ÏSS 



:■ 



^ 



♦— # 



? 



fait jusqu'ici pour personne... Je t'ai li _vré tous mes secrets. 



Je t'aime bien, 





gjg f iS 



f 



E. A C. 7836 



1*8 



La N 



^^^^fe ^^i ^ J> t =^J^ i Pf^ j yj— vTi rt a 



et je te par. le comme une me . re. 



E.cou.te - moi et crois-moi, re 




m 



Jr 



w 



m 



3E3E 



S3 



SE 



E 



Si 



'»/' 



S^ 



S^l 



¥£*? 



PP 



r 



3EEÈ 



P 



r 



f r 



i 



TYLTYL (assez ébranlé) 



ie£ 



fr~o ji ï-j^ xjï ji J > i^ w J J J > J ■frrraff ft? 



Mais pour. 



La N. 



non.ce, ne va pas plus a.vant, ne ten.te pas le destin, n'ouvre pas cette porte... 




Tyi- :» 



i 



, quoi? 



La N. 



-quuir 3 



-* . »'.-'-*j 



.N- fe 



P* 



S 



lg£ 



1r ^- J >— - 






Par. ce que nul de ceux qui 1 ont entr ou.ver _ te n est revenu vi . vant a la lu 

a 



4 






^ 



^ 



?■ 



^ 



,a=fe=^>: 



=3p 



r r ^T 






É 



/ 



.a H. dt^ 



* • m 



TM-m 






p p P b p plp g£flU-+^3g 



? r^ 



' 7 — fr~ £ 



« 



.miè.re du jour. 



Par.ce que toutes les terreurs dont on par _ le sur terre, 



ne sont 




f.. * G. 7fc»:f« 



fi tu 



OLi£X. 



<*^>~ 



cl^ 






^ 




z» 



+-Ut-CSL£_ 



L i t 



0JL CÂ^y 



A-yry ^ 



i^Jîy-^iJ- J£? Â-<x^-+-b* s**- &*- Ct^2~/. tig c 



/ 



•~*^oL£_ ^<-A^c<^fi-c«>6p , 



a-c-tJCLj^tJtci. 









cjA^ 






40 



*-* <^t-c<^£. ?i f <>-Xt. j^gvy^c-c V^ :-U^ ^*-i^<_ 



Ix/ /Uu ^ /-*A-9>~^ ~^£ ^ j- 






a 



,L 






L^J^*, ^1^%/^C 



-U-Ct-*/ «3- 



^o-^*- /^ L * > / e ^~~ 



Il 



^v*v^* 



■l&*v*&£< tuo^ 






fr H |- p 0> ,N' J JfeJOJUUdaridip | ! ■! ,, ! 777 ^^ 



rien comparées a la plus in.no. cen . te de celles qui as.sail , lent un hom.me dès gue-seir œil ef . 



^-" — **^ 



') 



É3 



Aj: 



i 



ï^t 




! 



: 



K é fr \ k \ 



H 



i 



^ 



^^ 



fo ji j^j^jT^ J^P^^^p 



3& 



»>r 



j*i r 



B2 



SI 



.fleu.re l'a-bîme auquel per. son.ne n'ose donner un nom. 



C'est au point que moi- 





~r~t — r ~ — 



tTTF P p p J J ^ l , J' J^ ^- i i p i p p "g pfr P-P-g-g-g-j 



-mê.me si tu t'obstines à tou . cher cet.te por . te, 



Je te demanderai d'attendre que je 




P$m 



p p p p «p pi* ^^ 



tcLA.tJJ^ 'fu <t . 



I 



sois à l'a.bri dans ma tour sans re . ne. très... V- r .«?•'- 



m 



LB PAIN «M 



U<*<* ' ■ i • «* 



M-fr 



Ê 



m 



*p P g P P p T -P I 



Ne le fai _ tes pas, mon petit maître! Vous voy. 



J> 7 * 



H r- i 







»/ 



â 



Jr 



h 



T= = T 



r r — p 



E.* C. 7636 



180 



La M. 



Lo P. 




^^^^S 



. ez que la Nuit a rai . sonl 



Franchement animé 




ÏBE 



iiilll 



Je V-\0-\)^ r***** 



Tyl. 



É 



EzJ£g=g 



feËÊ^^ 



Que le Sucre et le Pain prennent Mytyl par la 



Myt. 



•J . . 4^ -« „«.. 



#^f 



m 



pas! je ne veux pas! Je ne veux pas! 




^ — 



Tyl. 



" main et se sauvent a . vec el . le... Je vais l'on . vri 



É 



Je vais l'ou _ vrir.. 

LA NC1T 



mk 



gPTT^W^ 



Sauvent! Sauve „ui 

*^£P '"t ■ 




E. A C.7836 



7~~ 



i.JX • 



Ijsx^J <^-\_ 






/ 



c ^t^eat-* 







1 te ZW>e c/> 



>7JL/3^. 







/ 



-C-XJtL 



■ l 



' L^^-- ■'£"- 7****^j 




C sUc*. jL<nJ£~ <^-*- 






kcU 




OÙu 



jLf^ 




X<°£.. 



— - 



.^/ -ï£-e*/A+ 




j 1 



^MJ-JLÂ- A^ -^ ^ 



.v^ 









li&y&ot*'} a.' 






\ 



/< 







/ 



5^ -X~~^~4 fet / ^' 



/ 




A^« eJn-Ut- 






It, Ta***, tu*, Ax. 



U iA^i 



7 jZj.W \~4 f~J* J-fs~ 



'elle fuiO 



4u,wk 






131 



£**■ P P -P_U4J=^=J 



peutl venez vi.te!.. il est temps! 

LE PAIN (fuyant éperdument) 



f f> P P-4 =f M-g-Hf #^ ; 



4 



te ^ 



ÏÎEI 



At_ten_dez au moins que nous soyons au bout de la 
^ "fie" 




/ 



I 



9 : *° V 



É 



pmm 



3¥=m 



3E3E 



i À 



t 



J^~#^fe=P= * 



'■• 



lp. 



LA I .iTÏ (fuyant égal 



l +=£&*■ 



ement) ^U> /# '^t». 



^ 



§Ë== 



Attendezl 
LE CHIEN (haletant) />• 



fr-rtrfr^ 



?=— ^=fe 



l jh^ f T g *M 



Moi, je res _ te... 



je res. te... 



je n'ai pas 



3*=ft£ 



sal.le. 




TYLTYL 



La moitié moins vite 



X 



V-TT irTTte * 



v fr k * p at3 =^^ 



* f t 



g ir P p tr=p P P | f 



C'est bien, Ty.lo, embrasse- 



1 



■£ 



peurl 



— . , — , — — ■ ■ ■ 

Je res _ te près de mon pe.tit Dieu! fc*^c 




E. * C.7836 



132 




(Il met la clef dans la serrure, aussitôt les hauts battants de la porte s' ouvrent par le milieu, découvrant 
le plus Inattendu des Jardins de rêve. D'Innombrables et féeriques oiseaux bleus évoluent Jusqu'aux confins 



Tyl. 



u à Modéré, mais sans lenteur 

W a - i — ■ 



(ébloui) 



? 



P t p p-tgg 



* 



Modéré, mais sans lenteur 




de 1' horizon) 



Tï ' Ep c e ♦ E g p » J 1 1 r 



h~^ n P i P 



* » 



p- 



y^ — n * 



£=£ 



vi.tel Ils sont là! C'est euxl 



Nous les te . nons en . fin, des milliers d'oiseaux 




dé 



* 



P t g p-Pypg 



^ — P-P p g i «h i p ^ 



EE 



; 



bleus, des millions, des milliards I 



Il y en aura tropl viens, My- 




E.A C 7836 



,<h^S^L 4 & dï 












— « — A — • — ■«»■ — — • — ^— 

C -H — 



1 Jïl^Sl t. 







c^Lcx^ pctlC <sL^ 



cL ~<f \ 



o~clv-zjl__ 






CLo-iu-t^ 



— "■ ; / 










1 



Ai-C-Ol-i-C-i 






-A-od^cv^, 



<^/L^^cJ ; x^/v^^A ^ 




A. 



4uùJ 






^4yU 



*-e 



ï'a ZjJ^^l/^ùM. 



(pu-Us 




ÙJ, 



e- a-< *x.-' 






t <à - ÙJ t~ÏZ ^£ , £ ^7 ~ £ JT* A ** *~"^ 












33 






-tyl viens, Ty . lo! Vene z tous lAidez-mnil 



,j_ ff F V ^df- 



E-£ F £ =£=£ 



On les prend à pleines 
h 




i 



> p i p p p p in' *• r ■' :s é ^=^^^ 



mainsl.. Ils n'ont pas peur de 



A 4 





Vous voy 



l'oy.ez, Ils s 



Èi 



animez progressivement 



*. ♦ 



*^F? 



i 



P I P TJ P ^ 



sont trop... Re.gar.dez doncl 

animez pro^resBivemcnt 



Ils man.gent les ray . 




m 



iw=fe 



J^=F* 



;• 



? 



sp 



!fc 



^^ g 



. ons de 



la lu 



ne. 



$ 



My_tyl, où donc es -tu? \^hU\.Xt*A 

Mytyl J m 



Ê 



^ees 



1/5 4T5 gQ JSbSQ' jfî 



J'en 




*Sf 



ia: 



».'/' 



3* 



^ 



t* 



& 



E.à C. 7836 






Myt. 



» 



ai dé - jà pris Bept! 



Ohl qu'ils battent des ai-lesl Je ne puis les te _ 



iSÔ 



=F=3F 



m 



V 



ÏS^: 




5i 



Klargir 



'»/' 



=i 




ê 



&Q 



!==r 



* 



« 



TYLTYL 



* 






Large Reprendre le l e . r Mouvt 



l|3 



|ii ^g :j P=FgF j ^^P l fT^ 



-ttnfà 



■y F ff 



ît=St 



Moi non plus,moi non plus, J'en ai trop! 



Ils s'échappent, ils re. 



* 



^ 



*t 



I 



Myt. 



OiU NS 



nirL 



ifi 



J 



Large 



35 



Reprendre lé l e . r Mouvî 



i=ï 



i 



mm 



I 



xi 



i} 



f; 



te** 



f: 



*r 




P 



&E 




.*b*L W * 



^Uu ? r H>U 







S.* C.783U 



Jr 



-V <-<^a^< < sU, *>* ù /te^iXe. Ay<^, , 4^- *S Xa. L^i. 3**jd- 



£ -4*tJ Z J*y 









a / r ' 





<j£~ 






A 



**-**. 



r 



f/~ct^<^ -//v>My 










%JL ^~~ <^~^< * 



, t-<* 



: 










<^ u«~~4i—&$, y^<—r r ^- ? 



0C* Jc*-e<A. 



A 









tscx- 



£+jJU" 



J^ 










cl^ JtUovïsùfc 






ua 



&Hr*Yrrrm 



(Ils s'évadent du Jardin les mains pleines d'oUeaux 



* V 




î 







qui se débattent) 



LV-: 



-? — r 



(Restées seules, La Nuit et La Chatte regardent anxieusement dans le Jardin) 
Ralentir LA NUIT 



P 



■tf%-f- 






H 



i=rtjtjb ? 



3N^ 



ijfj ,^ 



Ils ne l'ont 



=sP 



I? 



É 



JU 



Fiaient ir 



-«^ 



__ i^r. 



^z;; 






-^ 



H 



É 



u 



La chatte 



y-*- j i rj 



tefe 



Calme 



P !'■ P Pt^ 



g^N^-#^ 



Non. 



je le vois là, sur ce ray.on de lu 



ne... Ils n'ont pas pu l'at. 




■ » ■ — p- 



*r 



rn^t 



ta 



,1 6 a, 



* 



<l 



nv$ïm~H^ 



m 



(Le .RIDEAU tombe) 



JE 



15 



. teindre, il se tenait trop 



haut.... 



«^ - f , , . ji j i fi j 




Wi FN Q 



E. a c. 78ye 



K^f^ 



436 



Ê 



Taussitôt aprèB, devant le rideau tombe' entrent simultanément La Luiiière, Tyltyl, Mytyl et Le Chien) 
Moins lent TYLTYL f m f\ 



fegj lp > p g g ^ 



Oui, oui, tant qu'on en voulait !.. 



LA LUMIERE 



-L'if 



i 7?iTpri3 g p ' > 



Moins lent 



Eh bien! l'avez-vou9 pris? 




Un peu animé 




^ t f Assez large 



- ai? Ah! non. non, c'est trop vi . lain! Oui est-ce aui les a tu .es? Je suistronmalhei 



m 



Ah! non, non, c'est trop vi . lain! Qui est-ce qui les a tu . es? 
Assez large 



3E£ 



Ii 



Ê 



pp 




fiv> 



1 



?• 



I* 



S=E 



/( 



^ 



S 



^ * 



■w ï *' 



? 



w 



il 



ï^ 



-r-*- 



^vwv» al tn 






E.A C. 7&3« 



- liMuAJt^ ^U^l sUAsnvuyt^ _ ' ^Uslcl. Le 



^UL 



u i K t (m fy_L Ll L^ 1 ^ ij JQcux, k--J z^qLl 



<ÏLJ-4~ 



% 



ij t. ivVL 0Us 



'■3£ 



1 w 



ÂdU, 



csjbJ v ^ccJ^Li^r» ^/ -ût- CJCut. 






/ 



'vùJL 






fiyt- 



4~ Jî* /l+&-J &6-CCA~<fft4 

/ 



P 



■ f ■ J ? 

Lpy&fyZ ^t^y *~*^>U -duo 



0~-t4 -£ 



*>-^f t4 J'*JUL4-Ç<rLl j^'iJ:* 



2: 



/ 



f Ce^û^ +*i_ 



Wf ^ce^cx^~A^ -faSc ■ 












/ ^" ' -; " ' H* — * 


















<-/V£_ 




^3 







,/S yi 



<?U+ o.:**^^ Ai^ot-A £&f-«-*J, ^U*^> £y{fJ?^- <£i£/yC. 

— JLL 



; 



y ■ 



; 







145 



j- " rrf fr I ■ r rT r7 , r^rrTr 



ê 3 
3 .^ - 



W 



^rr 



^ 



? 



^^m 



** 



£ 



tfr-rtfferj 






ff4i 


•p- 


Ralentir 

Ilt * 


-■IIHj , 


^— É»= 


MW 




rfiT f 1 


'iLd' ' 


=ëF=— 


mm4 



Reprendre le l c . r Mouvî | 



•a 



mm 



£3 



< 



fflr r ysitTf ^^E 



ilf\1 tiï 






^F=f 



1^ 



=^= 



é 



ffl JfS JS jS3 ,j» jj 



fiais 



sri 






m 



5E^F 



• i i 



u 



* 



n 1 



^i^i„f7TfTf|fTf 



r 



s 



ir~^) 



i 



êfSee^; 



:E=ÊEES 



l t 




E. * C.7836 



146 



* 



û 



^ +■ 4 



p 



te 




y. 



i-r 



-J» 



ri i 



i 






sÉ# 



^^ 



7* — 



W 



hi 



p=-f=t 



«fe 



^ 



?± 




,4JJL- 



^ 



f i- - 



^ £ ^ j^"j^ i 



i 



g 



^ 









r 



h *¥^# ■ '■ 







^, ^J 



en accélérant 



i 




i 



3E3 



m 



ÉWil 



3§| 



i 



^ 



m$ 



f^T 



wm 



E .A C. 7836 



147 







m àdm^m 



Xl 



*?=** 




El 



31fc 



H: * 



P=HF 



53f 



Preuei encore 



rf 



Si 



rj 



i y-rw-^ 










.11 



^^ 



"- s 



-1 * 



Al 



:ï:1 



53E 



Très vif 



tl 



slii 58 ùt~Ju- 



^ 



m 



m 



£y 



fa 



r su 



w 



w 



tfF 



•y^-IfTT 



1 



ÎEEL 



HI 



:b 



ÉÉÉ 




« 



P# 



te 



ï 



Efe 



iS 



m 



M 



m 



s 



*m 



S^5 



SP5? 



SE* 



S 



P 



Π



a ■ 



3Z 



IL^M 



O 



Wt^ 



r«>^A 



E.A C.7836 



148 



QUATRIEME TABLEAU 

"Le Jardin des bonheurs» 

Un fabuleux et doux jardin de paix légère et de sérénité 



Tranquille 




Retenir. - - au Mouv! 



$ 



1 

d J m J m 



S 



tj^nx ^ 



w 



RIDEAU 



^e 



ss^ 



idfe 



n 



: ¥= s = 



^PPP 



f 



Jt==: 



S 



^ 



^^ 



, 



' 



s 



i=^h 



2 



*• • 



F5- 



* 



■cr r- 






« />'. — # 






T 



r 



f*r* 



«.UAVAp. 






TYLTYL (regardant autour dn sol. émerveillé.) 



tg g g"Pf~ r ~l 



Oh! le beaujarejin!.. 









i 






£\J?^ 



tÉto 



•f-f H i fr rfl. *S 



y^BL 




m 



u 



VV 



-a. 



^â 



T 



E.A C 78Hfi 



^K^=* I . 






Q«, 



tcts^scLi, iM-j \* n^tc-orJ 



1 



A 





ru 



— i. 



=F 




/ 




/ 






i 


/■ 





X 



tz. 



f f > * 



X 



v £ 



o 



g 




X 



-3 ,-^u^ 5U^ —y >~> py. ir%\ t%r? 

£~Ts->r~~J. q-f-~~ Zl' 






/^* (ZÂax-UI* d CUlJk**. 



' ' a^L. Ç 



£2h OU-7V2- •<- '. L<-~ol€A^ fui ya^H^c cCle 






t%_ û €SU<cch*£ &*# *^<2^ 






CyëM.^ ^^ ? J ~^° 



LLe . Lu. ~J~~~4 -fj'-h ■• f^ 






• 



/ 







■Aj2 C< l ■ 






— r^ — *~- — ri 



^_ 






^ru( &^<*- 



: I, 






14» 



V < ^ ;y ' l v; s p't * 



le beau jardin!... 



Si 



Où sommes-nous? 

LA LUMIERE 



te 



s 



^= » » »»»ft »fî » - 3 a» 000000 

t * 1 g P S E P M * » ^iS S ? P 7 ? ? 



«hJ 



4 4 ^r* - 



Nous sommes aujardindesBonheurs.... Et nous allons a„per_ce. 

îl 





^^ 



fr i— P ~» 



^^^M 




~' T S |j' nTl 



Quil fait beau I 



On se croirait en pleine -té... 



Tiens! On dl-rait qu'on s'ap- 




E.* C.7836 



J50 






TJn peu plus anime 






Tyl. 



^^^^^^m 






t--* — - 



.proche et qu'on va s'occu.per de nous. 



La Lumière 3 



1: 



-> J> J' J> J>' 



^N^ 



l*n peu plus anime 



Yoi _ ci que s'a _ van _ cent quel.ques Bon 



ê 



11 



«tu 



7^=13 



j: 



l — M4 



JLOS- 



S 



T*=f 






¥ 



ÏEEEE 







Tyl. 



La L. 



m 



ES 



ppp 




Ralentir 



i 



li k M '"I 



Il y en a, il y en al 



Ils 



. heurs qui vont nous renseigner . . 



Ralentir . 



*# 



À 



^X^HHjtzzÙUÏl 



ÉÉÉÉ 



Êm^ 



F^P 



^ 



"2/' 



^^ 



m 



Tj-^s-j-^r-r 



i 



* 



îa* 



Tranquille 



£S 



Tyl. 



r^ÊÊf 



sor . tent de tous ce _ tés 

■ft 



N S h il 



7 w j jjmçj' F pp 



£jgE# 






Tu en ver- ras bien d'au . très à me.su. re que l'influen . ce du di.a. 
Tranquille 




E.4 C.7836 






Tt-Cut^oud- tu*. ;<jut^UJu ~le, cz*^<-*fj^+s 



1*4 i^e 






Ce.4-^ 



Ctrc*. r\ 






o^a- 



c**-u t 













P CXLL~fcZ+' 



l 



Z /c îp -{*■& 7** ^-C^(JZ^J 



ûU-\ 













& 



ût^VJ-LcJ 



1-exjt-L ^^x-^-. 



A. 






/£«-<-o H4J-&-. 



*-*A^/ <^^ 



«=c^-t-e-/4. ££*-*■ 



/ 



*?^ 



151 



IH uw jt j> ' 1 1 i , , i gr^mm^Tîé gËBp 



.mantse ré.pandra par_mi les jar . dins, 



On trouve sur la ter. re beaucoup plus de Bonheurs qu'on ne 
tr 




croit; 



PEU 



mais la plupart des hommes ne les de.cou.vre point 

Ralentir 



* • 



i f f ( i ff [ 




1 



In 



wm^ 



W 



T- 



\H 



Assez vif et légrer 



Tyltyl 



mm 



$$ 



H 1 . 



Assez vif et lésrer 



En vol . ci de pe 




w& 



u^n 



m 



g^ 



fe^n 



pp 



^m 



* 



p > i* mttt-p g p iP^t^ i r <, »^ 



^ 



.tits qui s'a - van - cent ... 



Cou . rons à leurren . con.tre .. cou.rons.. cou. 



I 



^-Pf-TÊff-Ej-l 



fei 



f ^rgfr 



^^ 




Mr I tLD wr l J OLnJgfr Ij eJXj 



E.A C.78â6 



152 






Tyl- 



,r ' ■ i 



rr-X 



ë 



i 



LA LUMIÈRE 



É=ï=|5 



5=g 



F F ' f M 



fr-fr-fl-jr 



P^f 



-6> 



C'est i . nu . ti . le-, ceux qui noua in_té _ re9 . sent pas .se _ ront 




* 



(Une bande de petits Ecr.heurs . gambadant et riant aux éclats, accourt du fond des verdures et danse une 



**=£ 



1 



* V » P 



=3 F=W 



Tyl. 



LaL. 



W 



&$ 



Qu'ils sont jo - Us, jo - lis, Jo . lis! 



I 



î 



par 1 . ci , 



m 



m 



m£h ^z:à_ y fù.^p 



J3ffi 



i 



J 



F 



? 



f 



ronde autour des enfants ) 



É 



? 



i 



Tyl. 



La L. 



£=* 



S 



D'où viennent - ils, qui sont - ils? 



"<r 



ï=^=R 



:* 



i 



» m 



m 



é=é 



. . 1 — . — . — 



Ce sont les Bon . heurs des en - fants.. 



è 



IhL 



4=k? 



j^-^ fii 






ai 



fifé i~J> rîVJ 



« 



ip 



ip 









i 



B.A C.7836 
















ycj*~*. Cô-l.^/^Jjl-, 



l Û~LCoLç_ 




^ ?t^. /^*^£^ A*» -iu^*^-*-- 






t-i^t»-/ - * *■-»- 













T^«-<- ' «--Cv *»T-o/ ^CC 




CZ. . 



ir,3 



É 



m 



• 



m m 



I ^ P 



Est - ce qu'on peut leur par . 1er? 



$ 



ipVPlpH 1* ^g I J' ^ ^ 



Y 

Ils chantent, Ils 



C'est i - nu . tl . Je... 



^a 



m 




3 J— j> 



. t^T| j^j 



^ 



i 



fgy 



^^n 



plé 



fcÉ 



ÉHÈ 



i 



É 



^ r c i f m = i ^ m 



fe^ 



fc*s 



feSP=f 



^ 



? 



i 



é=ï 



mais ils ne par . lent pas en . co . re . 



dansent, ils ri.ent 

r 



Ê 



i i>f ra 



i 



1-ê 



k 



£Ji* 



m 



m 



fc^t 



i 



-I— il 



f= 



¥ 



? 



F 



É 



*/ 



t \rJ- 



Tyltyl. 




pp 



i J *"t J ^* 



?=p3i 



35 



i=^ 



¥ 






I 



A*: 



* * ''h 't ^ ''p % 



ritl. 



* 



t^^ ? \> 



t 




f r- r 



Qu'ils ont de bel . les 




gï^f 



c» 



ï r ^r T 



C3=P 



K.à C.7836 



^EP^ 



^ 



154 



1 



■ 



ryi. 



f i l ' I 1 1 ' ht 1 VE I **F P * 



^^ini 



( 



jou.es, qu'ils ont de bel. les ro.besl 



Ils sont tous ri.ches. i . 



I 



W#" r 



S5 




^9 



»,/• 



3 



flS 



ï+ &J= ^£$-f* 



W 



S 



gB^gE£ 



Retenir 







ffc ^rX-i ' jil 



gF^ 3 ^ 



ï- 



S 



Reprendre 



^S 



IÈ3E 



Lai 



S 



tefcsi 



Où sont les pau . vres? 



- 



PP^I 



pau . vres 
Reprendre 



que de ri . ches. 



On ne peut 



L ■ ■ a BMnfi . 1 




^xl L^^ig^gtg^pj^; rs^p 



Tyl. 



LaL. 



F** 



I 



i rM 






PP 



Je vou . drais dan . ser a.vec 




K.& C. 7836 






J+L~/./*X+é <*<-* ^ 




1, /> - y 



- ~Z<a— 



Il 




• — «-■■■« « » - / _ 



U.'~JLU.' 






K- 



^JL^.T***^ 






fit 



Vu-t-*- — 



S* 




<fCt pd-t^-cj-o/ -eA*. /cr-fA-, 






7- 



" 



^ ^.^ 



165 



m 



i 

eux .. 



* 



^3 



Cest im.pos . si . ble, 




noua 



na.vons pas le temps... 




g zj=fc) = £g£ 



É=2 



3^^ 



£ 



Je vois qu'ils n'ont pas l'Oi.seau bleu 



Du 



ÉÉÉ 



jtï i rj-s m 



£ 



ir 
1 



^ rTi 




I 



dfcd. 



Éi 



F 




E.4 C.7836 



156 









$ 



l Une autre bande de Bonheurs se précipite vers les enfants en criant : les voila! les voilai) 

TYLTYL W ^ 

— VW — 



Modérément anime 



ï 



* n m ->»t i 



ê 



f Celui qui paraît être le chef de la petite troupe 

l'avance vers Tyltyl en lui tendant la main) ' LE BONHEUR 

• * 



Bon _ joui'l qui es - 



T f g p 6 



Modérément animé 



Bonjour, Tyl . tyl ! 







Tyl 



LeB. 



ÊÉI^ 



■ tu? 






".'/ 



g^ŒfO^iz iÉÉ 



Ê 






m m 



y v ïj ' * y mi 



W 



Tu ne me re.con.nais pas? 



Je pa _ ri 



e que tu ne re.con- 



-Jà 



§ëï 




ÉÉk 




», 




teE 




ër.!»» y 



ira 



W 



* 



Retenir . 

(assez embarrassa* 
"?_ ■ Il 






* T g I I — y H U K l î 




Tyl. 



Le B 



E.a C7%3C 



^w 






dzo 



z^ 



/ 



r^tJ 



\~- 



- 






JZc* -et+Ae^U 



j{^<- -fTn,tir Œ^un-, i-t^-u Ih-x-c 




t* forc^^ & 1 ù>-*-t~CeL* r 






os-ckjlu*4. 






eut- CAu-* 












c 






Ce>u 



"^ P ' 






<*-<a_ , u~<--t^4-<^re. 



f 
-Cz 






/x^ x Co *<^^»c*--«^-! tccL^/a^À^L -A<^y 









JuC ^t*W -•*- ^-^ 



tst^J 







/- 








153 



É 



Un peu moins animé 



j_ 



pas 



m 




Un peu moins animé 



Voua en.ten . dez? -il 



ne nous a 



Ja . mais 




''Tous V* autres bonheur» d" la bande éclat-r.t d- - 




t ^=T=*f$=ï J> jum. i,| . , . ;: | r | if |g , g f g ^ 




nous! Nous sommes toujours auprès de toi! Nous man.g-eons, nous bu . vons, nous res.pi 



1 



^f* * vi^gf-l ^ 




É 



a 



TYLTYL /«/ 



fc-kr 



t <"f p *pi r » f "V'i j j> * 



Oui, oui, Je sais, Je me rap _ pel - le... 



".* 



^^ 



' 



-r-y— p 



.ror.s.rcus vi.vons a.vec toi 




E.l G. 7836 



158 



Wv _. u**,'-'v.r. * >r 



&F^F=f=F?ï 



ro^ F pi r 5 c-j-p-^ i FP^-^ 



Tvl. 



LeB. 



m 



Mais Je voudrais sa .voir comment on vous ap . pel.le.. 



ï V V 



p-+t g ? f f-p^i 



Je suis le chef desBonheursdctamai. 



É 



k ' f r 



fe 



i 



^z. n 



-tt—j 



s 



s 






H 



Ê 






3^ 



î^E 



r 



£ 



;_ 






s 



^ 



i 



P 



? 



thru*w 



fii 



t 



"it\ . 






Tyu ife^ 



^ y V 



1 



Il y a 



M gTgPF i j'jijjiJ'JHr ip p n f * "i 



L>- B 



ifc 



. son et tous ceux -ci sont les au. très bon - heurs qui l'ha . bi . tent 



4 



^ i i 



hSm 



ÀJM 



g=â 






m 







0^ 



ftfc. 



^^ 



a 



« 



^^ 



g^ 



*^e 



Ï^t! 



: 



: 



(Tous 1«b Bonheurs éclatent de rire) 




donc des Bonheurs a la mai - son? 



* 



*r 



IT'} < TïTTF~iï J> Ji I 



Le B. 



a 



Mais, pe-tit malheu . reux, elle en est 
V 




E.4 C. 7«36 










[_C^/A 0-1+ Û-*^^4 *-^lt*~*** 



r. 






4nt .^ - l^rx^^Jt^^ <*~ £*- A 



£CA-4CUlS* 




-i-e. 



œ-tf ^ 



// / 



c-C 



■^ 



4* 



*. Ce i 



7-e c&T.i^^Tc^.Ji.A / 






■ * S à* *" ' r~»~ «-< ^îr t-c<_«-*~cvj 






^ Aï 




^ <&l CÏ-*-*-4-L~/l~ 




-K-**ny^ 




t=U+**^y (oy * *y 4. 










i^yè 






6^ IPnJL+rMjL -f'«^L^ ^4 ûL~«^r 




<i^>7 



Z 



/ 







<^-Ao^ 



-<r\j^, 



/ ^ju. 



^ 



I0 » 



ÉÉi 



pleine 



; ' i " ' h i fi 



< M'.. ^ 



a fai - re crouler les por- tes et les fe - ne » tresl. 




à L £* 3 



En élargissant 



1 "i rr'f i i r P FF 'i Mr iT'l^ r ' ' '^ 



Nous ri.ons, nous chan _ tons, nous cré.ons de la joie à refouler les murs, 






ESn durcissant 




I 



i 



SP^E3 



E^ 



pli 



_ Plus anime 



5 Ht 



r F 7 g F E W — ^ Y F P P F f^ 

tu ne vois rien , tu n'entends 



* 



•oa.le.ver lee toits 



Hais, nous a-vons bt-au fai-re 
Plus animé 



gv^r-r^q 



c 



J>i t F=É 



É 



P^£ 



-: 



^P*T"T'T 



O 



$ 



C«? ?_*. 



< 



I 



^i i i^ 



Ralentir _ 



flTd * * 7 jqj^rj' J' Jy p fWfp p p p F H'TpT ^ p p lia 



rien 



jés . pè.re qu'à la-vejiir tu se . ras un peu plus raison _ nable... EnaLten. 



Ralentir - 




E.4C. 7836 






160 



Modère 



LeB. 



£ 



• 



~r~r 



*rrTlH» 



m • 



v \ x, w 



M 



• # # 



H- NhTTHH^ 



2S 



* * • g 



dant tu vas serrer la main aux plus no _ ta _ blés... Ujie fois rentré chez toi, tu les reconnaîtras ain . 



Modère 




ta 



Large et solennel 



r p p p »[ ii r~P" c p i n nr ♦g g ^ i r ? ff i f ffê y 



LeB. 



_si plus fa_ci-le - ment 



Moi d'à . bord, tonsen.vi - teur 
Larg-e et solennel 



le Bon-heur de sebienpor. 




m 






Retenir 

S 



O i> 



wm 



3=E3 



»,p p p i p p.7 H? Pp JJ^ i J v J> lin 



Le B. 



ter. 



Je ne suis pas le plus jo . 11, mais le plus se. ri - eux. Vol 

Retenir - 



L<- B. 




. ci le Bonheur de L'air pur 
Calme 

8- 



qui est à peu près transpa .rent, 



Yoi 



\% 




w 



r=F^ 



ÈfXF f F l F^J B 




PP 



m 



=M 



EPS 



Pip 



E .4 C. 7886 






V* 



h^i/^ ,.<^*-UL^ a<^V. "^u* 



c L^-i^. 



**JôCkl /cùùtsL~ 



*L- - L 



L^c 



u-CA£^3 



éL 







<-<. 






n 







7**-<. 



val*- 



A* 






jULA+éJL 









161 



-c, fe Boxeur d^^apa.^ , uie6t v ,. tu de ~j 0Ura LT^TZTZ^ 3 ^ 



m4^4 



toujours un peu tris.te par. ce qu'on ne le re. 




Toujours calme 




-l^ar-de Ja.maiB. Yoi_ci le Bon 

It4-t«'n ir 



heur de la fo . rêt 



qui 



Toujours calme T 

4L 







prrTJT^-. M i u F p , ' :^ r-rj T"^ v 



est, na-tu.rel.lement, habil . lé de vert 



YoLrien . co . re.. 



le bon Bon- 




t&*& 



tf» J. j.mgf^ 



f p f, 



^rrr^=^^^ ^ 



s^ 



ty V V ^ t > >' F I -/ 



. heur des heures de soleil 



qui est couleur de di. amant .. 



Et celui du printemps qui 




K. * C.7836 



ll>2 



Ê 




$h*=^ 



TYLTYL 



-r'Tiriffî? 



v v y k 



jjp^ 



Etvous è. tes aus.si beaux tousle6 jours? 



iëèè 



'MJir ~h- 



^ 



^P 



WE$- 



est démeraudefol.le .. 



Mais oui, c'est tous les jours Di- 



( 







)&*=» 



^ r=rf = F= ^H 



S 



f^ 



r ^A rfe 



p Bir :>y^vm 



^ 



man - che,dans tou - teB les mai _ sons, quand on ou 



vre les yeux... Et 





Un peu moins lent 







£* 



? ^ yrHT T à ^^j^^ 



.»B. 



r — n* 




puis, quand vient le soir, 

Un po u moins l ent 



voi.ci '.cBon.heur des couchers de soleil 



qui est plus 



y 



Slftt ' 






'll-fi 



^^ 



fi 



I 



*A 



/>/> 



9 




S 



ff h» FJF m ffjg., » 



^s 



w 



/>/> 





* 



1i."_l" 



H • ' 



±^ 



^ 7TTX^r^ r 



P 






;au que tous les Rois du mon.de:. et que suit le Bon . heur de voir se le-ver les ê _ toi _ les, do _ 



,cB. 



beau que tous les Rois du mon.de;. et que suit le Bon . heur de voir se le-ver les ê _ toi _ les, 

8- 

■■:■ 




E. A C.783A 



at 



t^s^e-ttr- sût 



/Vt^, 



te 



{*-&.4-~ 



ù2 J -e/c-^Cfi-f 









U***-'- 



3 Q-yi^su^A— <rcc C&- f^-<s-A-+-iL 







J^- U-LjCUt- 



c^J/ &c tA-ot^e. -<£«sX? -**^ *-"-" 




P 




££ £^J!é^U A*. n.^J^> sJLu*^ ^/ cU^ Ca^-U* ~ / 



-e^-*- 



^e^^w- 




^o-^fL ■C+a— A-«t^«-^ 










j^ÉÉl^^^Éi^ 



Assez anime > iLvU ^U « » 



ie:i 



. re comme un Dieu d'autrefois. Puis,quand il fait mau . irais 

C Assez anime 




L 



5=î=3= ; 




fe 



p p-p — ^^ 



pluie 



*P^H 



o 5f 




cou .vert 



qui est cou.ven de per.les. 



Et puis, voi.ci en 



g 



S 



-5 




E£ 



> 
Retenir . 








co.re... Mais vrai, mont, Us s'ont trop! Nous n'en fi.nirions pas, et Je dois prévenir d'à . 

T" Retenir 



'feu 



o 



es 






* 



3£fc 



^^ 



8 



:#- 



^t 



£S 



Modère 



- 



# r* 



S 



^ 



-bord les gran. des Joies qui sont là-haut,. 
Modéré 



au fond,pres des por.tes du Ciel... 




E. 4 C.7836 



164 



LeB. 



**ÏTl ? : 



# m m *-$+- 



^ ^ ' *g g g P P F 



fch 



F V f vv 



iè 



m 



et ne savent pas en . co.re que vous ê . tes ar.ri . véa . . . 



Je vais leur dé-pé . 




.cher le Bonheur 

Vif et léger 



de cou.rlr les pieds dans la ro . se . e, qui est le plus a 



L« B 




Lr L. 



bleu... IL se oeut oue le chef des Bon .heurs de ta maLson n'i.fimo.re nas où il 



Il se peut que le chef des Bon .heurs de ta maLson n'i.grno.re pas où il se 

1 



J t tii f i % 1 1 i i i!ij 





E. A C 7*36 





















<7/>~~*~ 



~LC-<^> 



th.-? &<ve S-*, i^cj? <^£ 



/ 



3 



.n°^ 



o o ^ + 



/* 




/ r 

t 









X. 



3° 



/ 

2 -t£—s~— l 



Cjo. k^Â^C - b-e>n^£-*^<-* f v^«*« -^-/ t-& <-^*_ e-^/a 



*c<Ji£ nt^S- 



«L 




_*-«-<_ ■^dut^-' "L erf-*3»uut^ék. a £LjU- t Âjl 









/ 




•H^++^ -/'trUe*^ ~z£ûi-u^_ 






0*6-* 



i^sua. . 




/ 



ûLt_ Ujjuf is-iJ**-*^ 



fc^ékfX \<e~/ 'fc Z^ml'<^ U*-^^ 






->H^J. f*- 



-^4JLf- -"l ■ 



* é - * 



X 










/-*-T-*~ <■ 



105 



TYLTYL 



m — =^ 
/ / I ' 

Ou est - il? 



^ 



LE BONHEDR "& 



> P P P I T f P F F ? ' 



Il ne sait pas où se trou.ve lbi.seau 



4* ff— *-= 



trou _ . ve . 






in^rfl 



Jfo J^ JS^Èfc 



S^3 



a i ^' -J i * i ' ' 



1* 



^ 



p 
... 



o 



3t 



. 



I Tous 1«« Bonheur» dr la mal? I d.> rire > 



Ralentir pou H p«'u 




r— î 



,u£JJ'J J J i J i^ 



11 n'y a pas de quoi ri - re 



■ A ■ -, 




' JU1 J M 



Yoy-ons, nete fâchepas, et puis, soyons 



l 



ns sé_ri . eux J , d 



B : 










E.A C7836 



Lent et grave 



Tyl. 



LeB 



11 









= 



*+=£ 



wm 



Qu'el.les 60nt 



7~x-5 x*f^ 



m a 'm 






Lent et grave 



Mais voici lesgrandes JoLesqui s'avancent vers nous . 



Tyl. 




ê 



bel . lesl.. Pour, quoi ne rient-eUes pas? 



Ne soni-el-les pas heureuses? 
LA LUMIÈRE 



fc— ^ 



^ 



1 l ,JJ'J' J? 



Ce n'est pas quand on 



-^ 






h 



Si à 






^=t 



^=E 



^ 



m 



? 



7 



"if 



! 



h 



• Kir-r -i^ i 



"^^s^ 



:V,J 



±± 



* 



P 



f 



: 



Tyl 



É 



j ^ r j J 



t 



t 



Qui sont-ei - lea? 
LE BONHEUR 



I 



' I J^F?=?g^^3^ 3 



p=£ 



* rit qu'on est le plus heu . rcu ■ 



vMm# 



Yoi.ci d'à . bord: devant les au. très, 




E.» C. 7836 




a**- HnLoL Jjg^cûJLi_ 



I 



UL- 



CUL ÔûTyr^VLC^^lt 




t-£_ 



~X&~ rci^e. clc (f&tJL ULfU-J- -£ét 




7P 



a 



s. 



,. ««"*<m /5i" ^"K-* 3 ^ ^d4^*<U 0.i.r~~-cB. /ico-/ C^ A<^_ 



•~ -* -~ ~., *d ' 



"*■ " jf<-0-c-+S- 






7. 



r~'-'->^<ï. £jJLl^+Ju. 



^Cê. ~-, 



/ 




t. 



Jeu 



fi 

o4 



cLf. 

21 



(L*.oL m 









ft" 



H. 



&.. 



1«7 



^ ^ffïPF^pFn , i, /.'.lu jj 



^^J-^ 



lagrande joi.e de . tre Jus.te, qui sourit chaque fois qu'une injus.tice est ré_pa_ré.e... derrièreeUe 

kL 

a. 



r^^t ^ 



^ rf-fz ff • 



J = 




=^J>!.* 



f-P' 



"»" r— ? ' ^ 



- V3£ 




r— ? > * 






fe v* S : • p ♦ t ^^^àxi^ -S-s-rt^ -^^zz^^ 



# 



a Joi.e de.tre borune.qui est la plusheu . n u.su... mais aus-Si la plus tris. to. 



♦. • 



p p 



\> 



! I 



: 



V 



• 



-> ; . : ; 



J^ife^ • 



* 



m 



rf#^ 



-ry ï 



1 r-p ~ 



^■ ^Vn: 



^ 



l'n p«*u moins lent 



| ■ Ep : ■ i ; i ^Tim ■ , \ - ^^ffff^ ■ . i ^ T $ 



dru; •. '-st la Joi.e du travailac.com. pli.. 

l'n pt»u moins l«-nt 



a cô . te de la Joi.e de pen _ ser. En 




==kT**T-V 



Cédez 



4> 



■A. 9—Z* 



Ê 



- n 7 f > f r^F « ^T^rj > ' for J%^^ p 

frè. 

a 



.sui.te.c'est la Joi.e d<- com .prendre qui cherche toujours son fre. re, leBon.heur de ne rien corn. 

Cédez . 



-., kM^JiLÈéM^M 



..i 



- 



^ 



r-.i 



^ 



§^ 



ft b-^-t » 



i 



- 



^ 



r 



E.A C. 7836 



168 



RpprPndre 



*v<rt 



LeB. 







^ 



u 



Vdcj^ I W »a*U 



prendre 



i 



^iJ'J'i'iBr j> ji,j> | t M p n tu m t p p pT~rr^ r 

co L rejparmi les plus grandes , la Joi _ e de voir ce qui est beau, qui a 



Yoixi en 



Reprendre 



L 



^g 



H 



i 



o 



HE 



■S. 



^= 



larg-ir un peu __ - L-n peu plus anime 



!•: 



É 



T yltyl i 



è=h 



m- • m 



^ i (^« , fpT~Tinn?yj 



Le- B. 



m 



Et là, au loin, dans ces nu_a_ges 



ïm^--t=ff¥ç t mi m p i r ta ^ 



. joute chaque jour quelques ray - ons à la lu_miàxe qui règne i . ci 

Elarjfirun peu _ 



Un peu plus animé 



>1 4— «H R iT3 




PW 



Tyl. 



LcB. 



|jl-J~Tii^irJ ^Y- g ggpg gp p 1 '^ PPgTJT? | r — *- 



m 



i 



d'or, ceLle que j'ai peine à voir en medressant tant que je peux sur lapointe des pieds? 



mf 



r~fp p p-Hl i 



ng" . 4?" 3 f fr * l 'T^ 



Cest la grande Joie d'ai. 






[ I! 




, mer. 



Mais tu au. ras beau 
Elargir . 



fai . re, tu es bien trop pe . titpourlavoirtoutehtlèjre. 




£.;. c.7fc»:i6 



o 



**^ x ' /rruz. Aj^ 



is-o-w Gz 






vJl#L^*-A*i <Xt* Ji-<~*-Jï JL^t~c 






^>v*t-e<-*^ 



l^H-UL, 



&2£ ! a &~4^Jk> 



OtfL 








I vm^v- ; /rvt* 








p 



J 






tApL. Ite^f-t-i^" 



yj>HU*s 






CL 



*-*- CX itlUCU'L ? 



>**i*W .^,^V" ^ 




~? £-£ ' 



r+Vjd»^ 




n 









>ti-**€. 












169 



É 



. Sans lenteur 
P 3 






^ p pptyjnrrxniTJOi 



m 



i 



Que nous veulent les autres? Pourquoi s'écartent - el.les? 



Suivez 



r^ 



C est devant u.nejoie nou. 




Modéré 



$ 



m 



* — *-^ 



Qui 



j-T^|J> j>»p p i^W^TTfT^ 1 Ji J ' J^^cti zx:--^ 



tre la plus pu . re que nous ayons 1 _cl.... 

h 







. 



^«iNX 



Subitement animé 





*>-! 



est-ce? 



H>> >>^. 



prftTf^^-^.^ 



Tu ne la reconnais pas en . co.re?.. Mais regar.de donc mieux, el.le ta vu,. er.eac. 

Subitement animé 



$ 



r 



98£ië 



r=r 



Hèès 



"2/i 



^H^ 






^ 



Hw 



r^— j 



T^=* 



E.4 C.7836 



170 



LeB- 



m 



m 



& 






r 



p pi^ l ? p p PP^^f 



.court 



en te tendant les brasl C'est laJoie de ta mè _ re, c'est la Joi. e sans é _ 



LeB 



LA. M 



L'A. M 
















&<*Ct^& «-cl^ 



7l<*pvù, 



*• jt-« 









'. f c 



' / 



C^c^r. 












'C&f 



^Zh£ 












•4^-t, c-e-tJL _ 



171 




r— ? ' 



r F m J . — ^-p — h-p -|t-f p i ff P » 



^di^ 



me de tou_tes les 




$ 



h=M 



&*" 



^ 



3E 



p? ir p p 



peut, tant qu'on peut! 



Tous les deux dans mes bras , 



feËMËIJ 



i 



h4 



I 




i 



i fi^F^Jïgî^Fùr 



ËJ pâ p 



F. A C.7836 



172 



Lent 




plus de bon . heurl 



L^f ff ^Lf^ ffîf^frfn^rf^ 



Lent 



-O 




p^=^m^j--j, p g p P" p i r T n'T p~p 



^ 



LA. M. 



m 



ï=zi 



. tyl... tu ne ris pas?. 



TU toi non plus, My.tyl?.. Vous ne con.nais.sez 



M 



S 



O 



£11 



» 



/^ 



S 



5* 






TYLTYL p , - - -• • 



L A. M. 



j^sfr- 7^-H h- 



Mais si, Je re.con . nais... mais je ne aa.vaifl 



JÉ3S 



S^E^E 



OTTm> 



E - 



3 



plus L'amour 



de vo. tre me _ re? 



413 >4 

5^ 



<fi • . ja 




i _; 






r 



E 5 



;■ «'* 



^i>- 



L'A. M. 



pas... Tu ressembles a ma . man — mais tu es bien plus belle !.. 



1 



H 



±=3tfe 



È^ 



w — rm 



^^ É. 



SSS» 






gj.. J3 



E.videmment, moi je ne grandis 



-:.«4=: 



-g 



'7 f h 



^ 



ES^ 



gÉÊÉ 




^ 



P£ 



^ 






T^— 



i 



5E£ 



Ê 



t>~t 



Éê^e^ 



S 



E.jc C. 7836 






!^/T^.*/» *J- Cc>-UtJuJk*>-CL 






y 












T 



Tl 



$£3 



J 







s. 



^ -*" i - < 



r 



J4.-J-M- 






L n peu muine lent jt*+* ■ ^^ 



plus... Et chaque jour qui pas . s»,... m'âp . por 

Un peu moins lent 

AL 




ffirTJ>*-J>p ^ 



# 



Retenir TYLTYL ( émerveillé ) 

P 



» •i=TS$%$Wfc f^=* = p5 



Et cet.te beLle ro.be, enqucidonc qu'elle est 

de 



m 



nes.se... et du bon. beur . 
. Retenir 




^^ 



i^JS.WJ'J Yf^~^ r ^~^ r fTJJ î 



£ 



fai.te? Est-ce que c'est de l'ar . jent, de la soie ou des per.les? 



* 



-pj^-iiiij 



Non, ce sont des bai 




Un peu plus mouvementé 



^__ i, ^ a ^ roc bas. chaaue baiser cruon don. . ne y ajoute unrayonde 



.sers, des regarda, desca. res . ses... chaquebaiserquon don 

In peu plus mouvementé 




E.&C.783« 



174 






FMus animé 



L'A. M. 




* 



TYLTYL 



r> — I 



TYL "tf À . k I k k k 



C'est drô.le, Je n'aurais jamais cru que tu e' -tais si 



lu ne ou de soleill 



F*lus animé 




* 



p » 



^^ 



ri _ cnel 



i 



".</' 



S 



L A. M. 



p " F p p ' r r 



fe^^JJ 



Toutes les aie 



res sont ri . ches quandel-les ai.ment leurs en 



BC 



M 



a^ 



a 



g: 



?=£ 






PP 






3E3E 






»</* 



3tt 



^ 



m 



ppp 



L'A. M 



Franchement anime 

E # ^~PTP~E E 




S 



r pT17 



M^M— fr 



LA. M. 



^S 



r 



P 



Leur a . mour est tou . jours la plus bel . le des joi . es.. 




E.* C.783B 



-e*^. 



OUO 



,7 &^f+-*^B 



-j' £Lt4*~*> L*-*r yt- <*<CX^4-4sl*A-^— 



^J- 



1 
a 4L. ccc-^c 



176 



M 



Et 



quand el . les sem_ blent tris 



v~^~~m 



wm 




c^fibfc 



# z =F : =F = f^1^ = T = P1^ ; ^ ^^^^ 



fit d'un bai . ser quel, les 



re _ çoi . vent ou 



quel _ les 





r-nrr^t^r+jTiEz+m 



don. nentpourquc tou . tes leurs lar. mes de . vien.nentdes é _ toi. les jusqu'au 




i i j y = j 



É 



TYLTYL(la regardant avec etonnement ) 



jgfi; 



P I f f-=& m 



i 



Mais oui, mais oui, 



c'est 



T=m 



r—y—t 



fond de leurs yeux. 




E. a C.78Jo 



17 6 



Tyl. 



^ 



3 



m 



^p=p pfP 



vrai 



Tes yeux, ils sont remplis d'é 




m 



«f—K-E 



ii ? p 7 



htmi 



î 



r- B * t 




£ 



Même mouv* 




E.AC. 7B36 






-*& /< 



à^^JL //^_ 












h~,£ ^'^ 1&£ 



a./*.//, %/y- ^yP~< 






177 




0^' P» ^OT^t F^W^ 



m 



Ondiraitqu'ony voitcou_ler delà lu_mière, 




$m 



$ j j^mij >* * 



PCF F P n P Ë 



."* ' 



KLle ne travail - le plus comme 



cel . le de la mai. son. l'Amour Maternel 

P 




E.A C.783« 



178 



L'A. M. 



^ &j^ :: --^^^^^YJJJttTT 



n'a . vais donc pas vu qu'el.le devient tou.te blanche et s'emplit de lu.miè - re. 



ffe 



i 



2c 



m 



hjJ^ULf 



r r r 



^fplP^ 



£=è 



^§ 



i 



«A 



50tt 



TYLTYL P 



T Y L TYLi' k w fc, k * , <^ L 



^^ 



: S 



s 



9 



LA. M. 



P^f 



C'est e. tonnant . Ma . man , c'est bien ta voix aus 



Wï^f 



\r n i -*— 7- 



?. : 



-*$ 



¥ 



dès qu'el-le te ca . res - se?.. 




S» 



!£;>* 



SAS 



fflf 



L_s£ 4d=m=F f 



<|V- » *j J W l J> J>J 



Tyl. 



L'A. M. 



■ *., ds 



Si; 



i 



mais tu parles bien mieux que chez nous. 



^ 



* *] * * 



i » ? JiJ, J^i l pp >"D PPP f 



Chez nous on a trop à fai.re... et l'on n'a pas le 



i*^liîJiî" 



0-0 



I 



:» m r n - f f • p r ? 



^^ 



r. 



A*: 



^ 



^^g £ 



^EÈ 



ï ï i »-■ 



Pp 



i i * - ■ 



t > - • 



i 



p'p J. /}~TJ7J)i - 1ë 



LA. M. 



: r=^ 



n T T « 



i 



P 



fc 



temps. 



Mais cequ'onne dit pas, on l'en.tend tout de mê . me... 



m£Dâ 



*k* 



l i Jl 



5^3, 



K 



te 



sp 



PE È 



ï 



o 



S* C. ^886 



ei^i Ça^- -t^^**- <^- 



LfitpCjyJL &A>-!.4^M *>Cc-IB C^V^ -<-*-**. \J—K Ut-* 




&*-o-u£ 



iL 






"CyiUsZ ^t*- /d+~c*~*~ « i+*+* ■£*- 0> 



/ 



'/* 



fU 






' 






'«-^ 







Nettement animé 



179 



c 



Mais, comment as- tu fait 
IVettement animé 



-h 



fa 



^^m 



P^pp; 



i 






pourar.ri.ver i . ci et trouver u _ ne rou-te que les hommes ont cher. 



J. 



Iy*r*\ 




Retenir 

TYLTYL ( montrant la L 



Modero 



umière) ntf 



*â 



C'est el . le qui m'a conduit.... La Lu - 



r n r i r r - fF f f i '," p ^ 



che e de. puis qu'ils ha.bi.tent la ter . re?. 

Retenir 



TWfT"- 




Modéré 



Qui est-ce? 




ÉM 



' 



3^ 






Elargir 



1 



mie . re. 







Je nel'aijamaid vu 



. e.. On m'avait dit qu'elle vous aimait bien et qu'elle était très 
Elargir 





Reprendre le Mouv! anime 



rrfTTFm \ ^ .MJCTg^ 



^m 



4> m é jt 



bon 



ne. Mais pourquoi se cache - t-el.le? 

Reprendre le Mouv 1 anime 



El. le ne mon. tre jamais sonvi 




CScrcarr 



E.k C. 7U3B 



180 



L'A. M. 





Pife^^y,^- M'J^± 



TYLT.YL 



re « T « 



^fe 



Maissi, mais si... Mai& ellea peur que les Bonheurs aient peur s'ils y voyaient trop clair. 



:V 



_ sage? 



>3 






T=^ 



ïe£ 



iÉï 



1 



^ 



T 



fi 



:S 



3E=E 




? 



* 



".</ 



^H^U-h 



(appelant les autres grandes Joies ) 



L'A. M. 



p> F p p P "PTT- p p p P 'irrTT7~MBTFTTv^ g 



Mais, el- le ne sait donc pas que nous n'attendions qu'el _ lel.. Ye. nez, mes sœurs! Accourez 




I 






f=f= 



'pr ni 



« 



P~T " ^ p " 



L'A. M. 



£ 



tou . tes , 



c'est la 



Lu 



mie 



re qui vient en 



I 



^ g =^ 



s 



H 



^i=A« 







i> 



f^F 



- ■■-{. 






L'A. M. 



«S 

i 

S3 



I 



/. 



ê^ 



f 



fin nous vi .si _ terl 



./• 



J 



J^ 




LaLumiere, laLu.miere, la Lumière, la Lu.mierel 



i 



i. 



/ 



3 



ààè 



fv 



I 



EL 




^* 



LaLumiere, la Lu.mierel 



•?} 



¥ 



r -rC-i"r v 



m 



r 



£T 



E.A C. 7836 









• y / / , 

/ 



■ e\. tyc&V ~< c&t 













,1 4+ /U£}£4»~j ^-4— C ^^<^ -JL jL* <& / J ^ 






CÙ 



Kit* 










ê 






Modère, mais HanM lenteur 

LA JOIE du comprendre o/*- ' 



Vous êtes la Lumière etnousnesavinno nui 
m , _. . . savions pas !.. Et voici des an. nées que nous vous attendons! 

Modère, mu.Lt sans lenteur 




1 ' rr — ' ' ' r r r 1 ^ p p p r P Wri 




[ffiWri 



Cédez un peu 



Reprendre 



m 



. che.e .... 

LA JOIE d'être Juste 






■ 



"^ 




ÉÉ 



Me reconnaissez-vous ?C'est la Joie d'ê.trejus.te qui vous a tant pri . é_ e ... 

LA JOIE devoir ce qui est beau 










"!£ m m 



^PP 5 PJg 



^S 



Cédez un peu 



Me reconnaissez-vous? C'est la 
Re prendre 




t. & C. 7«36 



182 



la 

J. de c. 



la 
J. do v. 



*Â 



3^ 



ftfrjjï j^ Wj^j»7Ahj ^ 



Yoçiéz, ma sœur, ne vous faîtes plus at_ tendre, noussoxnmes assez 



f^-4^-^r^^^^^ 



Joi.e des beautés qui vous a tant ai . mé.e.., 



la 
J. de c. 




| Vr^^^Mnr^ - p , ^- ^ ^ , p p p-^-^ 



for. tes, nous sommes as.se z pu.res... 



Ecartez donc ces voi. les qui nous ca _ chent en 



la 
J. de c. 




. co.re les dernières vé. ri 



tes 



et les derniers bon . heurs.... Yoy.ez, toutes mes 






m 



w=^ 



-^fn 



i-B 



tes 



-s: 



m 



CE 



^ 



fh 



Ër* 



^ 



I ¥F=E 



^ 



/' 






^ 



=r= 



P^^ 



£T 



r/î 



JL JE 
F "F 



^7 



r 



a 



■«3 3 



€E 



jfe 



LA LUMIERE 



^3 



2* 



4 



la 
J. de c . 



«À 



fftS 'j } jVj^jë J^ ;, |^J , jjj, JiJ^f h J ■ Ah J> JïJ, ^ 



Mes 



^ 



soeursb'agenouillent à vos pieds... Vous ê_tes notre reine et notre récom.pen . se, 



ê tx -gp=*p& 




E* C. 7836 



€?*-*->. 



--/ ' /f ■ /j 



/ ^^c^ 



/ 



^«C ,«£--» /** A-r- /T> 



- 1 J, JLJU+ */ & /~ ^ ~X*y ^~/W~^/. 



P, 



o^ 



%£HA.* 



I 






7 



lr&u~Jé 



e^ 



sforu*^-*-* — 






^ ^f'tA+4-^U. SALI -Cr 




«_^*>6 -^O 



188 



L 






6a.'ur a,j'o.b e .is ^ àicon maître.. Lhearer, estpaa ire . nu.e,.. eUesonn&japeut-a.tre.. ._.-.-»■. 

te 




Ralentir 



^^ * tïà^lf 



Tranquille (comme au début du tableau) 




- drai sans crainte ni 6ans om.bres... 
Raient ir 



dieu 



r^H ïfj^^m 



re_ levez - vous,. 



-J 



Tranquille (comme au début du tableau) 








e.mb ras sons-no us en . co . re comme des soeurs retrouvé . es,. 



en attendant le 




jour qui paraîtra bien . tôt 

L AMOUR MATERIEL P \ 



Je serai toujours 



> OJ'JU'J [ j, j,j,j, j, ;,;,]' 



1 



Vous avez e . te 



bonne _pour mes pauvres pe . tits. 

I 




E. A C. 7836 



13* 



la L. 




Cédez un peu 



Reprendre 



£ 



3^È 



^ 



bonne autour de ceux qui s'ai - ment.,.. LA JOIE de comprendre ( s'approchant de la Lumière) 




£ 



*=*=% 



■ m 



? 



p >* y p 



£fr r r Tr r r h p LI ^ 



Que le der.nier bai.oersoitpo.se 
Céd ez un peu ^_^ Reprendre 



S 



sur ^noii 



m 



k 



m m 



£ 




-r- — - 



jj-y^jj^j i "J 1 



t 



Tyltyl P 



( regardant les autres Joies) 






ÏEÏ 



[rrT^pf^p^u "P-^y- P P P P i r a 






^ 



(elles s'embrassent Pour.quoi pleurez-VOUS ? 
longuement ) 



la 
J. de c. 



Tiens! vous pleurez aus_ si... Mais pour. 

j 



Tyl. 




i 



Ralentir jusqu'à, la fin RIDEAU 









* 



£^ 3 



P 



^^ 



la L. 



- len _ ce, mon en . fant 
Ralentir jusqu'à la Tin 




E.4 C. 7836 



•//v 



-£. cla^yt^r 




■>. -t» <-* <s« 



« y ^t^t-c^i.*-^ 






^L 



i/ 







*ù^> 



■0-tt. ■***-■£*■, 









_ /- ^ *^„ *4«» 



cx^,-^ *5 




a <-^ . 



; 



V*.<^/Uï ^* 6-;^^ L+x^'U*^ £t*~<- ^W^ J^Â 



t^^t-g*-, /t^C-O-l*. 







4PCC*- 



■teu^c A 






^7 7~ 



U^r>^ ^ £^-*- 










*A+>, 






, Jl*uaa. Le-) n,i^c>Le^cc<^ / 

/ « y / ' 

/*£+/*- U~lJ*+£tix* L^Um. fox**-' ^ IvnU <A. ( « i^l/U, d^uj 



ûft^c 









ilJùhj 



fcX^L 



x~ 



<='"-<- Z^oLe^x^^ 



n t. d^o 



□ 



feu. 



e£t c*ç.iUv Uycoat^ ck. ~&a- JrioLoL, (Trx^i^. <xSL*-\ 



Acte 3 



185 



CINQUIEME TABLEAU 

« Le Cimetière » 



Lent et sombre 



RIDEAU ^ n faH nult - Clalr de lune. Un cimetière de cempagne) 



PIANO 





(Tjltyl et Mjtyl .ont dtbout près d un cippe) TYLTYL (peu rassuré) 



^ fej^r^i 



i 



pli 



Moi, je n'ai Jamais peur 

MVTYL f) 



se^fÉ^ ^ 



J'ai peur! 



C'est méchant,les morts,dis? 



jM IgJ 




tMv 



3F» P .p V»p "^^ — ^-pfpTFrtrp^^^JP 



Mais non, puisqu'ils ne vivent pas.... 



Oui. u-ne fois, dans le temps, lorsque j'étais très 



fcfc 



r^JJJJJB ^ 



*^rg- 



Tu en as déjà vu? 



Est 



SE 



/'/> 



isli 



I 



E£ 



:.27 



f- 



E. A C.7836 



186 



Tyl. 



Myt. 



# fr i i fi 



-u 



jeu . ne.. 



?F=J¥ 



_ h _fr Jï Ji jJË 

J é 4 • «£= 






C'est tout blanc, très tran.quille et très 



feE jrr fr- fr 



t** * 



Commente est fait, dis? 



fefc 



S 



=^= 



g^SPS 



*--A 



rTWRT 



* 



F 



f£&£ 



4 



n\ J MJJ\MJN^ — / ♦*"7QJ^JW 1 J | ft 



Tyl. 



Myt. 



froid,.. et ça ne par.le pas. 



Bien sûr... puisque la Lumière l'a promis.. 



É 



* 



S 



ES 



fefeNs 



pp 



^ 



£ 



Nous allons les voir, dis? 



Où c'est qu'ils 







Mtï >p r i^i'J^J'."^ ji ji j XiF^* 



^^ 



Tyl. 



Myt 



fefc 



I . ci, sous le ga.zon où sous ces grosses pierres. 

(montrant les dalles) 



Oui... 



S 



F Z =P : 



t=^f=P^ 



» JJJJiJ^^p 



sont, les morts? 



C'est les portes de leurs maisons? 



ito 



t= 



/>/> 



mm 



-à 



è 



t - 



r- 



K. & C.78JJ6 



187 



ryi. 



«yt. 



& 



i* 



£t 



■ iJ'J ' J'J' Ji JuJ 'l' FW3=?a 



'■'A »» > 1'-^ ^ 



Ils ne peuvent sortir qu'à la nuit... Par.ce qu'ils sont en eue- 



Est--e qu'ils sortent quand il fait beau? 



^P* 



£ 



Pourquoi? 




yi. 



yt. 



ptr*^ 




.mi _ se.. 



Quand il pleut, ils res.tent cher 



phi ,n .h -h J' „j> i .j ppF< 



Est-ce qu'ils sortent aus . si 



quand il pleut? 




pK ^ i 



M J J^ J'-Jn-^ ^ 



£ 



,-i. 



rt 



«F 
On dit que c'est fort étroit... 



eux... 



Ils 



ji^_, ^ j. ^ jg 



WJI J JU'n^^ 



C'est beau, chez eux. dis? 



Est-ce qu'ils ont des petits en.fants? 




K. * C. 7836 



188 



ry»- :&Sr£ 



^ ^ ^ u-h L £ 



£3 



^g^^? ?^^=J 



ont tous ceux qui meurent 



Ils mangent des racines. 



m 



j j,j>;,j l Ji_i_a 






Myt. 



fc 



Et de quoi vivent-ils? 



Est-ce que nous les ver. 




P 

sa 



^ 



^^ 



r 



r 



Animez progressivement 



ph > ^fcîsrJ^r-J' i r ' p ririrp-f-p^ 



Tyl. 



V t 



Bien sûr, puisqu'on voit tout quand le di.a.mant est tour. né... 



,•'.• . s 



vy w r 



+- ? nî ^~^~ê~p 



rons? 




Et qu'est-ce qu'ils di. 
Animez progressivement 



m 



•»r 



h 



^ 9 \ ,\ é -L 



V 



ffi ttEi'^JiJ Jl J Jl JlJl^ ^ 



ir 



^N£ 



3EE3: 



Ils ne diront rien ( puisqu'ils ne par.lent pas. 



Par. ce qu'ils 



È& 



"if 



Myt. 



Bs ë 



^g p g p P ^ 



.ront? 



Pourquoi qu'ils ne parlent pas? 



t** 



m. 



^ 



g 



? 



E.* C7836 



r ■ ûi 






189 



vft p g p^PTs 



0/^ 



Mouv'du début 




n'ont rien a dijre. 



tm 



'»/* 

Pg ^ 



SS 



il 



Pourquoi quils n'ont rien à di.re? 



Mouvidu début 



È 



(lo»g) 



? P 



< J '» 



Ê 



^ 




î=t=£ ?^^ I:' i- r r r i- 1' 1 i 



Tu Bais bien que la Lu-mière a dit d' attendre à mi 



fy ' , > J* -J^ Khhhh 



Quand tourneras-tu le di.a . mant? 



p£ 



s® 



«»■■ 



fc=£ 



7.- 



*t= 



__ 7 



^ 



$Arr Pppi^-inrrrE 



t-W-M 



nuit par.ce qu'a . lors on les de.ran.ge moins. 



Parce que c'est 




k= 



m 



3X=ft 



m .m. 



I ' ELE — p p p p p 



Pourquoi qu'on les dérange moins? 




E. & C 7836 



190 



fèrn> J' J > j j j^ j y 



> * 



Ji MJ> Jr^r^ 



P' 



Tyl 



Myt 



2=2 



l'heure où ils sortent prendre l'air... 



Yois-tu le ca.dran de 1' E_gli.se? 



p%^ 



7 JJ » | t Jï 7=* 



c M 



^=^ 



Il n'est pas minuit?. 



Je vois 



( ^p 



« 



n rp"^ 



Tyl. 



Myt. 



ÉÉH 



»;/' 



* * E P Jl^^Mf=£^ ^ 



=1 



Eh bien! mi.nuit va son . ner... 



^^f^-HMM? 



« m 



E 



> i p h 



me . me la pe.tite ai .guil-le... 



^j 



(on entend sonner les douze ooups de minuit) 



EE£ 



i. i i 



i* 



** 



SE 



< " If J 



».'/' 



m 



3=£ 






e 



F 



F 



za 






\ V ■' 



Ka^ 



Tyl. 



Myt. 



PP 3 



Un peu plus animé 



JLl 



Fm? 



là! Tout jus _te... en.tends - tu? 



Ce n'est pas le mo , 



m 



p p P P f I 



a 



Je veux m'en al. 1er!. 



I 



B£ 



i J i J 'i i i i ' i 



|ËI 



Un peu plus animé 



4 




Ft 



^ 



E.4 G. 7836 






IILÉ- 



_^£_ -fr-tx-t) 



7. .. - .^^LJLJL r 



IrpTst 




Clc^^ dutSU-e AJL Ta- f°T<d - 









T'i 



\.U~~M, 



*lua. {SU 4ÇL~/c . 






191 




^M 



r-T- — = 



ment... Je vais tourner le di.a . mant. 



> y £-M l 



sa 



Non, non! ne le fais pas!. 

75^ 



& 



wm 



Je veux m'en al. 



m&Fl^T-y jmt 



è^mà 




fHi^ — + 



3=3e 



•rfAfc 



m 



M^ 



m 



rnf 



'«/' 



i ?tJ^^ gÉ 



Il n'y a pas de dan. 



5 ■ 



ppp FPMpp » pppp p gj 



É 



-1er!.. J'ai si peur, pe.tit frè.rel J'ai ter- ri - ble_ ment peur! 




|%f 



^33, 



ÈË^ 



5=5=* 



Jp3TZZ^^ B^g^ 



t * ' * * 



ger. 



C'est bon, tu ne les verras pas, 



tu fermeras les 



j#T7~~^^^W^ 



Je ne veux pas voir les morts! 



wrfW 



3feS 



È 



§Sg 



7 > H ifi 



j= 



3= 



fftrr-t— I~tà 



^m 



*f 



-i r 'ttfO 



r 



3r 



E. & C. 7836 



192 



Plus animé 



&> 



Tyl. 



Myt. 



ÉÉ 



' (s' accrochant aux vêtements de Tyltyl) 
-!t- 



P^T^ 



fr=fc=fr 



Fr-r^FFjLï i ^ J' - 



m * * 



ï 



Tyl.tyl, Je ne veux pas! Non, ce n' est pas pos . si . blel... 



WlOF i 



Plusanlmé 



± 



^n^ — jf 



¥ 



-«LilM 1 I e 



agiK"^ 



eï 



3EE3E 



S 



^5 



3T 



F* 



* 



r^TfrpTT^î" "T^-f^^m 



Tyl. 



Myt. 



5a 



i^ 



Ne tremble pas ain _ si... Ils ne sortiront qu'un mo. 



d^F 



fi-yjnnr-JM 



f~ ? _ -:»: 



ÉEg 



lia vont sor.tir de ter.re! 




f#T# 



Tyl. 



Myt. 



ment.... 



£te 



3^^ j> Jm_-^ J* r^^Mq ? 



tp*=y 



Mais tu trem.bles aus . si, toil... Ils se . r^nt ef _ fray 



ggF *^^=É 



=»4 



*=^ 



3f 



sa 



r 3 



# 



E. & C. 7836 







^Cc*+, s^k*^*. 



— '- - Il / , 



iL- i' CUU^ ^^ C— , h If^i U cU\L^ À /~v~^ i JZa^^t. 






n< ~- Ja LmLiJ 



O LCi^ë i c 



t 



Q-Ti — ? 






198 



Retenir 



ÉÊm 



Éta^^^^œ 



Assez large 



II est temps l'heure pas.se... 



n 



£ 



1 



ants!.. 



w,, i^ j - ,^ n 



>A 




Assez large 




(Les tertres s'entrouvrent, les dalles se soulèvent) Retenir 

Animez MYTYL (se blottissant contre Tyltyl) 




Lent 




en plus touffue. de plus en p. us haute. surabondante et merveilleuse qui 

Assez anime 




a peu 



trar.s/crru- 



:iueiiere en une sort-? de Jardin 



♦ipi 



m 



".'/■ 



%m* 



w 



n* 



ï* 



A €7 



t* & 



M 



s*. 



* 



r 



$ <r ■ 



r 



a* 



/h 



3S 









P 



féerique et nuptial. ) 




â 



g£É 



SE 



3^* 



£ 



-^ g J^7 M-fl-fi 



i 



*ëà 



3__. 



^P4* 



= s 



•■■-fr 

F' 



^v- 



E. A C.78.-16 



T 



l^ÙLL 



■azJ 



t-vtryL&L 






&J L-coh 



éLC+j6 



-r-** 




<\_^ .</ ^c^^cy6 

















V* 




■ 



. 




^ 




^ 




À 







, r 




^ 
P 



a 



^ L I 







& L 



c 



y 



£ 



U* 

^ 







i/,p 



^ 






S 






/v 



. -H.' 



fr 






0%'W 



195 



Anime/, encore 

^ ±+ 



Vif 



■«r 



=*=■ 



2C 



Li 



ifttt * v f t 



IC 







t tf 



7-5- 



* bg » 



-L-» 



F 



=*=* 



ta^ 



=«= 



Elargir 



»J -U J 



S 



5^ 



ÉHÉtÉ 



I? 



<2_. 



> 



ÉÉeS* 



&ffi 




Un peu modéré 




Animez 



Assez vif 



Ê 



^ 



^ 



W 



îs 



' 



iii^L^ 



j 



-»-« 



?=* 



s£ 



2a 



Y 



p£ 



m 



i 



~Z\ v 

5£ 



w 9 



P 



Animez de plus 




* Ê 



P \ 



m 



3 K 



- p £?? 



■ 



Kri 



— -T ^^ 



* 

o. 



AL 



:fe 




,J i 



S 






i 



"* 



^ 



f 



*=* 



&; 



'5 



E.A C.7836 



196 



en plus 



f ^ 



- y^i5 



♦ » 



« & 




Z ff~£ Ijf f f * É l]É f 



i 



— Z- — j% 



à 



à 



à 



k 



# 



Large 

MYTYL (cherchant la trace des tombes) 



V^F^ ^è 



S 



i 



* v~> 



: - £ i# ■*■ 



mmi 



Où sont-ils, les morts? 
Large 



? j P =F=? 




■ ^ ft 1 



i'à'i' 

J.U 



m 



t '~î~^ ' ^ g 



TYLTYLlcherchar.t de même) 
.. d . Retenir _ 



Large 



RIDEAU 



£x$^nr=rff 







Il n'y a pas 
■Retenir 



de morts... 

- Large 



3EEJ 



i 




é 




* 



y 



m z 



g£^~r 



/O 






« »- 



-«-=- 



zr. 



"57" 

zh 



Elargir encore 




ftichnhiez 



E.A c.7H;iii 



/ 






i , . 



<=^e <£m^J*, , ,2/ 




d* 



<\-+^> 



u-, %£ ^^yC^,<-uA s &U<_ -^-9-%*~&^^~-4-Jt<^y ~ée 7 - 




^ 



t 



197 



Interlade 

«Avant de monter au Royaume de l'avenir Tyltyl et Mytyl se reposent et révent." 



Large 



Retenir 



PIANO 





O 



Large 



^HJJd J J|~^ 



J F?= 



5 



^F^ 



/ 



w 



- ^ 



53EEE 



^^^ 



S 



- c ^ 



Retenir 



Très calme 



4 



Êfsà 



i 



3b* 



=3é 



^ 



lH 



3ÏS 



m 






•~» 



i_£ 



"//' 



W^ 



m- 



^ 



^cy- 




BB 



|£ 







1 




Retenir 




m 



^ 



m 



^h 



^ 



^ 



o PP 



^^ 



SSÉ*. 



tHU»: 1 " ' fsr. 



£*È 



S 



£3=3 



*e» 



is 



4 



^ 



J» HJ\V - 



^^m 



E.& C7836 



198 



REVERIE 



Calme 






YtSJLyk. 



PIASO 




E.A C.7836 



199 



au Mouv.' 




Retenir 



f~f^-i 



au Mouv. 1 




-(s. - - au mouv. 1 *j ^-— A * 



T 





Plus animé_avec agitation 




Retenir 




E.* C.7836 



200 



Cal 




ft"y^ 




r^r^- 



^P^S 



* 



-»• Xi 



r 



^rr 



23 



/>/> 



F ^ J s^ ^ 



r-^ r ^^ 



m.' ,.m 



i ^f-f l ^'Pl^FF" 



rjmx 



Ralentir 



Plus animé_aveo 




il : * £* 




E. * C.7836 



201 





Retenir 







iJbrf Retenir rgWV 



^ 






il 









^^f^ 



fe? 



SE 



SHE 



SÇi 





^ 



^^-.feL^ 



9 ; fe 2 ,^v-^ 



i 



M gj**Tfg =l B 




*fcq 



3 F=f 



'H 4 r/« 



32= 



^ 



N 




I 






et 



aqg 






gM^ 



3 



K2i» 




^1 ^ 



E %^ 



g 

I 




j 



1 



s^ 



3L1— -4- 



F 



2£ 



'17 

T 



E. A C.7833 



202 





E.* C. 78!16 



UwÔjL 4*Jw»* ( o~/wA, 



SIXIEME TABLEAU 

"Le Royaume de l'Avenir" 

Les salles immenses du Palais d'Atnr, où attendent les enfants qui vont naître. 



203 



Tyltyl 



LA LUMIERE 



(Entrent Tyltyl, Mytyl et la Lumière) 

Très calme 



ft%*^ 



l'IASn 



^33 



^=F 



U ib ^ u 



Ou sommes-nous? 
V 



RIDEAU n 



^ 




J-rJ'IB «''i'jUlH Jl Jl>j,1 



F< ^ £fe 



(pi* 



w 



3E 



O 






Nous sommes dans le Royaume de l'a_ve_ 

Su 



•^r 



O^ 



~CT 



£^ 



aJk 



5EÉ 






m 



¥£tttTJJ?3rTFltt3 



ï^ jLJ' I j ;T?= gggggg 



/7 



^H^ 



nir 



aumi.lieu des en - fants qui ne sont pas en_co_re nés 




ffin^f 



F*Ak 



Bfc 




p c n ri I J ^ ■ JJJJ ,v^ 



C 



y- 



„ Puis.que le Di. amant nous permet devoir clair en cet-te région que les 







EEEÈ 



*_«• 



£ 



i 



s 



w 



^^» 



"O^ 



l. 






hommes n'aperçoivent pas 



Nous y trouverons probablement l'Oiseau bleu. 

LES ENFANTS BLEUS (accourant de plus en plus nombreux) 

-• -mf- 







E. A C.7836 



204 



Subitement animé 



La Lumière 



uH a 



sL 



^^S 



^ 



H-g g g '1* 



Re - gar.de les enfants qui ac. 



t 



teE* 



a 



-o-p 



*=^ 



telË 



3> 



^^^ 



bca Enf. 



V >tf E > 



^=0 



Π



vejiez voir 



. vants I 
Subitement anime 



des petits Yi . vants ! . 



G 




f bjW.S'f «if 



fri ^i Uf— tfo 



1 



p 



pW^ 



Tyltyl 



Reprendre peu u peu le Mouv} calme 



F VTT v « 



E 



H p Jl l » J ^ JI * * 



^^ 



y ' y y v =f 

Pour . quoi qu ils nous ap 



pel _ lent les «petits vl - vants ?»_ 



fe J >* 1 



* J> J > 1 



LaL. 



EL 



.cou_rent... 

Te- 



Reprendre peu à peu le Mouv* calme 



"te 



(M 



£^£ 



Par, ce 



« 



£Éfc3 



H 



^ 



^Pf 



i* 



j &■»■[»•=» 
> MP 1-f-^ 



S$E^ 



Tyl. 



LaL. 



Qu'estrce qu'ils font alors? 



A\ i.J) J >^^ te^ 



p p g»p I Jl > ■» J J» J ^ * 



qu'euxlls ne vivent pas enco.re... 



Ils at_tendent l'heu . re de leur naissan_ce . 




E A C.783U 



805 



m 



à* 



g j> XF7ixn 



L'hemre de leur naissance?, 




^ 



4 

-♦•• 



i J> Ji ÀI ' J> .l' J' J' l'J'l ^ ^il'jqjgg 



Ouijc'estd'i.ci que viennent tousles en . fants qui naissent sur notre 



^^ 



te^ 



S§3^ 




ééë 



J' m * > J> J JuJ J' 1 I f=C — ÏZf^^ m 



Cha_cun at -tend son Jour... 



Quand les Pères et les 

~3~ 




Me _ res dé _ si.rent des en . fants, on ou.vre les grandes por_ tes. 




Mf 



H 



ï 



Tyltyl Pl_ £ 



vT vv v v v p pmji^jijg si 



I 



Et ces grandes personnes bleues, qu'eBtceque 




rm ï 



>m^ M — m 



E 



et les pe _ tits des - cendent... 



S 



U g i t>, 
»ft fc ,7 



S 



f 



fl 



j^fi^^^ÛfS^gf: 



agïP 



5fc 



CTz 



iPp* 



E 



3B 



E -âC 7836 



206 



t 



k* 



Toujours calme 



5^5t 



1 



ft 



Tyi- 



S 



c'est?.. 



±* 



u^ jtVni > ViJJJJiill^ j j^ 



i=ËÉ 



7 J' ff 



P F P H : 



On ne sait pas au Jus _ te.. 

Touj ours calme 



On croit que ce sont des gar . 




. ^ JJ' * 3=i!tJaUy^fTTf j rÎF^ 



. diennes 

i 



on dit qu'eUes viendront sur terre a. près les hommes.. 



malsilnestpasper. 




Tyi 



La L. 




Plus anime 



•' ttji 



¥■ 



on peut leur par_ 1er? 



h S 



r PjTT* J 1 J JJ J .H .J J> i 



Plus anime 



Bien sur, il faut faLre connais . san _ ce.. 




E.*C .7 836 



207 







T^T\J-r=^ 



Tiens, envoi-là un plus cu_ri. eux que les au-tres... Approche - toi, par . le - lui... 
r-j) Retenir 




Alodere 

Tyltyl 



r m S i; ^^^ 



PP 



v 



Qu'est-ce qu'il faut lui di . re? 




$— L ??■ p f» f' l' p ? i -<-r — 



Cedei 



G 



* 



Est-ce qu'on peut lui donner la main? 



i 



L» ^'V J 1 H* j > ^JJJJJJ^ 11 ^ 




Reprendre 



eprenar 

5^ 



SPP 



^^ J 1 J 1 t 1 v ^ ^ ^ ^J^ S^g 



mal ... 
Bepr endre 



Je vais vous laisser seuls , 



vous serez plus à l'aise en.tre 




E.* C.7836 



LaL. 



1 



VOUS 



J'ai d'ailleurs à eau . ser a . vec la grande per _ son _ ne bleu 



Un peu plus animé 



Elargir . 




TYLTYL (s' approchant de L'Enfant Bleu 
£-«_i_ et lui tendant la main) «% 



( Touchant du doigt la 
robe bleue de L'Enfant) 



T^tJ^'^JWhB 




Bon-jour.. Qu'est-cequec'estque ça? 

L'EHFAMT (touchant du doigt le chapeau de Tyltyl ) P 



V Enf 



E. A G. 7836 



209 



Assez mouvementé 



P 



"/ 



1S £ 



irr.fr i ^ — fe fe 



HÈE* 



Quand on trem-ble comme ca : brrrîbrrr! 



M 



£^B 



i 



c'est fai _ re froid? 

Assez mouvementé 




i~^»"p iTï%^ ^& 



» » 



« 



is 



à 



=ft=a 



( 11 se brasse vigoureusement^ 



ï 



^ 



fcH *-fr+ ? 



* 



qu r on souffle dansses mains et qu'on fait aLler ses bras 



comme ce _ cil. 



O. 



^^S 



c 



Il fait 



8-r 




Calme 



Maison!, des fois, l'hi-ver, quand on n'a pas de 



«■ ^ÏÏTT-- 



m 



feu ... 



*jj> JJ* g| 



froidsurlater.re? 
Calme 



Poui\.quoi qu'on n'en a 




f— tiâ^' 



E.A C.7836 



210 



ryl. 



L'Enf. 



U 



» JUVp p g ( i p J| J, J? 



-fr-fc h h 



ï=§ 



Par_ce que ça cou_te cher et qu'il faut de l'ar . g*nt pour a_che.ter du bois... 



ï 



* A h 



f* 



Quoi que 



pas? 




É 



''.'/' 



a£ 



r-V^HHr^rr^d^- ,7> J J J> M - ■ 



Tyl 



L'Enf. 



• • $ * 



C'est a _vec quoi l'on pal _ e, 



Il y en a qui en 



lnHÉi 



c'est de l'ar.gent? 



(i 



É 



g 



r~r— r 



Ht 3 



p 



«ÏF 



».'/■ 



**^$* 



^^ 



» ■ 






J — w 



"HT 







XJn peu plus anime 



ont, d'au .très qui n'en ont pas... Parce qu'ils ne sont pas ri.ches... Est-cequetu 



Tyl. 



L Enf . 



Pourquoi? 



"Un peu plus animé 




E.A C 7836 






211 



4 I' M > J'u Ji yn — r 

ri.che?... Quel âge as - tu? 



Retenir 



-f. 



g§ 



> J' J' J'i'JHp < | I k. i5pj 



"Vi? iR 



Je vais naître bientôt . . 



Je naîtrai dans douze 



Retenir 




P 



Sans lenteur 



if. 



> F P Plîf j 



y*^ 



Ah! oui, c'est a_mu- 



s 



?^£ 



S=S=ff 



H r* ^ g 



E? 



ans . . . 



Est-ce que c'est bon, naî . tre? 



Sans lenteur 




ÉÉ 



»/ 



PPP 



■ ■ ■ ■ ■ ■*, 



S 



fea 



santl. 



.Je ne me rap . pel . le 



pu 



T P F F P g 



if. 



Com_ment que tu as fait? 




E.* C.7836 



212 



Tyl. 



L'Enf. 



1Ëm 



=£S 




plus ... 



' \> P Fp i 



^£ 



= ^= s= 



Il y a si long 1 . temps 1 



^ P-gMl 



On dit que c'est si 




Pressez 



Tyl. 



I-£nf. 




Assez animé 



Tyl. 



p-fVT — rrim**rïrjï r% m 



3 



JH a 



mail., 
Assez aju mé 



Il y a des oi . seaux, des gâteaux,desjou _ets... Quelques-uns leaont 



\ 



tu us fîi m i u m 

f i 3 J i 3 ï 



n 



m 



r 



^ 



J. i 



us 



i H, 



i i 



m 



=3) 



E 



Ï7" 



*7 



77 



Retenir r 



!l 



".'/' 



jryj nr.-rj--^^ ^^ 



Tranquille 



S 



^ 



Tyi- =*rfr-|=a 



4 



tous, mais ceux qui nen ont pas peuvent regarder les au 

Retenir . __ . Tranquille 



très 




K.» C .7836 



L'Enfant 



"ElTTF-p 



4v h * 1 ^ 



TTTY~TT 



213 



PP 



On-nous dît que tes Tnè.res attendent à la por . te_ 

i 



El_ les sont 




Calme et expr essif 
V 



'■ -> tt p ' ih TOT^ 



V 7 7 P P P T 



El-lessont meiLleu . res que tout ce qu'il y al.. 

Calme et expressif 



Les Bon. nés -Ma 



rn?3 ;_> , ' , fa rfi i r-7 



f>/>= * 




•* . mans aus . si ; 




^=-J^-T 



m 



mais el-les meu . rent trop vi .te. 

LENFANT, 




-f^Jf r , -rî^ïJJJj 



Elles meu .rent? Qu'est-ce que c'est, ça? 




E.A C.7836 



214 



îpiitf oJtAffyflr * ^'Hrr^uçl^nt^ 



Tyl. 



L'Enf. 



Elless'enYontunsoiretnereYiennent plus.... Est-ce qubn sait?.. Peutrêtre qu'ellessont tristes 



t 



l'it 



W - V-y -f 



^p 



Pourquoi? 



Qu'est-ce qu'ils onttes 



% 






* 






^^ 



? 



m 



T? 



nt- -li-EH 



f 



^9-î- 



f 5 






J'F*f » p - 



t < > m h- r »prpp p^^ 



Tyl. 



L'Enf. 



Mais non ; c'est pas des per _ les . 



#.j i .Jmi^tiH 



kw* 



^T Trp 



^F F^ 



yeux?... Est-ce quils font des per_les? 







ÉÀ 



% 



fy , g zr: 



Qu'est-ce que c'est a 




S 



ip£ 



r ,t 



hp 



i 



N^ 



Tyl. 



L'Enf. 



rflcrp g ip M i r ^-t^r^^ 



*^^ 



ê 



C'est tout ce bleu qui m'é-blou. it un peu.... 



is 



Quel? 



= 5=3F 



" F P g F ' T P 



Comment que ça s'ap . pel _ le? 



lors? 




S. A G. 7836 



215 



P 



i t^mVfJ » hi- r 



===^ 



j *T" p 'ji TJ^ 



C'est rien,. 



c'est un peu d'eau... 



^=^ 



.t 



ȧ 



Là, ce qui tom.be?.. 



i %À 



Est-ce 




m 



^^ 



Moi, Je n'ai pas pieu . ré;.. c'est la faute à ce bleu,.. Mais, 



fc=fc 



ÎËÉ 



mnt 



si j 'avais pieu- 



wm 



. rer? 



É 



K 



3_ 3 



S 






î y * t| J ||j. «lj j. 



fli^j-j-^ 



ï*p 



T—+ 



S 



^Wtfi>W fflfo 



3? 



a*= 



*z;* 



E.ft C.7836 



216 



Cédez 



Tyl. 



# 



3E 



m 



*=+=À 



V- ^ i 1 -A- 



./Très calme 






Id^^ à^ 



^ 



re, 



Cédez 



ce serait la même cho . se 



A.vec quoique tu 



* 



O 



■m 



WtT 



_ 



1 



ÎX/- 



3g 



r 



Très calme 






-}— -- 



gat 



ri 



s* 



^ 



3 r- 

eu 



^^ 



â 



P/> 



8F 



m 



Cédez encore 



Accélérez . 



^m^ 



q /J-J- JTp rqtzrj 



^ 



Tyl. 



-*— < 



i 



Jou.es, cesgTandesai -les bleu.es? 
L'Enfant 



Tu as 



^j£ / j : ^-L^ hkk M ^^ 



Cédez encore 



C'est pcurlinveiuti _ on que je ferai sur Ter., le, 
Accélères - 




4 j'i'W^ pp 



Tyl. 



L'Enf. 



donc in_ven_té quelque cho _ se? 



É 



f 



f=» 



ip^ B^^ ^pp 



Mais oui, tu ne sais pas?.. Quand je se _ rai sur 



\* 



W 



E. A C.7836 



«17 



anijhé 



pr g g i r ? J' i J Jdd j j i j. J'J' F - 



terre il fau . dra que J'in - ven _ te la . cho 



:^ 



y r^ -^ — 1 r p i t 



se qui rend heu . reux .... 

Mi 




l i ; p ig p r F i T -^tMn 

•J T>_ ♦-» ..-il 1» _V„ . *-,,,- --* 



J'y tra . vail . le cha.que jour... Elle est presque a . che 



P P ^PT 

ve . e... Yeux-lu 



jU p_rf^ i r7 



i F^E 






s 



PÉ 



»<r 



É 



Cédez un peu 

Tyltyl 



Franchement animé 




É 



&' ' ' " Mi ■ i M p p '"r P * 



on la voit d'i . ci ... 



en.tre deux co . Ion , nés. 

UN AUTRE EMFAST BLEPCsortant delà foule) 



I * >'P P 



-à -, i , ^J^ï 




^m 




m-i 






Viens donc 




E 



w.l^n 



i 






I 



^ 



r 



^ 



E. * C.7836 






21* 




TYLTYL 



f^ W \ J I 






Qu'est-ce que c'est? 



Autre 
Eitf.B. 



^ 



£ 



Ê 



£ 



dans la Lu 



nel 



JN PETIT EN FANTBLECfcouché bous le poids de colossales pâquerettes d'azur) 




Tjl. 



Petit 
Enf.B 



f 



<. 



7 "si ?i~m 



«a 



»P HV 



P t> nr* ? 



Pas pos . ai . ble I El . les sont gran 



des 



corn. me des 



m 0- 



i> i> i 



*t 



S 



ret . tesl. 




E. A C.7836 



219 



i p^ni ( i 




4 



*'** Mp^>- 



Quand donc? 



H 



** 



E2 



^ 



^^m 



r f e 



^ 



£ 



=3=^ 



1 



Ter.rel.. Dans cinquante trois ans qua.tremois et neuf Jours 

l' r ENFANT (portant pendue à une perche une invralsem. 
r blabla gra ppe de raisin.-? 




là 



m 



j "m r n 



*à 



Et les deux qui se 



m 



I 



fruits? 

2 e ENFANT (écrase' sous une corbeille de pommes 
grosses comme des melons) 



- IL if ^rUBBCB LUiUIUC UCD LUC1UUD/ 



#â 



Et moi I Voyez mes pommes I 

8?ENFANT( apportant sur une brouette bleue des f 
mel ons plus gros que des citrouill es) ^£j 



£ 



m m. — m 



m m 



E 



1 



Et mes petits me . Ions? 




E.é C.7836 



220 



j'Ai'cp» mtimt ilj' i r * 



i 



tiennentpar la main, est-ce qu'ils sont frè.res et sœurs? 
£jjL L'Enfa î 



m 



i: 



» 1 1 



Jl J i 



±1 



Mais non... 



ÉÉÈ 



Ï=É 




I: 



^ 



sa 



î 



. g i. 



i 



^ 



^ 



5 



ê 



*i 



a 



* F PPI r i 



i. 



brf. 



iA 



Qu'est-ce que c'est? 



A 7 JN' J> I -k-n ? ? u\Tjmj-f 



ils sont très drô . les... Ce sont les a. mou. reuxl... 




ï 



- rf 2 f-^i^ -r -4^ 



»*. 



' 



f 



WA, I 



ES 



i 



^P 



jr 



S^£ 



seeè 



' 



I 



Xj^- 



^ 



r 



: 



Ralentir 



•.rif. 



y frr^Jr^rr-T^VJ^- jh j> J> i? p i g p s p i r î 



Je ne sais pas... C'est le Temps qui les appelle ain . si pour s'en mo.querl 

Ralentir - 



Pj=g=^f 



ES 



Ppyg 



*3 



s- 



« 



fe^ 



/O 



S 



ï 



Fr.f. 




, Calme p 



wi-^Tr^jnîf^^ = ==^^f^^^^ 



V V V 

Ils se re_gardenttoutletempsdansles yeux... 



ils s'embrassent et se di.sent a 




E * C.78:JB 



* 



s 



221 



^44- 



TYLTYL 



Retenir 



ê& 



(montrant une foule d'enfants 

au Mouv* „ 



T~rrr 



11 r 7 s ' s m 



¥■ 



î 



M 



Pourquoi ? 



Et tous ceux- 



fie 



:s= 



^ - MtJr^J,J'J'£=^ 



M m m 



dieu! 



I 



tâ iàk 



II parait qu'ils ne pourront pas partir en.semble. 
Retenir _ 



au Mouvt 




fete 



m 



_G 



'?: E 



r r -~— f 



§:*$? r 






s 



endormis bu pied des colonnes, sur les marches, les ban^s,etc) 



p JL^^^^l y » J JjjLjTjTzjE^iEj 



-la qui dor. ment... est - ce qu'ils ne font '-rien? 



*4 



e 



FT~ y -^~ï> p J' J^ ^ 



Ils pen .- sent à quel- que 





4& 



P- 1 ^ 




A quoi? 



^-^^^^^ rpfnH^-J^^^ pfe^É 




cho.se... 



Ils ne le saventpasen . co_re; mais ils doivent appor . ter quelque chose sur laTer.re; 



o ^ 



i^~^j> ^^~^j> fè à é i 




E . A C.9836 



;28 



Assez animé 



Tyl. 



I. Fr.f 



Qui est-ce qui le dé . fend? 




LEr.f. 



^P I I 1 I I' I' I J l| |l i I 



Temps qui se tient der . riè.re la por . te 



^ 



Tu ver. ras 



rr~r~^ 



quand il ou . vri 




Ê : 



Tyltyl 



sC 



' 



Tiens! Gomment sait-il mon nom? 



M jN 



ra. 



r.- 



UN ENFANT (accourant du fond de la scène en fendant la foule» 



f^i^ 



Bonjour, Tyltyl! 



: *_* i 



Bonjourl.. 



j_.r n i r r 7m 



ca va bien?.. 



Voy. 




E. & C.78:i6 



223 



Franchement anime 



Enf. 




m 



iq p ppp i y - p p r p p i y 'p > p p ^ 



Enf 




Ce n'est pas éton_nant que je sa _ che ton nom, puis.que je se 



m 



■ n m r^i 



3CC 



XC 



f- 






Ê 



'P r p 



O. 



fe 



î=^=p 




.' Ki-.: 



| 



M 



F T i T tt r "P P=^ 



.rai 



ton frè 



re... 



rfîiïttéiy 



^ 



s 



f J 




s 



f 



J 



Ê 



«r 



^P P *D PH 



On vient seule . 



L' Enf. 



i M—m^ ^' H i i. i r n r r pp ^g 

*j .. ^. .. ii .t'p _ tais tout au bout de 




J'é - tais tout au bout de la 



7 J * h fi^h l 



^ 



fc4 



E. 4 C.7836 



224 



L'Enf, 




$ 



TYLTYL /«/ 



l 



S 



' * P 



Û! 



Com . menti 



flHT i/T g 



Tu 



L' Enf. 



man que je suis prêt 




Tyl. 



L' Enf. 



pPTpTr * 



ne 



comp _ tes venir chez nous? 



* 



! T' P lp » p H JM^ J ^t gg 



is 



i£* 



feU 



Ï&355 



Bien sûr, l'année pro.chai.ne, le Di , 



g-JT?? 



J3e± 



Ê^ 



p^ 



F=F=f 



^ 



* 



L'Enf, 




E. A C.7836 



225 



>,'>.:■ 



^ r p p r- 



* 



*£ 



TYLTYL ,wf . 



Mais 



ii^T^ 



voir pre.va.nua d'à . van . ce... 



Est-ce qu'on est bien chez nous? 





a l'aise 



^ r p p rf—p p fr p / 



ë^që 



* ^ J1 »^ ^^F? 



-* 



oui, pas mal et ma . man est si bonnet. 



Qu' as-tu là, dans ce sac? 




Lent 



5^Ë=5 



£-M-g 



F^r=^ 



■ . » ■ g 



Tu nous ap.por.tes quelque cho - se? 



$ 



L' ENFANT (fièrement) 

J», 



r^ \ \ f J' j> J> m i , h n -, h 



J'ap _ por.te trois mala 
Lent 



di . es: la 



* 



¥5* 



fe 









1» 



m 



g=p 



■DC 



ij^T 



4=zz: 



f==? 



£. A C.7836 



226 



Tyl. 



L'Enf. 



( y , h U SEgS 



m 



j^=* 



Eh bien! si c'est tout 



m 



n à J^ i h 



■ ■ ■ ■ ■ I * *— flW J ' w« - 



e 



fie.vre scar.la - ti - ne, la co.que - luche et la rou . geo.le... 



^ï 



*!* 



TZ* 



».'/' 



^=^ 



fe 



»?f^~ 



if 



H 



ë 



^ 



e 



p 



5 



Tyl. 



L'En; 



|>j Tiiiu jvjut i 'r t 



ÎR ??.f / J i^-Wg* 



m m • ë 
Ce sera bien la pei.ne de ve 



i 



cal.. Et a.près, que fe.ras - tu? 



E 






A.près? Je m'en i _ rai. 



O 



E 



^ 



9^ 



o 



î 



ff=T 



£ë^ 



F 



(On entend s'élever 'et 



se répandre une sorte de vlbr.T.ion j -r-'lonar»-». ■ 
Modéré 



a==F 



1 



^ TT> . : 



. nir... 



Qu'est-ce que c'est? 



t » d' J' J'^Jm^ J j 



I. Enf. 



wm 



Est- ce qu'on a le choix? 



C'est le 



* 



SOPR. 



Voix 



# 



j>leg 2 d . s 



xr 

A 



i^ 



Modère 



3t 



I r 



^ 



-*/' 



j=Ëfc 



XHT 7 



r 



Çf 



=** 



*f T.pl.f 



«t e r »r *£__ 



E. * C. 783« 



«2; 



i 



m ^F=»n 



_ (Un vaste remous se propage dans la foule des enfants bleus. Tous tournent les nu 



yeux 



* 



Temps qui va ou.vrir les portes! 

LA LUMIÈRE (rejoignant Tyltyl) 



i — >ljl Jl J 1 l±±tj t^^ 



Tâchons de nous dissimu.ler derrièreces co.lonnes... Il ne faut 




F 1 tf Lfitf 



vers les portes d'opale et se rapprochent de celles-ci) 

Tyltyl 




E.A C.7836 



228 



Tyl. 



L 1 Knf. 






m 



? — -nr. 



Com. 



n j» y i j» j j > j }\ jh J J * J 1 1 js j> j» > j> > ^ 



i 



< 



C'est l'heure où les en.fants qui naîtront aujourd'hui vont des _ cen.dre sur la Ter.re. 



hupr. 



^L Jf 



£ 



S 



=Sj 



» m 



3 



6 "l'\ 



ÉEE 



•sL 



m 



m» 



^^ï 



s 



& 



"nfï 



p ; 



'»/■ 



r 



r 



«± 



5 



r 



f t 



F 



âH 



3 



f l | *p- 



* ■ < 



<fe— 4 




l^r Cv 



fjnr-jn^r? 



»tJ J^ J^ J' -h-h J ^ 



Tyl. 



. ment qu ils descendront? 



Qu'est-ce que c'est que le Temps? 



LE, "' 1f 



I y/y >>j m>>m tt ^ ^^ I 



Tu vas voir. 



~7» — *- 
le Temps ti.re les ver.roux. 



C'est un vieil 




E. 4 C.7836 



229 



$ 



"!t 



•, * iJ' i' ^te fe 



Est-ce qu'il est mé. 



| J T~l 



mm 



in^-fr ->' 7 



ap . pe . 1er ceux qui par _ tent. 




i- 



m 



. chant? 



"if 



j J i | ;> J^ J» | lj J ■ * ^ 



pp p p pi y 7 p p p*p p 



Non, mais il n'entend rien... 



i 



'»/ 



On a beau suppli - er quand ce n'est pas son 



Î-. 



W^ 



à 



i 



M 



^ 



M 



$ 



tt 



$ 



"}f 



i M "Yv?^^ 



F¥ 



T 



ijl 



I 



É=s^ 



fc^â 



=fcï 



i 



^ 



48 



% 



m 



■f 



n-llt 



T 



T^T 



5IE2 



i 



s» 



kj 



F 



F 



pffijt 



feâ 






s — a 



3 



I 



Y" r^ 



? 



JE.* C.7836 



230 



Tyl. 



L' Enf. 



^•pi 







\fi î m F r,ff,p 



Tyl. 



L' Enf. 



.tir? 



* 



j'iL 



F^TTT i tjnrTtM » S TT~ÎH? ff P 'H 






On n'est pas content quand on res . te; mais on est tris .te quand on s'en 




$ 



"f 




f 



r 



É 



«?f 



i 



^PPp 



wî 






4 



J 






SB : 



F j s f 



— = — »i 



E. 4 C. 7836 



231 



(Les grandes portes du fond roulent lentement sur leurs gonds) 

— . , y Elargir 




T^r *r^r ~^m 



r^p- 



(Le Temps, haut vieillard à la barbe flottante, arme de sa faux et de son sablier, paraît sur le seuil) 

•" s* -x O* au Mouv! ,„. 

--©-« — i . : /T> 




jQfjrll fè (d^une yoIx bourrue) 



Ceux dont l' heure est son. ne. e sont-ils prêts? 

A. - 



f* m g p pt 



Un à uni.. Il s'en présente en 




E. 4 C. 7636 






232 



>Iouv*régxiller de J = 60 



le T. 



m 



=F 



n p p- - f-H H-P-^— ^f-f-p p F pft P P r-r-rrt 



&=*=ft 



J 



# — ^ — p- 



m 



core beaucoup plus qu'il n'en faut!.. C'est toujours la même cho.se 1. 



On ne me trompe 



Mouvîftvgulier de J = 60 



ï 



».'/' 



r * 



r 



m 



ï ^ 



m 



J 

(repoussant un enfant) 9. 



^^rn — i 



ifeê 



^ 



z h- i ï * 



^ 



Le T. 



^^^^^ 



pasl. 



Ce n'est pas ton tour!.. Rentre, c'est pour de . main... 



Toi non 




-^ — -* 



frlp—fi-fr-U^ ÉÉ 



^ 



e T. ^L*> 



plus, rentre donc et re _ viens dans dix ans. 



m 



\ 



s 



F= 



-# — « 



3^ 



r/ 



3 — * 



Hé 



m 



j 



\*. " 



£ + 



K ■► 






Le T. yS=^ 




E. 4 C.763C 



238 



T. 



r ^i^^r^ fe ^=g^ ^^ L j jj fUL ^ 



nous ne sommes plus au temps de Théo . crite et de Yir.gi.ie. 



1^ 




T. 



T F | n*rmT pÈ sf^^BB 



On veut un honnête homme comme phéno . mè.ne... Où donc est l'honnête homme? O'est toi... 







Tu m'as l'air bien chétif.. 



Tu ne vivras pas longtemps I.. 



Et toi, qu'apportes- 




fc 



m 



wzm 



T 



r 



Y 






l^TT 



* d 



g 



ntf 




a 



'«r 



r *f 



*-*■ é 



f 






& 



f-f: 



-r 



ffla 



at 



i^> ^Pt-PrpTpT^ p r cFç-m *f -H — v ^ p pp P 



Rien du tout, les mains vides?.. A _ lors on nu passe pas 




E. & C.7836 



234 



Le T. 



m i'p p î p p 'P' F FF F F i fr FFP p pT I 4 P P p y.h t 



chose,., un grand crime ou une mala . di . e, cela m'est égal.. 



\ 



i 



t. 



sâ> 



Mais il faut quelque chose 



r 



'»/• 



r 



r 



r 



r-P 



r 



^fl^ 



:*W 



:^=*ë 



le 1 






-*.gs 



(écartant les enfants qui ont envahi le seuil) 

A 




i« T. 



"t( 



9*iT m"F F F F F p' p p pp p H fO * > p p I J J'JU^J 



Ceux qui ne partent pas n'ont rien à voir de. hors... 



Maintenant vous a.vez hâ.te;. 



>* 




5 




ï 



/ 



•"/ 



r 



y»l i'r >r 



tih'Z 



J- J 



_ C g . I t f 



pr TOr 1 



k 



► jfS 



e T. 



pr,, J J^ J^ J) J> E |T P HHHrH^f | r ,, > I 



puis 



vo.tre tour ve . nu, vous au.rez peur et vous re.cu.le . rez... 



Te- 



m 



m 



,i i- ^ 



e^ 



^ ^ 



x 



-j 



p ^-p r— r- 



ï^ ^r^r 



^t^t^t 



e.* c.78ye 



(à un enfant qui, sur le point de 
franchir le seuil, rentre brusquement) 



285 



-• T. 






nez, en voi.la deux qui tremblent comme des feuilles ... 



Eh bien! quoi?.. qu'as-tu 




: w=¥ 



4? ENFANT 



ÉÊ= 



¥, 



-, »,h h M^ r | c r r h j n i.=| 



J'ai ou.bli.é la boi _ te qui con. tient 



les deux 



donc? 




■< \ p p g c g g p F y p > 



cri . mes que je de. vais commet _ tre... 

5? ENFANT m/' 



'*_--- 



m m m 



g g l 'E r -p p p m 



J'ai ou.bli _ é la 



gref . fe de ma plus bel _ le 



É 



'* 1 J 



3 



^ 



=5=fo 



^Tfe 



3EE§ 



r l-LJ- 



-rr~* 



sa 



j* 



■J> 






1- i> 



^ 



^ 



F 



E. A C.7836 

* » 



236 



Enf. 



Le T 




^Jr~ f^JT T^_f T 



L.,.pes 



7^ m — m. 



3^£ 



im 



, 



v- 



53! 



T=T^-T ^^ 



voi.les pour montrer qu'elle at . tend 



Voyons... sommes-nous 




(parcourant du regard les enfants réunis sur le quai où déjà assis dans la galère) 
/ 



i 



9*n~ r^ 



H P pp<i,- 



IHP fi G P F 



# 



i» r 



' 



£ 



P-P-P-P 



prêts? 



m 



m 



gg * « 



11 en manque encore un... 



* 



? 



Il a beau se ca.cher, je le vois dans la 

2= 



* 



¥ 



m. ai 



=** 



h 



*A 



sn: 



E.4 C.7836 



287 




rr- r'r T^ - ^ 4 



5= 



3=^? 



11^ 






Allons . to i, le pe.ti t qu'on appelle TAmou. 




(Les deux amoureux s'avancent vers le Temps et s'agenouillent à ses pieds) 

l e . r Amoureux 




Siâa 



P'^p P,p- 



T= "Wg^= £ # 



JJk 



tir a.vec el. le! 

2? AMOUREUX /«/' 



J'aime mieux ne pas 



feBE 



h > t.^ ^ ^rà 



gg gj=£ 



gE=g=£ft 



* ■ . ■ 



S 



Monsieur le Temps, laissez-moi partir a.vec lui! 



m wv- 



Impossible! 




E. A C. 7836 



238 



l'TAro- 



2<rAm. 



Le T. 



É5ËÉÉ3Ê 



naî.trel.. 



3=F 



^ 



(supplian^ 



P P P ■ P t^l 

Je ne se. rai plus 




m 



rnnr^w~t 



y r i ' 4 L^m 



Monsieur le Temps... j' ar.ri.ve. rai trop tardl. 



"it 



y-H > j g F P ftp r ëï 



Nous n'avons pas le temps.. 




>Uf f^F 



1er Ara. 



2? Ain. 



« j> j jj ^ J ' r * 



•= = =■ n 



^=^— p— p 



I 



là quand el _ le des.cen.dral. 



Nous se _ rons seuls 



au 



5^ 



> * p p p p p i " r > 



Je ne le ver. rai plus. 



* 



= 5=^ 



h: 



mfftS 



•9- 
-9- 



» ■ 



* 



fcy 



^ 



r-^_#r r- — t 



l e . r Am. 



2? Ara. 



Uu débattant) 



1^ P p j < T # J>4#J— *>■ J |J J * 



fcÉ 



mon.de!.. 



non non... 



El 



elle aussil.. 

(s' accrochant aux vêtements du l e . r ) 



i un 



teÉ 



3^ 



LE TEMPS (saisissant un des enfants) 



g SFffigpEftCJFFp 



Laissez - le!. 



p-ff-p-rp 



*r-t* M l ? 



Ça ne me regarde pas, viens!... 



Mais voyons... ce n est pas pour mon 




^ 



^â 



m 



s^ 



\- 



*e= 



— fr— ^ 



-V— ^ 



î 



^^ôp 



«F 



r 



E. 4 C. 7836 



289 



S 



(tendant tperdument les bras vers l'enfant qu'on enlève) 



p P" p I . f M 



m 



v ^ y ^ y y 



(entraînant le l e . r Amoureux) 



Un Signe, un seul! Dis-moi comment te retrou. 



gtt ïï-^ffis ^É 



rir, c'est pour vi.vrel.. 



viens!. 




Szbr-4^ 



1 er AMOUREUX _ . - 



P 



Je t'ai. me. rai tou . jours! 



(elle tombe 



^=fgHg ^ Eg_Jg^M^^ ^ 



.ver!.. 



Je se. rai la plus triste!.. Tu me re.con.naî. 



j^ îSt] /"^ 




LE TEMPS «f» * .-. *- t» g , . , ,_« ff ft 15 — & 



et reste étendue sur le sol) 



(Dernier remous parmi les enfants 
Retenir progressivement^ par t Cîi t et qui demeurent) 



l- " 



. tras. 



Vous feriez beaucoup mieux d'espérer. 



Et maintenant, c'est tout! assez L'ancre est lc- 



Retenir progressivement 




E.& C.7836 



240 



Le T. 




3EE=E 



m 



Lent 

(On entend les voix des enfants dans la galère qui disparaît, puis, comme sortant du fond 



m 



3 



.ve.el 



SOPR. 



fcê 



w> 



m 



^ SX * 



r- 



&-*- 



*=£ 



^^£ 



ëSEË^ 



É 



MEZZO-SOPR. 



Ter - re, ter _ re, 



ter 



re! 



*hn J»j J^ 



^ 



Ter.re, je la vois, elle est 



jrfrrïïl JE ^S 



! ï 



ta 

■ta 



Ter _ re. ter _ re, ter 



re! Ter.re, je la vois, 



*~ X^ 4- 



elle'est 



m 



JL&* — & 



m 



m 



v- 



Jr. 



lt 



m 



CONTR. 



*& 



PP 



m 



fi& 



s 



-& 



zen 



m m 



-& 



ai 



* 



m 



& 



Lent 



m 



5 



g 



m ,, ■ 



« « 



% 



"=?* 



pp 



S 



M 



«-« 



iep 



S 



*=¥ 



for^ 



tfifcl 



"K3 



p^ë 



de l'abîme, un chant lointain et extrêmement tendre) 



a 



'T~ïï~-fë—E 



TYLTYL (à la Lu mie ni P 



N^^ 



*A 



m 



Qu'est-ce? 
La Lumière P 



W^^ 



C'est léchant des 



Scpr. 



Euf. 



M-Sopr. 



M'- 




| rr J» iJ J» 



i JJ3"-^ 



f EEEE 2 i 




E.A G. 7836 



«A 



(Le TempB se retourne pour Jeter un dernier regard dans 
la salle et soudain aperçoit Tyltyl, Mytyl et la Lumière} 



241 



w r :> pp h i 'é^^ 



mè . res qui viennent à leur rencontre. 



m 



a$5 



/ 



"f. 



*r m L < "U 



Qu'estrce que c'est? Que faites-vous i . ci? Qui êtes-vous? Pour. 




$ 



*S 



PES 



J5É 



P 



I ^JJ/ I JUlFO O 






5=53=^ 



2 



TO' JJW 



#"^ 



(Il s'avance en les menaçant de >a faux) Ne répondspas, J'ai l'Oiseau bleui II est cache sous marnante... Sauvons 

Se 



§S 



* V FF H^ 



. quoi n' êtes-vous pas bleu? 




E.4 C.^8'36 



242 



La L. JLr S *? 



b-v^r. 



Enf. 



MSopr 



Svjir. 



Mè. 



i jr jyjylTJ~J"^ J jijT jj 



3SEÏ 



nous... Tourne le di . a . mant, il per.dra no.tre tra.ce... 



*ùi* 



m 



pp 



£ 



y 



î- 



- 



ter 



re. 



ter 



Te. 



ter 



re. 



ter re. 



I 



Ter 
\PP 



f 



S 



■^fljti 






ter 



re. ter 



re, Ter 



fs»-^- 



I 




^ 



"O" 



xr 



RIDEAU 




^ 




S 



^y=^ 



f: 



* 



Enf. 
V s p. 

Sopr. 
Mè. 

• ontr. 



re! 




g^ï-^ 



reL 



Ja 



*M 



PP 



\'4 



S W - 



* 



^4i 



â 



IV 



fr^=^ 



M 



o: 



o 



Pi 



5* 



cw 



^=^ 



IPtF 



S 



f^^ff 



4^-4 



~ff= 



rrj-^ 



E. A C. 7&36 



*r 



; ^ 

> 



XT 



^ 



Acte 4 



243 



SEPTIEME TABLEAU 
"L' adieu" 

La scène représente un mur percé d'une petite porte. 
C'est la pointa du jour. 



Lent 



Si 



a ^^^F 



rs: 



3E 



p 



cor 



PIASO 



S 



F*=3 



§ 



3E 



f 



* 



sr 



?r 



1 



Z22; 



f 




r 



^ 



* 



j 



=^= 



: 



s^ 



l==*l 



3=:S 



«=■ 



! » ■ 



f 



T 



3^: 



gpj 



«-^ 



i 



nr 



^^ 



ES 



3T 



-* • -•- 



PI 



Cédez un peu 




Reprendre 




E.A G. 7836 



244 






'G. / 



/( 






'■■ 



Ralentir 



$ 



W 






3: 



^^ 



^ 



ÉJIÉ 



ÎC 



5E 3^£ 



ij. 



Lû_ 



o 



hS — 



U# 



f 



fi 



? 



Modère 



RIDEAU (Entrent: Tyltyl, Mytyl, La Lumière, le Pain, leSuore, le Feu et le Lait) 



HÉH 



f* 



a 



i 



* * * 



zoz 



TU 



i 



3E 



S 



ï 



r 



S 



r~ 






-J nJ J 1 



i 



Tyltyl 



m 



* 



LA LUMIERE 



Bien sûr que 



« 



' d ' d d d d d d ' m ■ « r ' 



Tu ne de.vl.nerais Jamais où nous sommes... 




^ J jij ;ijw hiJ 1 «h>.hJ j 



Tyl. 



LaL. 



non, la Lu_miè.re, puisque je ne sais pas. 



i 



H JiMJJI 



^ 



^ g g P 5 g F 



Tu ne re-connaispasce mur et cet_tepe_ti - te 



*# 



m 



«M C 

3Br 



î=l z 






r «r r r 



^ 
^ 



^ 



i - 



E iC. 7836 



<^o>-e. 



& 



/>te/^<. 



<=>£<_<_ 



^^-cl^-uJi. 



LjL*,-K % % W< l **-,£&, lji 







4,f-tt*Lêjt £X-4-t- Vi**lMuB.i~<. ft&. 



y. 
JL 



C^^iJi- . &>&o 



if r 



7XC h 



o* 



[c^ 



£.***- 



r 







o 



-v**_ *t <^ ; 




« /Lj <* W«u é⣱X4èz. 



Le 



U. Vl* 'iT£-OH^_l.63C«V 



^ Zo^ «t r>*^T* 




^J~ C*JM. A, 



• / 7 7 

/ 



U fttSÂju 



OLs 



°\ J 



C^C-^L. 



+ 



$ 



+ 



JT 



^ j^ ^^r><rWr ^ — /— /— ^'— ; 

^U^jJ^iu^J^-e^^Jl. flLu,L^ !>e^JL O^^-U 0ou^^ 



. Cf. l.<:^. d 



»J-f 






2*5 



t 



t= 






C'est unmur rouge... et u. ne pe_ti_te porte verte... 



# 



ÎÉÉÊÏ 




?i 



por.te? 



Et ça ne te rappelle rien ? 



& 



o 



£*È5EÎ 



3=£ 



Se 



» qxs- 



w):. so 



*E £ 



=£=£ 



sa; 



t|o 



: 



Un peu plu» lent 



ffi-jïJ.MJ. ^^pf3^ 



pel_l<» que le Temps nous a nus à la por.te.. 



.Z 



BE 



£ 



yrrrrip p pu»!* wjj 



Qu'onest bizarre quand on rè.ve... On ne re-connaît 




P^jyyïï 



Qui est-ce qui rê_ve?... Est-ce moi? 



pas sa propre main. 



C'est peut ê . tre 




E.» c. 7b36 






«'i6 



t 



Cédez un peu Reprendre 



Modéré 



LaL- jk^r 



j •> .mj *^ 



ira jj^ijg^j'^^jij 



« 



moi.. Qu'en sait-on? En atten-dant , ce mur entoure u_nemai_son que tu as vu.eplusd'u. 



ne 



m 



'■— Suivez 



Modère 



3=fe 



or 






_o. 



^ 



3=?=P 



EH 



_TT „ 



f 



^r 



r 



LaL. 




TYLTYL 



t3r^-:fcfce 



^ 



m m m m 



y y * m v ^s. 



g=t 



U. ne mai_sonquej'ai vue plus d'une fois?.... 



ml 



j nr$ 



fes 



Mais oui, petit endor. 




P^î5 



r ï »r r =r 



!«r 



-*r 



Moi il.»-» h » ut , et en animant progressivement 



i... ï 



\ 



yr J »JWJ _ .W Jh J' J' V i rf — ^fTmH ^ 



mil.. C'est lamaison quenousa . vonsquiLtée un soir. 



il y a tout juste une an. 






M'oins lent, et en animant progressivement 



^V^-V-r- 



1 



c 7W :r ' J ~w 



: 



ï 




* r 



TYLTYL 



i > xïuxïu _ , t r - l 



Uneanné-c?.. Mais alors? 



J=i 



É 



'■ C P * t ! 



jÊ 



s: 



> w\p — p-^ p p p f p ^£^ 



La L. 



ne.e. 



C'est el . le... c'e6t la bon _ ne mai. son des Pa 




£.4 C. 7830 



■q^-e. 



IV' 



,14*4. -ZA-fcC-# 



&-*^ù 



A^k^t^^ d&c^ a £ 




W 



iA^c^* a- 




/' 



'O^ ^s *- C* *-" 



-H^us^ ie^^. 



^/'^^ ^ £ /~A 



ï-e*-<-r- e<^£<. A~l^Z aU J<+< Jk 

-^ f • ,< '* *-+4-i^r- <z*<^ 4^'<-£ ~- 






'<£ 



'«. 



p 




Ct^». 



-&-r 



'<L 



/ 






I s'approcdant de la porte; 



247 




«■ ^ — m m m w m— — 

7 P 1 p-p-^^ g 



Je reconnais la chevil . let _ te... Nous sommes près de Ma 




fete 



& 



mf 



lletenir 



„ P p p p " il -9p p ^p ppppp-p m m i 

f'j y Ci' P M y y ^v y y y y y 1 E P EE P EE| 



- man... Jeveuxentrer tout de sui.te. 



à 



>e 



Je veux l'embrasser tout de sui.te. 

LA LUMIÈRE mf 



4 — ^w^^ - 



5H 



Uninstant... Ils 




¥ 



Un. peu moins animé 



mè 



h-+-^^F 



L. 



;. 



i , JJiJi«Mi> l i i' 



dor . ment pro.fon. dé . ment 
XJn peu moins animé 



Il ne faut pas les ré-veil . 1er en sursaut... Du 




£.4 c. 7t»ae 



248 



Tyltyl 



La L. 



* 



ir-T^jrTrg 



Quelle heu_re?... 



•■■ ;- ^ * ;. ^ j> ;> -w i j i> j J» /■ ; n ;: i J ^ 



la por. te ne s'ouvri - ra que lorsque l'heure son_ne - ra 




Modéré 



Tyl. 



La L. 




Il y a longtemps à at _ ten.d-e? 



$ 



ËE 



nJ> J I J * wu^l l 



Retenir 

8-\— ; 




i£l 



Hé - las I non... quelques pauvres mi , 

Modéré 



g^ y-T-f 



^ 



cr^"f 



s 



•=T 



TOT 



i' J' J' JM J J J> js J > I^P PPPPP P *( l^ 



SE 



Tyl. 



La L. 



Tu n'es pas heu . reu.se de rentrer. 



Qu'as-tu donc, la Lumiè.re?.. on di 



$ 



fe* 



H. i J J' 1 



nu. tes. 



H . U b. 



# 



■■■ * 



S£= 



ïÉ 



S 



* 



S£ 






"HT 
TT 



f' 



E. A C. 7836 






Y, 






->n^- 



Um^J*^, 



hr^ 



dwi Utu*^ v/ "X 



"an 



. 






.g. yc-*-*-"i— --v t-ti.»^-v-»-i-*-*^- «=«-*■ <-a. j<u. 



éd.*. Ce. fyu. ' ^C<!e. tX. . 



cù è> y tyt^e* ^_ ^A^^^^ J^JL 



^-^. 



b 







.*<*-<. C£.is/-AA^f 



_ rait que tu es ma_la.de . 



249 



K^ 



r^H I f.J t-JHTfT lilluffp p p ■■p ff g P p I 



Ce n'est rien mon en_fant.. 



Je me sens un peu tris.tepar.ee 




i 



te= 



* ^CGÏTl 



^ 



Nous quit. ter?.. 



i 3 < 



V?- 



ett? r T ~r<— ttîpt * ~iEÈttTïW¥m 



que Jevaisvousquitter. 



Il le faut.. 



Je n'ai plus rien a faire i_ ci; 



* 



5:=^ 



-gtlir-a-i' i 



f 



■4 *~ - n 

5^ Tj a 



i q r_ j» içr r^f ^- 





peu a peu 




TYLTYL 



\ 1\ *Ffr^ > 



m^-PM 



SUE 



3==3 



Mais c'est que je ne l'ai pas 



l'Oi. seau bleu. 



. der l'Ol. seau bleu 

peu à peu 



m 



o 



E.iC 7836 



250 



LA CHANSON DE TYLTYL 



Modéré 

„,f express// 



TYLTYL 



PIAStt 



Tyl. 



Tyi- d 



Tyi. : 




E.è C. 7836 





I n'Attt. naa t»ot» «In »_ 



Il n'est pas per _ du 
Assez vif. 



261 
Retenir 



= «»*= 

d' d' é- — d 



p=f^m 



Si vous l'a -irez 
Retenir 



w r r 




beauc oup 



Lent 



<Q /> 



vu Dl . tes - lui d'at . ten . drc 

FLÛTE en eodit* 



P? 



J* J -h £ 



m 






E.à G v 7830 



252 



Vif et décidé 

,nf / 



fi " 

W C F F F 



f p i"p ■ i ■ ■ ■ ■ 



Tyl. 



£ 



Aus _ si - tôt re 
Vif et décidé 



pris 



Je veux vous le ren * dre Aus-si.tôt re 



i 



!* 



^ 




s 



J 



r 



ss 



& 




t 



te 



■ ' ■ 



ss 



Tyl. 



& 



p Mr p " 'p g g p 



^ 



veux vous le ren _ dre... Aus. si_ tôt re _ pris, vous l'au _ rez 



aus 



■m 



>~TT.- 



! 



CT 



s=k 



P^ 



É 



M 



£ 



i 



2BÈ 



ËÉ 



* 



S 



/O 



j* 



Calme 



W. nfcftt-^ 



ï i W fthrg 



t 



pi£ 



ous l'a 



si. 



Nous fa- vona cher r che, 
Calme 




E.A G. 7836 



258 





PP 







M 

-t — 



g^ 



Nous l'a.vons trou . ve 



Aus. sl_ tôt trou - vé 



Il s'est en.vo 




- le . 




Aus . si - tôt trou - ve 
Ralentir 

f X 



Il s'est en . vo 



^m 




tas=i 



ï=^ , 




E.ft C. 7836 



2.-4 



Tyl. 



ifc 



Modéré 
PP 



s 



^g 



lé. __ 



Modéré 

CM 



S i^^ TÏZkiMl rmà 




Tyl 



ÉIHl 



^=^ 



1 



M^k^^jjm f=^ j?n m 





Retenir 



' 



^^jp^F^-V ff- 



— rSF 




J^ 



ygf^P 



ft* 



Lent 

TYLTYL 



n y < i jy 



== ™r 



. 



W^f 



Il s'est en.vo . lé 



m 



j? y i -^y fcf 



o La Lumière 




Lent 



Voy . 




E.4 C. 7836 



/ A r- : 



(h^foiJ/ J&i hi^A^vL, Lucoïte^+JL^ 



7 



tlw 



>T*-c-<-c-ot 



t - fc ^- "^*-y -tf-*-*-«-o *i.*-t^, ^_g -x*.*zCi* £^e_ ^zX 



' / 






^^4/ ^^y-^/t ~/'^6oc^. <-* Ce 



J<. 







IV- 



^ric 






2Lv 



Sans lenteur 



^9 



qui va nous faLreren. 





En accélérant 



Mytyl S \, 



*h-p=^% 




Aie! 
(Il embrasse violemment les enfants) 



Il me brû . Iel 



r- 



1-+-Ù \ T~~ P p pp 1^==* 



bord... A . dieu 

En accélérant 






* 



Tyltyl et My . tyl... 



& 



PU 



* 



^^ 



HijjJHH^ 



i^PP 



/ 



» 



î 



i 



j?* 1 ^ l^ ig 



* 



3E 



Assez animé 
Tyltyl 



f ^-^^è^j 



Retenir peu à peu 



3EE3E 



i 



Aiel lime roussit le nez 1 

La lumière f 



^ M g l»J— i— J ^"J) J l ^LLFz-^ ff - p-g 



£-::^. 



"T— «f- 



us n a_vez pas ai 



Assez animé 



Voyons, le Feu... 






mo_dé-rezvostrans-ports... Vous 
Retenir peu a peu 



5=fe 



./' 



"/' 



ss 



P^ 



■: 3: 



3 3 



E.A G. 7836 



ese 



LaL. 



.faire a vo.tre chemi . ne.e. 

L'EAU ( Rapprochant des enfants) P 



MiJ>J)J> | J i'i'J JWMiJ ^^ 



Je vous embrasse - rai sans vous fai . re de mal,. 



tendre. 



gt 



§> 



* 



^ 



331 









I 






Très calme 



L E 



L E 




Je suis bonne aux nu . mains... 



Ai.mez bien les fon . tai.nes,.. é . cou. 



# 



HJJ 



^ 



Tt*- 



Cfc 



I 



w -à 



£=£frrf- "-rfrrf£ # 




-s.: 
-à 



L E 




K.4 C. 78Ut> 







s^a-L^**-*^ J*_L*.* 



857 




h ^ i! fi n" b 'FV^ ^^ =iJ=z^^^^^ ^ 




j^rrr 



p 



;;;. 



v ^Jj-j^jqq 



di . re... 



Jen'enpuisplus... 



Les larmes me suf. 




ItHlentir 



n j j j j j j ^^ 



^ 



ta 



# 



Et 



*=¥ 



foquent et m'era. pèchent de par - 1er.. 



LE SUCRE ( doucereux) n 



I 



=*=£ 



^ 



te 



S'il 



Ralentir 




S. à C. 7336 



258 



Calme 



f. e S. 




rji >M'JOip pcgFsn É 



M^f 



reste u _ ne pe.ti_te pla _ ce dans vo.tre souve _ nir, 
Calme 



rap. pel .lez - ; 




I 



Cédez 



I 



tt 



-r-7-^ 

7 

Plus vite 

La Lumière mf. t ,, 



>TTTP p 



g 



a 



Mais où donc sont pas . 



le s. 



pzà 



p g i r p p i p — p t*t 



? 



t=e 



vons que par . fois ma pré . 6en . ce fut 

Cédez 



dou 



ce. 



i 



Jçfe 



s^ 



! 



ï 



Plus vite 




^ flj 9 J.4 3^ ê^ 



J J J li l L A-j>~J J-TT » g 



r 



r 



Assez animé 
MYTYL (alarmée; y 



# (•— #~ 



i P H I y ». ■ # #■ 



(On entend des cris aigus pousses par la Chatte) 



C'est Tylet . te qui 



F^^ 



J J J> Ji j 



*=* 



é£ 



4 ^" 



Aie 1 Aie I 



a L. 



ses Ty. lette et Ty . lo?.. Que font -ils? 



Assez animé 




E. * C. 7880 



^ c : :«, ./^ eut /^ ~\ 



b u LMl. ^/ é> yù> . x^ul *U+/ t^ f 



7 




y, 



/kUost 



&-<a~ 



CL**Me~ ><- 



A 



£*^? -£*-<- 



Ca~u-jLrua- . 



■/' 



tft^ 



'/Zc£<£^r-e_ 



^J-k^cCU i^tHUt^J- 6^/^^ V tLiûZle. ' aC ■ 






■é^<_ GUZStjl 



*/ -ui<-4l 



d^t-<- 



A"/ 




-£s. £ i*Jl lF uus 



oLcl- ^-ï^ccft^ 









..1+£.i^t 



£ 






x 7 *-*-*. 



?' 



«5» 



% 



( Entre en courant la Chatte hérissée, dépeignée, les vêtements déchirés. Elle est serrée de très prés par le Chien q ui " 

TYLTYL f 

1 1 p n ? r t+ 5i =±=^ ^5 

Ty.lo! Es-tu fou? Yeux -tu fi . 



tE' J 1 V V V P 



f~f~fr 



i e 



s 



pleure... On lui fait du mal 

LE Chikx ,/ 



m 



fi fffj ^ 



r> > f n p p i ^^ 



Làl en as -tu as . sez ? En veux-tu en . co _ re? 




l'accable de coups de tête et de coups de pied) 

0> 



Pi 

. nlrl 



* y jjf p I y * 1 



É 



At . tends!.. 



I 



LA CHATTE (pleurnichant) 



i " » mtr s p p p p i p p i p p p p pi 



LA LUMIÈRE 



y 



ajjfl ;• Il 



C'est lui, Ma.da.me la Lu _ miè.re. 



Il m'a dit des in . 



I 



M 



Qu'est-ce que c'est ? 



"F=£ 



£3t 



^ 






o 



"//'F 



^=£ 






* 



s 



F 3 ^ 



r 



T 



J 



^j\^H ^=r t , | PE ,bJJJ J» j>j. i r «po sg^f 



. ju.res, il m'a ti . ré la queue,.. il m'a roué . e de coups,.. et je n'avais rien fait du 




E. 4 C. 7836 



260 



La Ch. 



m 



Un peu moins animé 

a 



i 



tout... 

LE CHIEN 



Iff 5 l i a i f 



Rien du tout ?. 



> y jj K ' ^=^ 



£32 



5e^2 



7 EEEEClS 



"fc*= 



C'est e _ gai... tu en as 

Un peu moins animé 

m. 



eu et tu en auras en 




LA LUMIERE ' aa Chien, sévèrement ) 



7 V ~ïr- m Itf Jl d m M d d \ * « «» d * * \$ d d d m * é é I * d d é' 



Yo.tre con_ duite est d'autant plus in . di.gne que vous choisis.sez pour nous donner cespec_ta.de, le mo 



Le Ch 



EE^E 



. core! 



É 



^£ 



3^S 



^^ 



»,/■ 



§ï 



iffiÉi 



33e 



5 



P^P 



5g 



F 



La L 



Lr Cû. 



KT"^' \ K =^E£ 



^ 



i ^4^-4- 



i-s 



-rv-n • 



P 



_ ment ou nous allons uousse.pa _ rer de ces pau . vres en . fant6... 

I subitement dogrise ) 



m 



i ^ 




Nous sepa _ rer de ces pauvres en. 




£ & c. 7bUb 






d* <»-*-<- 



C^TK^Le *-* — 



<i^ -e**^- •e-f' +**- ■***- ** ^ 

-r~ — - ymn ^ ^ ^-^ • •^ 






^Ja^ f— 






a^t^i ea-x-*-^^- ** <*- 




/ Jï> 







L 



IvruJ JsJt^u 



^(^jc^^^^ ^V^ 







? 



MfTf 












261 



Ralentir 



S=É 



fr * "j I jî .h J) j Ji | J. ^ 




1 l m 



Oui, l'heu.re que vous sa . vez 



va son . ner . . 



/O 



fants?.. 



Ralentir 



Modéré 



^ïïï-ïtttë^ 



^3f 



^^ 




P P P P 



Nous al. Ions rentrer dans le si . len.ce, Nous ne pourrons plus leur parler. 



9 : u- 



j* 



( So Jetant sur les 
.? 



^-^Fg^ ^ 



Non, non! Je neveux 



Modère 




T* 



enfants qu'il accable de caresses ) 



^m^TcTëT 7 cr : f ' F r ' r TëTrTTTTT^p 



pas! Je parlerai toujours! Tu me comprendras maintenant?.. Et l'onsedi.ra tout et je se.raibien. 




E. *C. 7836 



262 



MYTYL(à la Chatte) 



-, i \ t p ^' =p 



:t ! f! n i 



» * p p t p p I " P p *■ 



Et toi, Tylet .te... 



Tu n'as rien a nous di . re ? 

La Chatte ^ï 



i > >ip p 0=3^ 



$ 



Je vous ai _ me toua 



LaL. 



LoCh. 



Epfe 



sa . gel. 



m 



IE3EE3E 



m* 



P^=^3 



zs; 



^jJT 



M 



m 



r* r r r 



< r r r r 



deux au. tant que vous le méri . tes... 



LaCh. 



au. tant que vous le méri . tez... 
La Lumière "</ 



fttti HTK 



^s 



m 



P5 



* — m — r. w 

Maintenant, mes enfants, qu'à mon tour je vous don . ne 




TYLTYL *"/* 



F»lus vite 






*= 



* 



MYTYL 



Non. 
JSL 



non, la Lumiè . rel.. Reste i . ci a_vecnousl 



ï nJnnJH^J» t>* M^ M^ > 



*= 



Non, non, la Lumiè . rel.. Reste i . ci a_vecnousl 



fy j, ;> J Jni^^ 



a 



"if 



M 



La L 



le dernier bai.ser. 



( 



i 



Plus vite 



Hé . 



* 



^P 



Wi WH 



t~r 



s 



4, 



kz 



E.& C. 7836 



ÏJ-B-U* 



l ^ly/y.L te /(M^itA 






■s* 



'/ 



<>tf*lv 



,/eriAsCne -& eie^-vi^M^ 6~*u- U^ 












J^lJU^-^ jU- dc^U^O- ?{* 



■£* 



ftu ■- «•> *^ £+**>**- -v£~-^ 



by^y i 



l **. «lui X 1 



>.f-*^oCa. . 



I oy t* 



/V-* 



r 






Ck^u». 



Se. _^cC* c'ct^u/ju -&/■ tSL^ /Uj££*C4^. a-&S*A*-< 






/ 



< 



A*-y A- •** A'-A*-* ^ ^"^ 



•îi 



268 



- las I je ne peux pas... Get_te nor _ tenouBestfpr mp a p» îp Hnia irm..^» 




* 



TYLTYL 






'<■ l fJ 



;V«* 



? 



^ 



Lent 



i 



$ 






Où iras-tu tou.te seule? 
— "if 



i M*J 1 J^l ir "7Mto 



Hi JJM - 



hhj JJ> 



te 



ter 



Pas bien loin; 



* 



la - bas. 
Lent 



dans le pa . ys du si.len _ ce des 



'Π



n 



*=ë 



¥$=. 



3 



»/> 



9%c 



£g= 



Pressez sensiblement 



ï^r^rr^m 



v y r P p 



F ft 



Ffr^a 



Non,non, je neveux pas, nous Lrons a.vec toi, je di_rai a ma. man. 



-J^î 



choses.. 

Pressez sensiblement 




^ 



f 



Retenir 



"iC 



^^ 



Ne pleurez 
Retenir 



SSEt 



f 



beaucoup 



'¥-±— j— ^ 



=P 



E J * # ^*- 



" J J w 



^ 



É£ 



pas, mes chers pe - tits... 
beaucoup . - 



Je n'ai pas de voix corn, me l'-Eau... 



Je- 



m 




ÉÉ 



E.AC. 7836 



264 



Lent 



La L 



y^j _j.ji ! ■ h i ' T 1 TT i 



n'ai 




VOIX ES COULISSES 
Sopr. 



qûemaclar. té que l'hom - me n'entend point... Mais je veil . le sur 




Lent 



P J JJJ.J 



PP 



m 



S d 



n 



3E 




LaL. 



ffir-p? 



@@ 



«-=- 



aU^LfiJua^ 



la fin des Jours „ 



Rappe lez- vous bien que c'eBt moi qui vous 




L., !.. 



wtfhhtothh . h h ii 1 1 ii n TnT~ : ^ r n 



parle dans chaque rayon de lu . nequi s'e_ panche. dans chaque é . toi . lequisou. rit , , 




E 4 C. 7836 






■J t______2_— i-^^ 



i 1 1 *, - rJua. i t <J^ ~vi— 



(yiCyLfJ ' Iajl • 



y .y 
y\A^ 1 













^ 







^^^ -/«<3U <■ ^ 



Lt**-*B I 




cLvucc* <S^A 






^r 



toùccK^+S £sX«c-< 



CK*- 



*Ct3*~<^ '~?L-<-*-< i-t->* . 







'-c«_ 



r , . , j£cj û~*f e-n^l. a^c**. La<+. -iMas» -Ccl 4 a. * *<■ **£ 



le^^J- -£«- "M** ^^ ^ " 




cL C -^l^f.i. . «^4-^ 



x 



te -O-CXjlJjL. -£«-*-C 






7 



v. C-t^s^C-**-"- ~Ltt-n./-^ 



265 



'* M'^ JrJrJrVN At |T^Jiji?JQfJ- Xf3J^ ^ 



dans chaque auro.re qui se le . ve, 



dans chaque lampe qui s'ai . lu 



me,.. dans chaque pen- 





sée bonne et claire de votre a 



me... écou_tez! L'heure sonne, A . dieu.. 



La porte 




TIMBRE de la pendule (huit heures sonnent derrière le mur) 

«*= =5= i rrr irr r r i r , 



--? 



! 



iKunm 




Cédez 



__. Au monv! 



RIDEAU 



^^FFr 



S5E3 



TTT 



^F^ 






rre!.. A.dieul.. En.trezl... 




r=? 



rtrtCff F^^? i^riLg/-^ 



Enchaînez 



E.4 G. 7836 



•66 



Très* le 




* 



*J J . J BL. ^ 



ïa 



à- fl&à- SSk 



W^i * 



p 



5E 



B- 



SI 



SE£ 



0^o/ / #, ** rt^Anr*/* 



E.4 C. 7836 



<~- 



-7 






*\ 



&Co-c du^ 



/*~ 




OM— 



cpIaj- ù> &~ { 



/ 



QU9<- 



JvUAjL. (ph 



£<iC ^A~ -£&- / tjrùL OU At^ià 



/ 







OUfic T^i^e 









1ro~i±J 



IL 



'■*?. 



j£***4t 



1 ^ /-/— ~ -A ^ Z^x. 



C*~^H- 



JJL* jicuJ çp/M* £**- I ry*£ 




■l. 



1l/u*U- 



& / 



^t^ -«^«'X^D^i^a ^W-viW -^* 



<v ™U^ , a>*^. 'tU*? rl*-^pi.*-n-* / ,, 



HUITIEME TABLE? AU 

"Le Réveil» 

Le même intérieur qu'au premier tableau . 
Eh leurs deux petits lits. Tyltyl et Stytyl sont profondément endormie 



?«7 



Franc de mouv! et de rythme 
(Kntre la Mère Tyl) 



I 



Jfc 



,o 



CreTy1 ' LA MÈRE TYL 



^u-^- 1 Trf=^u ±iz=tzz. > ^il-i g 



ii 



De _ tout, voyons I les petits pares, seuxl... tfous n'a.vez pas 

M Franc de mouv! et de rythme 




Pi 

. leil 



5^ 



ï -; ■:> ; i r ir ;f ? ,' 



?^ 



5=3 



3KXL^2f 



est dé.jà plus hcut 



que la fo . rêt ... 



fofcfM 



3=$ 




^ 



i i> Vf 



r 



S 




Dieu, qu'ils 



* #' 



I H P i ■? 5 ~^ 



jeese^ 



/O 



fH-E 



/ 






5^ 



F=j-^^^ sM 




E.4 C 7636 




TYLTYL (B'évolllant) 



M.T 




E * C 7b.Hi 






44? 









7* 



/ 




Jj- 



J. 



7 



£-v l-cjo^i 









^/ c?ù-L^a£-<^&j.<-t to y.^V^- • 



O».^ «ftK^ -71-e. 



-ifliv C-^-Lsi- K< 



jLa. t^-i-W» 



UC> A «-*-, 












.JiJx^ 



£sC*^-i- 









? 



I 



Ct il Li 



&Jl ta 11^ -£^c_^l_ . 



-LjI^JLC, Û~t-t~*^A 



.£&J 






4 4A-+~t^-c2 






+++.iSï ~tC **-«^ *■ **~ -hJP-€_ dft^ '^ JLc >x<. <-^^.^^ê* 



■^La^~ 



A 



X* 



■••/ 







(Elle pousse les vcletB, l'aveuglante 




WJ* 



clarté du grand Jour envahit la pl> 

~f~ Ttalentir 

-J- ,-M «_. 



mf ^ Moins vite 




f S? 



é. i i ui i l. vae irouant les yeux» 



a.man, maman i C'est toi!.. 



- glé... 



£ 



^ ^^ rgs ^^^jttTi^ 



Mais bien sûr que c'est mot... Qui veux-tu que ce soit? 




Retenir 



. _• 



^f. 



: i 



rcr 



^ 



' *So 



fe= 



o - 



j? 
à 



?3fe 



ËSS^Ë 



$*.- 



E 



T> 



R.& C.7836 



270 



Reprendre le mouv! animé 



-mfé 



u 



i s i y . 



Tyl. ^ 



T-v—r 



£ 




Oh! que c'est bon de se re - voir 1. 
Reprendre le mouv) animé 



— l •» 1 r 



4--S 



' ' "p ? >f=f 



^ 



Un peu moin' 



Tyl. 




Je suis en . core à la mai. son. 



La mere Tyl 



"!t 






S^ 



A A *fl > ^ 



••7 g, | Il 



s 




Qu'est-ce que 

IJttpeunxdr 

.ffl 



3^£ 



r- 



f 



*=*= 



animé 



Cédez 



J» C * lm * 



O / 



^ j ^ } } } ; ji j O J^ 1 «> J - J i r î i m j^ } jV' j* o 



La 

M.T. 



t'as? Tas l'air tonté.tour.dl?. 
animé 



l'es pas ma. lade au moins ?. 
Cédez 



O 



Yoy- ons, montre ta langue ... Al , 
Calme 



i 



5E£ 






m 



TC T ffS -*! = 



F 



E.4 C.7836 



^ : ' 



Oh- 'oh* e'eU-Â^ <U M. 

J t ~ — ■ — « "*■-*--- ' "" 



Cu<- Cc^JJL d> 




Irr-dU*^- iÀjl A*, -uufy^o C4_o*»V Â^j; ste -J' <_ -> t ^ 






^^^lao^jd. /-*«*£ <£* <^^- 



JtL 



COLA-^T-* 



^ 



^i^-tsu^, 



ii^O 



t71 



À 



Subitement anime 



|ë 



Tyltyl mf 



fe 



=j F^i 



Tiens I 



je 



feEEÎS 



: 



hm 



?^r-jj^ b-r 



g-^P-4-f ^ 



? 



.Ions, lè.ve-toi donc 

Subitement animé 



et puis, habll.le - toi. 




I 



àÉ=l 



^ ^ g g ' » 



sols en chenal be I, 



_"£ 



< — +-g-H^=>— g-g-g-fi- 



»": 



g p g ? ' m 



9= 

Bien sûr... Pas.se ta eu . lotte et ta pe.ti -te 





£^f 



Est - ce que j'ai fait ain.si 



tout mon yoy_ a . ge 



fe 3 P * 



=>== 



ves - te .. 



^m 



Quel Yoy 




E.A C.783© 



272 



Tyl. 



La 

M. T. 



t 



5=^*= 



Mais 



oui! 



^m. 



**= 



L'an . née der 



' 



£^: 



v 



- a . ge ? 



j b a±=±a= i 



É 



ï*5f 



P^-^TH j 




grf 1 



^ 



'»/ 



ft 



I \> i l 



♦» 



t' f < 



É 



^^ 



fF^Ff 



£E3E 



^P 



^ 



Tyl. 



La 

M. T. 



œ 



w±=» 



=FF 



nie . re . . 



m 



Mais oui donc 1 à No _ e'1 . lorsque je suis par 



* , _fr h h g ^-^w 



** 



L'aïunée der . niè.re? 




Tyl. 



La 
M.T. 



m 

. ti 



/ 



r "^ T"TT i ^- ^wLJU-= — i i'iJ-^ 



i^ 



Tas pas qui t. k la chambre... 



Je t'ai cou . ché ni . er au 



■p*h-iM? 



9t 



•^ n^ rj] v >| 



y i ] J u i) J 



Çn 



a '^ *-h 



ii,j v . 3E£g 



*vT'i'' 



* 



J i iJ J- 



#5=; 



1* 



E.A C.7836 



273 






É 



fc 



Cédez 



9 



fr — ! — 

soir 



* • 




et je te re . trouve ce matin 



Tas donc rêvé tout ça? 
Cédez 





Reprendre !«■ monvl anime 

Tyltyl 

ft , ! |l Pi % e XJ73 



V 



•'Mais tu ne comprends pas ! 

Reprendre le mouv< Hnimé 



■ _ e I -F 



Te.. 



Ge . tait 



l'année der . nié . re quand Je suis par , 



^l^m 




=±=m^>t—i — t— a 



fe-HHg" 




te=e 



|. 



ti a . vec My . tyl. 

m y . », 



La Fé . e, la Lu . miè . re, 



? — g— y=^=^ 




^^ 




■ ^ r-3n — j^T ft J > 



p 



^ 



TT-> f, 



9= 

T'es pas fâ > ché_e? T'as 






Su . cre, l'Eau et le Feu. 



■ 




\*r* w 



n i JJTp; „ f 



\ 



g 



^^ 



-3_i- 




î^ ^jgS i 



~ jH >- *- 



F * C.7S36 



274 



Tjl 



^ ) V 



fr=fr 



W J' > Il i »B g l'f ^ 



^ 



i£ 



pas é . té trop tris -te? 



Et Pa . p=, qu'a-t-il dit? 




La moitié moins vite 



Je ne iiouvaiE naB re.fu . *ser. 



i 



Je ne pouvais pas re . fu 

La Mère Tyl 



c t « J» J' J' >JUUr J ^V>^ ^ 



f* 



¥ 



Qu'est-ce que tu chan.tes - là?.. Bien sûr que tu es ma. 



La moitié moins vite 





^ 




Reprendre le mouvî animé 

bourrade amical» i 



fri+fr ïr » -m r 



m' .2^ . 



^f? 



la . de, ou bien tu dors en . co.re 



Voy - onB, voyons... rê.veil.le 

Reprendre le mouv! animé 



" ' ' 



; ; ~ j 



T~zr 



o 



^F^ 



*=y 



:f 



■ 1. . -J*= 




«F^î - 



W 



A 



H 



• 



3=^ 



3- - 



2 ?=^ 






Tyltyl 






[Ç M^tt-r-tr* II J> Ji •> > Ir-^ r i'P g > Il 



i 



La 

M. T. 



i 



fat 



Mais, maman. Je t'as - su.re... C'est toi qui dors en-ccre 



joL 



J3_- * — Mj|ii*r » ^ 



£ 



toi. 



Com . mentJ 




+-â=-1* 



^m 



3EÈ 



SS=* 



gf& 



"*= 



*JJi-J1J 



Ï1ÎS 



c 



=? 



H'' < 



* 



3E 



E.4 C.7836 






^*J*lfo 



t*.ai tM ■e^-*- 



<Stt<<Uir 



-w^ ^ 



lj^t^J-<é fût- * 



T 



Çj a ^ . / r c l / " : *^ 



^i-t c*n*^ 



*;V^7J~~ M 



fT 



7L 



/ ir**^>-^—-*^- éùo-*^ 



— 



-£Z 



•G»-./ r-yL-i^ot^-' 






1 



a d*---o «-^v' - 



Cts&U, *~£Af, ~~W« AU ^: sU+~~M 



^LuJé^^^^f^ v**£\ 



'st*r<t f-m.*-~fà ■ 






^*"I-c«qr^* OL^u-e* 



S 






-^&4LAjt-£+-Ct.Ji, */ (-ÏAsCfaOfL^ljLi. t£ , 



ffCo^ 'jMf -L£- Cfy <- •*■**-, 



0>h 



-£*l* €^L^t 






J. J^A <^L^£ ~^j$ /. 



876 



3E 



le dnm pn rn roO - t_ .•_ j- i i j . . - ' ' 



Je dors en.co.re? 






Je suis debout de.puis six heu_res, j'ai fait tout le mé 



wé 






^S^ 



^= 



p p p w 



S 



# 



Tyltyl # /* 






s 



^^ 



£ 



3Ë 



Mais de _ man 



de à My 






r' p : 



fr—fr 



• * 



3EES 



na 



ge et ral.lu.mé le feu. 



S 



^X-^^La— - ^ 




»;/' 



=F =fpT=V»g^ 







I 






r3= 



^ 




E.A C7836 



276 



Assez lent 



Tyl. 



L.t 



■ ±J .^ ^ ^t:i=£=Jb33^^ 



fe=* 



i f-fr J 1 j' » 



Elle é.tait a.vec moi .. 



m 



donc? 



Nousa.vonsre . vu Bon-Pa.pa et Bon.ne-Ma. 



^ 



Assez lent 



1! 



35TI 



$ 



M £ 



%ïsf 



".'/• 



^ 



2EHEÉ 



1* m.. W 



^* 




tyl. 



I 



man.. Ils sont morts mais ils se portent bien.., 

Mytyl ,uf 



m—m m m 



:£ 



Mfeb^T^ ^ 



ËEEtS 



■y- 

Ncus t'avons vue aussi hi.er au soir... _ Au Jardin deb Bon. 



--&:--== 
~^^^ 



# 



m 



^m 



»;/' 



il ' W~ fc 



TT~i 3T 



3^£ 



î^ 



MM 




^^ 



=d##^ -' 



é 



Afispz animé 



£3^ 



I 



«TT 1 . 

heurs I 

LA MÈRE TYL (fort, lr.qulçte) 



* 



*àtt~tt 



U.) K ^ 






iVVMUVi 



É 



: r-'7nT 



^^ 



Mon DieuiQu'est-ce qu'ils ont? 

Assez anime 



Je vais les perdre au6. 



! s $ 







Ç=É =Ç-1-T$ l^ Mjàj&rTfr 



F. .• C.7&36 






y' 




*-*€- . 






A«. - 




ô-^-*-^t--«-^ ^ *^ 



u—£^ f < 



A ',**&*" 












3 



C- -1*&4* 



J£- 



^s&v /US-t-^sh-G 







4C .(K*^? 2&*-~y *-*+■ <^«-«-i 



& 



■A 



£t 



° 



O ^ / 



O^L, <, -U- L> H L~ C?LtL_ -^Ùo^- 



c/o. 



Le Ï'ÙL cit. tO C U 



JÎU /}te+Ui+-*- *^-ist±l 






fCS -V4^>- ^6-Crr><sO -su»** 






. 



ùx. il? Mu 




y 






«77 



".'>', 






H I k»-i 



Tj^V j 



e 



si comme j'ai per.du les au. très. 



Pa.pa Tyl! Venez 




Moins vite 



i ■ • f> '& r — m ir' f * 



y;- 






donc, les pe . tlts sont ma 







(Accourant Joyeusement pour embrasser leur père i '« <-h* 

r LTYL — => Un peu large 



TYLTY 



# »y^4_J-^ 



Tiens, Pa . pa, Bon . jour, Papa ! 

ta 






^S ï ' :^^ 



El 



Tiens, Pa.pa, Bon . jour.Papa! 



*ir- 



E3 



^p* 



*=5 



--*? — c 



^3t 







Eh bien, quoi? qu'est.ce que 

-. Un peu large 





rj 



B.4 C 7836 



278 



<K 






Le P5R 



P. T. 



^^^ 



i -, p r p p p i fr f T=£= U?-3-g 



c'est ? 



Ils n'ont pas l'air ma . la -de .. 

7T 



ils ont fort bon. ne 




LA MEKE TYL 
mi 



Plus vite 



Retenir 



rhUw Ji 1 1 J^ JW I J> - =m 



! 



u n i i 17 r 



FT 



y 



1 ne faut pas s'y fi . er,_ 



ce se . ra comme les au.tres . 



y J jS - 



Le 

P. T. 



ml . ne. 



* 



Plus vite 



Retenir 



Î 



S 



P 
o 



«a 



A 



_o_ 



r 



3H 



a 



o 



w 



Très calme 




E.A G. 7836 



ÀfJ. 



'M 



1-±^.r> 



^M £ *J~i,fcf~ &*&■ 



(fél ->t '.r^/i^-u* J: x a^y ^<^U<^-Of 



l^t* ■t^fiu^A £oc acu^jJlù} a^J- V»^J- ûUyv>-<st~e- -&-*>^Q -"£-4 T^fa - ~A 



-,/t, ^JL*>c&-Loy- \**-fJL*>l* 






c^^cx. Hc«v«-e., 






A-»-. A--> 






c Âo-<^* 4<n«. <'*<*.*- jm-* -&• «w*L^6 



T 



<4+v*J- ^H«>^<*«U* . l\_ '**«_ *. ^ /"- c X^. cZeY <C yA»^. JU^*-*ù* -4-tJ^L 



'? 



eCm. 'Hisyr^ Loft- 4*. -^a^U^ /h+x+Jb-f* ^ ^ ' Cri^a^y-*- , <***S 



jL 



279 



^PFfPî^^ 



et ce ma.tin; quand ils 




se . veil . lent.voi.là que tout va mal .. . 




fl L ^ ; P lus animé 



\ 



W h l'nise 



Ils ne sa. vent plus ce qu'ils [ . 8en 

s Plus animé 




£^EEE£ 



* ; illlllps^^É^^^ 




T 



| Vvj^v^ 




a -ge... Ils ont vu grand-Pa . pa, grand-Maman 



?^-^W3 



qui sont morts mais qui se portent 



% 



Ktiit re 



ï 



1 ^7'imz t k 



5EÏ 



Retenir 



m 




ry- '- 7 ï-e & 



Sgh-Jhp^i i — * 



Mais grand-Fa . pa, il a tou. jours sa Jam.be de bois 

■ MYTYL P ~r^ i 



i tJ j K| J s >r-^ 



» » 



p ^ 7 s 



Et Bonne Maman ses rhu.ma 



u 
t.T. 



? £ ^ 



bien ... 
Retenir 



*ïodére 



^*É 



f f U » J» f U * f *j* 



m 



^ 



m 



^^ 



jrfrfejr ^E 



-f— *: 



yj ^m.^ 



E.& C.7836 



280 



Myt, 



L.T 

M.T. 



Éïfc 



3 e * 



tis _ mes 



te 



sè^ 



-* — •- 



> W fi tf ^^ 



Tu en .tandis ?, 



Cours chercher le mé.de.cinl.. 
LE PÈRE TYL 



9fc 



2 







3 



* 



ffffg s g^ i f g^ggg 

i i i ' i 




É 



MADAME BERLIXGOT 



Bien fe bon 









J^sfttfrfgT^ ^ 



^ ■, J> i' .M 



s^ 



P. T. 



S 




Ils ne sont pas enco_re morts . . . 



Yoy.ons... nous al-lonsvoir 
(On frappe) 



trez ! 



■A- 



t 



«E 



Y i h 



__ M 



É 



Assez allant 



A . 



TYLTYL mf 



ÊÈ 



3EEÈ 



y p g g p 

est la fé. e Be 



=F 



!*■ 



e Be.ry . lu . nel 



m 



3 g g r ii^do 



M? 



f i f E fc ïH 



. Jour et bonne fête a 

Assez allant 

i • 
=2 



tOUB I 




E * C.783«{ 



£**<-l- 






(XJL.1 



Ak //» 







'A us*^« W 



&Pu— 



k jwb ^ fo^y 



MetMSf 




■£" 



A 



Cj&CJjO- 



l* 



/ 



13 



i¥ ?fy 




Jh 






éiA-ct. e 




h& gr u. n 



u. 




û 



d,/ 






ù 






- t 



,\j^^ùct^^^ /j^^l^^^ / i^-A *_U *-w_l l^_j.<u. /i"J: *. 



1 



n 



£u 









281 



P- 



h' k i \ fr S 



1 . y-y- 



£ 



î^t 



Ma . da.me la fé.e Bé.ry . lu . ne 



: f t =p 



g=H 



feÈ 



Retenir 



#K 



je n'ai pag trou . vé... 

Retenir 



^^ 



$3EE}E 



ï 






/«. 



tf^=t 



r^-T-t- 



Sans lenteur 




••», 



rm - » - 



m 



l'Oi - seau bleu... 
MADAME BERLINGOT 



^t*~l 



" 7 / /^ 




E.4C.7836 




^ 



FMus anime 



U 



Jvu4 



Retenir 



P 9 



M* 



g— r p 



P^ 



• » *> 



i ÇÇv 



T~r7 



vent comme ce . la 
LA MÈRE Tyl 



Couci,coi 



j-^M'f rj-i f I ''F P i l 'ur'TU'fJ'J' i 



i 



Apro.pos, comment va- 1 - el . le, 

l'Ius anime 
k 



i 



ta pe.ti_te fil. le ? 
Retenir 



■n 



! 



g 



s 






t 



V ^ 



Calme 



Ê^ 



WFf e ^ ' "r 7 pp it— ff-fr-tv+r > ? 



ça 



# 



El. le nepeutse le . ver... 



le doc . tcur dit que c'est les nerfs. 



Tout de 



g£ 



MÉ 



Ém 



=ÉS 



^* 



ï 



m 



*' 



5 r-*-$- 



^ 



^ 



=«fi 



E.A C.7836 






/ 







/yri^h 



C*sx* 



-sU*as> **-*— yl\? 






4& j^,L^ £ <*"£ u 



¥^ 




¥ 



/^^^^A^A^ 



d^cl^ju^j^AJ^ 




«-Li^r? *^y 



d 'i^cCul tZ*-> 



/X 



t> S-i*,/ £&, 






iXe+ 












riyu^i 



/ '*-C4£+~~ éÙ- é> f*-*1 *■ 




■H* VJL* **-~ 



7 " — "^ " "^T~ f 



71 






O- zttt 






(Zy/JJL / e/v-K^t*. , au^+o 0l*^' J/n^Ja-cy a. </<rj *r-^— 












k*» 



f-* r» e " lu'- ''ii'i i 




me . me Je sais bien ce qui la guéri 

g> ^^ ( r-&- 



i 



$ 



PP 



a 



W: 



E 



rait ... 



El. le me le demandait en 



3^ 



^fc/- "~jri"'^ 



\ k*ï Jl ■' ? l"r-- ggjp I Y ^ 



co . re ce ma 



P 



tin pour son pe.tit No . ël .. 

LA MÈRE TYL p 



tï 



*r± 



5 



E 



Oui, Je sais, 



tou _ 



g: 



S^ 



3ESÉ 



Sg 



^3 



È 



*/ 



È^m 



h ? i 



eês 



a 



1 



ïttST 



i>^ 






y4-w 



s 



y— m 



* « 



èrx 



^ Ï>^1 J jWJJ>^ 



jours l'oiseaude Tyltyl 

va h 



? 



Ehbienl Tyl _ tyl, ne vas-tu pas le lui donner en 

h 




/ 



Tiens, c'est vrai, mon oi. seau..,. Ouest- 



^^ 



m 



'J \) l i",, [ , ,| E?=y 



=- 



. fin, 






à cet. te pauvre pe . ti - te? 
Cédez 



Reprendre 



aÉNÉA^I 




E.i C.7836 






^ !l &**->• 



Tyl. 







É 






Calme 



^r^ 1 tf fT 1*==^ 



^m 



* 



* 



t't H i 



» — P — tr 



■ ■j t » 



cel . le qui^portait le pain. 



I V 

Oui, oui, c'est bien la mê.me 



ca . ge ? C'est 



i 



Calme 



^ 



I 



£ 

S 



h 



^ 



*£ 



^f=f 






*£ 



***»- 



V^ 



( 



T 



^ 



*É 



$*= 



m 



^^ 



<' !S- 



w 



tt 



ït 



r 



s* 



Un peu plus anime 



Tyl. 



h 



l*f 



rrf^zuLjji t V) g p *-?-+-? 



mais il n'y a plusquunoi.seau 

se 



-^ 



fe 



^* 




J8tF T= F 



s 



gp 



""iT 



^=^r 



Ou est donc passé l'autre? Tiens, tienslmais il est 

Un peu plus animé 



ëf 

«?/' 



ï 



E£ 






Elarg-ir 



Tyl. 



^^ ^^g^Llffl!^^ p > ^TTP p F »£4f-HJg=fctë 



bleui.. Maisc'est ma tourte . rel. le !.. Mais elle est blenplus bleu.e que quand Je suis par. 

Elurgir 



^^ 



.t/ 



^feJ=*: 



h 



m? 



m 



i=è 



. 



& 



E.A C.7836 



r* 



//II. <**tCJ! 7 (?y£*±£-lU s&H^*^ té*** £?*_ <^y/- < 



^ô-t^J / ~**~ 






-£&_ -?%u*-*~c- *l-iry<e- ^ce*-*^*-*- . 






^ ^ ^-7} /( 







jL 







1 









►^<^«-<. *-t*-. 




* 



f 



L . 



-//3 fcT /~J~T 



(oiàijj ii^dL* i/«<y -as?** 



W 



/ 



, ^ y* 



/Laù e '*U ^u<^ , ~/W^*~ -*^~ 



/iFUS 



(£>pJ^>/ -z* tfa CA^tJ -e< <. y£^Z<je_ 



<*-£**? o4-' 25 



S 






1_Lj /y L l »-L4) £**- -♦ '<> 






w^^a ->»-*_»*«-^ e*-*.*.*- aU * o-u*. ", &~*-i <yl&lj( 



\ 



/. 



"C^ue ^lui L*X OLc*. 



bis 




tùfAJ( £*>+ ^'^j/La^J* «t^o^L. 



Modéré, mais sans lenteur 



285 




E.A C. 7836 



Tyl. ; 




chaise et décroche la cage qu'il apporte à la voisine i |.; n animant ' V 



y*- h 



Tyl. 




Tyi- -/k -9~ 



âh%h t * h 



' l lrjjf^ 



n^-M-+r~^ •< »" r ^-5-g^# 



m 



da - me Ber. lin _ got... 



Mais portez-le bien vite 

Assez vif 



^-=j ^ 1 J - N 7 Assez vif 




E.A C. 7836 






- txo^V cLc£t*>e*sf* £*-<?■ 



U> 






j/I^/jL*. I 











ej£ cC f <-^«- C^-è 



dcJ^ 



9s 






tji o^^Ia 



^"L^^A i+U/vuàï^ sf+JZ~* *L»J& 






' ^A ' / 






287 



tout de sui.te?.. Dieulou',. > M â,,. .„., Z. T7 ~Y~^. 



DieuIqu'eLle va être heu . reu 




£ZL£B2^JT7& 



mmm 



B 



ff P P P ^^^ 



ls 



th. 



faut que je t'em . bras . sel 



i=?=iliÉ 




f. TVLTYL — Ralentir peu a peu 



Oui, allez vi.te... Il y en a 
j E lle sort) * 



qui changent de couleur .... 




Ralentir peu a peu 







J 



"-"" ^H 






■ ^U. 



( après avoir longuement regardé autour da-S-Oil|i 




P'vw^i 



S^-Mt^ 



v3 3 



®5S^M 



K.4 C. 7836 



288 



Calme 



Tyl. 




ïr-J * J^-^-^-JvJHf=^ 




man, qu'avez-vous fait à la mai. son?.. 

Calme 



C'est la même cho_ se... mais elle est bienplus 




.? 




Tyl. 



Tyl 



P. T. 



fc * C.7836 






û. 






aie. •£*.- H*-*t** 




-yisi4**^* •«- 










i^^ip^ii 



28» 



puis, voi.là Ty . loi... Bonjour, Ty . loi.. 
g,Af _ -r ■ ' MYT YL mf 



— =nfe 



Et Ty . let . te?.. 




V- 



^mm 



i 



% ■ - • % ' 



rn^-n^N^ ^^ 



Mon. sieur le 



El. le me re. connaît bien... 



mais el . le ne par. le plus.. 




j Ij 



( ae tàtant le front; . 



Pain. 



Tiens, je n'ai plus le di . a . mantl.. 



Qui est-ce qui m'a pris mon chapeau 




FH Ifr- 



ii. 



=— Ftalentir 



fr— .^JU JT^ 



I 



vert? . 



Tant pis 1 Je n'en ai plus be . soin... 

Ralentir 




't_gar r- — *lu r ■ — -«Lj-Lij *LJ-î-i/ 



E. « C. 7836 



290 



Très calme 




4-r r 



E P I P P -P-P P l 'C P ^ 



Tyl. 



m 



.jours mais je ne la comprends pins aus.si bien... 



Mytyl mf 



* «? g E"F F 



Ê 



Je ne vois pas le 



m 



s 



ï ^tîr r r 



» » 



S 



â 




32 



<*.4— -m 



h 



Ï^E 



■ ' . :j 



i: 



,W^ ^# 



Tyl. 



M>t. 



JJJJJ' 



Modéré 



jJW^'^T^t^ ^ 



Moi, j'aimais surtout la Lu . miè . re... Ouest salam.pe?. 



É=£ 



Su . cre.. 



Modéré 




Tyl. 



$ 



I _ g 3 

vm m m m 



( regardant encore autour de soi) 
nP- 



Kl«.rg-ir 



F P P P P P,JZ * fj ^rjO P" P P ^ 



Est- ce qu'on peut l'ai, lu -mer? 



Dieul que c'est beau tout ça et que je suiscon. 

Elargir 




B. A G. 7836 



A«a. tZ^-u~t 



■fj 6UeLoi^c<_Q_ J_) eiZciM~o/ <rr~ c/ de 
J 2 , — 



P^L 



Xo^. LJ^tr~ ^"Lul. 











dt* sac.^ ^-*- Jaxu*JL /l "< /* 



x ^mA^/*. a^ f 



u& 



L.^y/ <^c^Im. éU*T.c>Ke eiuL e^/ irau^ ^ 



'*- /" 



/c *f 








fJSfa.d ÇjY Ht r T 




'1 



2»i 



Ty! 



m 



m 



fcË 



(Entre 1. voisine tenant par la main un. petite fille d'une beauté Monde ,i «.", 
veilleuse qui serre dans ses bras la tourterelle de Tyltyl) 

Assez bnlmé 



^m 



tentl. 



Madame Berlingot '*. e* hk 



fv' 




Youavoy.ez le mLra.clel La Mère Tyl 




m \\ h y ~^ 



*x 



Entrez donc: . 

Assez animé 




La 

1 T. 



I ^P" F * 



El. le mar. che... c'est-à - dure qu'elle court, qu'elle vo . le 1. 




hl* ' T h i i i i 1 r r 1 1 1 i i î-Tfrrr 

.1- —1*.. •... A X **.*«*«*«.»*. ah . I '•■» n Vs\w4 i«ii**o 11 t'a 



vu l'oi . seau, elleaaau.té commeça, d'un bond vers la fe 




E.*C. 7836 



292 



• '' 



M e B. 



m 



ta 



? f ^ 



S: 



* 



5^ 



^m 



s 



g^T^F^* 



HLzA 



*-« 



ÎS 



. ne - tre... 



pour voir à la lu _ miè - re si c'était bien la tour„te 




* 



5E^5 



^^ 



H P p P 



* n v k ±A 



-à 



ai' b. 



f 



11 « lh f 



y v i 



. rcl _ le de Tyl . tyl... 



# 




I 



Et puis 



pfffîdansla ru . e, comme un 



£ 



Ièé 



11 



^ 



^ 



'£ fT"±. U. «: 



s 



M 



^ 



s 



fe=t 



•* 



4- 






I 



3EEÏ 






r 



: 



M< B 



£ 



p r p i p ^p 



!>• i. 



H V î 



£=£ 



an . ge!.. Cesttout jus . te 



si 



je pou-vais la sui . vre 




TYLTYL ( s'approchait, émerveille ; 



* P P P i^TTl 



quel . le res _ semble à la Lu . miè.rel 



M' B 




E.A C. 7836 



~o 



1 ^£tuuJ*ud (SUm^*- Cc^ui -e^j^^~~^ 



■Jzfca!- ~J<H.<À*je&^ <?Ua- CfJllU*- 



,/oyLc_<L 










J* 



^*-c*^-<-<-^> 






OU.C tJ&. CX^f-C^ 



~^z — : — ^f~ / , 



f JLLAA 




/ 



4UÀ. 'J 




t 



^y^lgt'^ ?f^J'^ 



7 



J ' / 




^ev<^- 



Â^l^Ujl A^ 



; 



C<? y.^&t,*' &**^~e'x^ti^4*- 






^/J^ 



k 



>i 



293 



( Tyltyl soudainement Intl. 
midé. recule d'un pas) 




1 T. 



^ ^g ^ ^#Jri ï ^m't^m^^-^-nu} i \ i" 



Toi si effronté d'habi - tu.de !.. 



Encore uni 



Mai9,qu'est-ce donc que t'as ? 



/O 



0> 






w 



±î 



E 



S 



É 



/O 



WB 



iï 



P^ 



£ 



E.A G. 7836 



294 



Retenir 



Très calme 
TYLTYL ( caressant U tête de l 'oiseau) 



^J'J'Mi'r ï 



7- 



t 



Est-ce qu'il est assez bleu? 
La petite Pille P 



*— vuprMpPg^ 



P * .. 3 



Mais oui, je suis contente. 



jnt iJ>J»'r WJHyJ-ï 1 ^ 



La 

M. T. 



on dirait que tu vas pieu _ rer.. 
Retenir 



$ 



tf=»f 



56 



^ 






Très ca 1 me 



F 



#^-1nt{ a 



T 



lm )'r\>n 



|Sg 



5EÉ 



-s- 



W 



~cr 



' ^ip p r *p«jrT g p S p F I ^J^JU^Jy g 



Tvl. 



J'en ai vu de plus bleus, mais les tout à fait bleus on ne peut pas les at.tra.per.... 




~*TTï J J I y » Ji J W u > hpp ' pgp 



r K. 



±=w 



rien, il est très jo _ li... Est-ce qu'il a mange ? 



Qu'est-ce qu'il ma n.ge ? 



^=r 




SHm 



^ 



èe 



»*"^ — = *r- 



^ 



m 



Si 



Ai 



ÏE 



r r f= 



«- 

£ 



E. A C. 78S8 



42 



? 







'in^MjZ^Z. 



M. 



£, ■vkjb^J •e*~ 



TK^f^r^ / 



,Zo«^A^- . 






CU*~ -£ùi\ <Zc^ 











^ 






A *>" *-* ^U3Ct<^ , /J^ * 




7 ^ 



>£* ~-&u*,' 







,'^«-<-ttjL <' « y 



^ / 




^ ./ 



/~ 









/ 



,{jLc 



Tjz^cLt-t Ca^c<ST 





£o-t-t-y 






*« >y ^ ^ ^ /y* r 



205 




(Il v« pour prendre l'ol.e.u de. mains de la petite fille, celle-ci résiste Instinct ivement 



sraent, et, profitant de l'hésitation do lei 



v Vif 




«este, U tourterelle «'échappe et s'envole) 



TYLTYL / 



TYLTYL, J ^ ^ 

) T^J^ 



n'est rien! Ne pleu-re 




K.4C. 7836 



Tyl. 




T* 1 



imp. S. DCPBS. Paris 



£.<* C. 7836 



B a uitn u ffr . 



c— •&. 



k 















L 






Td£L*~ -£*- 



ht 



^La-, ■C- -c^J<=>-*^r> -*^ 




/k. 7~ ^L^*T